LES BLOGUES

Les chaussures, accessoire de pouvoir et de fascination

22/04/2013 03:47 EDT | Actualisé 22/06/2013 05:12 EDT

Les chaussures sont un accessoire de mode que privilégient les femmes du monde entier. À un tel point qu'ils transcendent le statut d'accessoire pour devenir un élément essentiel de leur garde-robe, que dis-je, de leur vie! À choisir, une femme partant en voyage préfèrera apporter une seule petite robe noire et trente paires de chaussures plutôt trente robes différentes et une seule paire de talons hauts.

Les chaussures, et particulièrement celles à talons hauts vont bien au-delà des considérations pratiques ou esthétiques. Si tel était le cas, nous les chausserions simplement pour parfaire notre tenue vestimentaire ou nous nous contenterions d'un simple revêtement pour couvrir et protéger nos pieds selon le contexte ou la saison. Nous ne serions pas aussi obsédées par la beauté de l'objet lui-même. Il serait donc erroné de croire que la chaussure est uniquement utilisée dans le but de servir et de satisfaire de simples impératifs fonctionnels ou esthétiques.

En effet, véritable pièce d'anthropologie, la chaussure représente pour la femme un formidable outil de communication et un moyen très personnel de transmettre ses intentions. Elle lui permet d'afficher à la fois son statut social, ses traits de personnalité et d'exprimer de manière évidente ses humeurs, ses états d'âme, ses émotions voire même ses désirs parfois très intimes. Elle va jusqu'à dévoiler l'âge de la porteuse et représente sans aucun doute un indicateur puissant de sa sexualité.

Sous le couvert d'un jeu fantaisiste où l'objet devient l'accessoire d'une mise en scène étudiée, la rêveuse s'amuse à vêtir et à dévêtir ses pieds.

Le choix de la chaussure n'est donc pas innocent et, de toute évidence, un flip-flop de plage n'a ni la même connotation, ni la même portée, ni la même charge émotive qu'un escarpin en cuir verni rouge. Ainsi le style, la forme, la matière, la couleur, les ornements et certainement la hauteur du talon se conjuguent en éléments extrêmement révélateurs et contribuent à annoncer le véritable sens du discours de la juchée.

Reconnaissons d'emblée que la chaussure, et particulièrement celle à talons hauts, exerce une véritable fascination auprès des femmes et que cet objet semble doté d'un pouvoir mystérieux. Sans même que nous puissions comprendre tout à fait, ni même appréhender la complexité des profondes transformations psychiques et émotionnelles qu'elle engendre, la chaussure à talons hauts nous impose ses valeurs et caractéristique érotiques. De ce fait, nul ne peut nier à quel point elle nourrit à la fois l'imaginaire des femmes qui les portent et celui des hommes qui les admirent.

Vous êtes-vous demandé pourquoi nous entretenons un rapport aussi passionnel avec la chaussure?

Si les talons hauts gratifient les femmes d'une audace et d'une hardiesse, certains attribuent ces qualités à l'association inconsciente qui en est faite avec le symbole du phallus qui confèrerait aux femmes ainsi juchées un sentiment de pouvoir dominateur quasi masculin. D'autres avanceront que c'est leur caractère exclusif (réservé aux femmes) qui leur donne ce fameux pouvoir ou encore le fait de pouvoir regarder les hommes directement dans les yeux.

Il n'en demeure pas moins vrai que les talons hauts possèdent cette faculté d'éveiller le désir sexuel. Ils émoustillent, ils aguichent, ils allument. La puissance d'évocation érotique de cette chaussure est l'un des éléments marquants nous incitant à vouloir les posséder. Soyons honnêtes mesdames, du haut de nos talons nous nous délectons à entrer dans le jeu de la séduction. Et c'est très bien ainsi ! Les talons hauts sont ainsi à la fois une arme redoutable et un passeport universel pour celles qui savent en tirer profit.

Certaines féministes dénoncent les talons hauts affirmant qu'ils nous placent dans une situation de soumission en nous réduisant à l'état de simples objets de désir et de plaisir pour le compte de ces messieurs! Elles en ont fait leur cheval de bataille dans les années cinquante alors que les publicistes présentaient la simple ménagère dans le contexte d'une femme fatale chaussée de talons hauts et attendant fébrilement le retour de son cher époux. Il semblerait que les féministes aient omis de constater la puissance extraordinaire des talons hauts.

Cette fragilité apparente que nous dégageons et qui nous habite lorsque nous titubons du haut de nos échasses dissimule en fait, de façon contradictoire, une force que nous devons, par contre, apprendre à maîtriser. Car il serait malvenu de chercher à parader en talons hauts sans avoir maitrisé l'éventail de ses techniques et de ses possibilités ou encore sans comprendre leur portée symbolique.

Chose certaine, c'est que je connais peu de femmes qui ne soient inspirées par ces créations de cuir, de toile ou de daim. Nous craquons allègrement devant les rubans ou les courroies avec lesquelles nous ligotons sans retenue nos chevilles et nos petits petons. Si les chaussures sont vermeilles ou caramel, nous fléchissons, si elles scintillent, nous succombons et si elles sont noires, nous capitulons devant l'irrésistible. Alors, imaginez notre affolement lorsqu'elles s'affichent provocantes de leurs talons hauts. Ah! Rien ne saurait remplacer cet instant de ravissement alors que nous apercevons ces stilettos extravagants qui frôlent l'arrogance. Plus ces splendeurs nous hissent vers le firmament, plus nous sommes consentantes, telle une maitresse docile abdiquant devant le sublime! Nous sommes pâmées, nous sommes enivrées, nous sommes conquises par la beauté de cet objet qui éveille en nous une fibre incontestablement féminine.

Ainsi chaussée de talons hauts, la femme simple et ordinaire s'efface au profit de cette déesse en voie de métamorphose. Bombardée par une surdose d'hormones, les chambardements s'activent. Le bassin bascule à la renverse, la taille s'allonge, la poitrine se prononce, le cou s'avance légèrement, le port de tête s'anobli et le regard de la vamp s'allume! Perchée sur les hauteurs, prise d'un soudain vertige, envahie d'une ivresse euphorisante, la juchée perçoit alors le monde d'un point de vue très différent dont il sera dorénavant bien difficile d'en descendre.

VOIR AUSSI: 35 conseils de style indispensables

Les 35 meilleurs conseils mode