Tilman Nagel

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Tilman Nagel
 

Mahomet: histoire d'un Arabe, invention d'un Prophète

Publication: 06/12/2012 09:00

L'affaire des caricatures de Mahomet en 2005 l'avait mis en lumière; les réactions violentes provoquées très récemment par le film L'Innocence des musulmans l'ont rappelé: la figure de Mahomet joue dans l'islam un rôle absolument central. Modèle spirituel, il est une figure d'identification pour les croyants.

Quel lien ce Mahomet incarnant la présence du salut dans l'ici-bas entretient-il avec le personnage historique qui, dans les premières décennies du VIIe siècle, proclama être le messager d'Allah? Comment comprendre cette étonnante mutation qui fit d'un prédicateur, contraint à l'exil par ses compatriotes, une figure prophétique vénérée par plus d'un milliard de croyants? A ces questions, la recherche historique peut essayer d'apporter une réponse. Mais cela na va pas sans difficulté.

Qui écrit une biographie de Mahomet est en effet confronté à deux problèmes fondamentaux

Les musulmans ne considèrent pas Mahomet comme une personne de l'histoire mais comme l'idéal d'une vie dirigée par Allah, un idéal que le croyant doit imiter dans l'accomplissement des rites de l'islam, mais aussi et avant tout dans la vie profane de tous les jours; c'est à cette condition seulement qu'Allah le traitera avec bienveillance lors du Jugement dernier. La littérature islamique sur Mahomet le premier islam est en conséquence tellement surchargée d'énoncés normatifs que la figure historique n'est que difficilement reconnaissable. Il en résulte le second problème: l'historien peut-il parvenir à une image réaliste de Mahomet? Dans la recherche sur l'islam, on le conteste assez largement.

Conscient de ces problèmes, je me suis efforcé dans mon livre Mahomet. Histoire d'un Arabe. Invention d'un Prophète (Genève, Labor et Fides, 2012) de remonter derrière la masse des sources normatives.

En utilisant une tradition datant des premiers temps de l'Islam et concernant la chronologie des révélations "descendues" durant une période de 23 ans, j'ai déchiffré l'évolution des conceptions religieuses de Mahomet. Cette évolution est étroitement liée à sa biographie, qui se reflète également dans le Coran.

J'ai en outre tiré profit des données de la tradition généalogique, rarement utilisées par la recherche, ainsi que des informations, en partie légendaires, sur l'histoire préislamique de La Mecque et de Médine tout comme des fragments de la poésie de cette époque qui sont parvenus jusqu'à nous. Voici les résultats auxquels je suis parvenu.

Vers 609, Mahomet s'est senti appelé à être l'Envoyé d'Allah

Il annonça aux habitants de La Mecque qu'il n'existait que ce seul Dieu, Allah, et que par conséquent seul cet Un pouvait être l'objet de l'adoration des hommes. Car Allah est Celui qui conserve le monde et qui détermine son cours. Vers 620, Mahomet élargit fortement le contenu de son message. Dès ce moment, il ne se comprit plus simplement comme l'Envoyé d'Allah qui appelle les Mecquois au monothéisme, mais aussi comme le Prophète d'Allah, chargé de transmettre aux hommes l'ordre rituel et les règles de vie instituées par Allah lui-même.

Cette prétention conduisit à la rupture avec sa ville natale. Les habitants de La Mecque n'acceptèrent pas qu'il se mêle des affaires concernant le culte et l'expulsèrent. Il partit pour Médine; son clan avait depuis des générations d'étroites relations avec l'une des tribus de cet oasis.

S'affirmer comme prophète impliquait aussi pour Mahomet l'obligation de combattre pour imposer l'ordre rituel qu'il considérait provenir d'Allah lui-même. Expulsé de La Mecque, il ne pouvait plus participer aux rites annuels du pèlerinage, qui devait par ailleurs être purifié de ses éléments païens. Aussi mena-t-il de 624 à 627 des opérations guerrières contre sa ville natale, avec des succès variables. Mais finalement, il prit le dessus.

Pour ses adeptes, mais aussi pour tous ceux qui durent se soumettre à lui, il devint à cette époque l'unique autorité dans toutes les questions concernant le rite, mais aussi la manière de vivre. Du coup, le contenu des sourates (les unités textuelles formant le Coran) qu'il proclama durant cette période prit un caractère de plus en plus normatif; mais ces sourates montrent aussi clairement les difficultés auxquelles Mahomet se heurtait pour imposer sa prétention de pouvoir religieux et politique.

Lorsque Mahomet mourut en 632, il avait élargi sa sphère de pouvoir presque à l'ensemble de la péninsule arabique. Après quelques revers, se constitua jusque vers 700 apr. J.-C. un espace placé sous domination islamique qui s'étendait de l'Atlantique jusqu'à la vallée de l'Indus. Les habitants de cet immense territoire furent soumis à une islamisation progressive dont la prémisse était que le Coran, ainsi que la manière d'agir du Prophète transmise par la mémoire de la communauté, formaient un ordre des rites et de la vie institué par Allah lui-même.

Mahomet devint ainsi l'unique autorité pour tout ce qui est juste et équitable, de même que le modèle insurpassable de la spiritualité islamique dont le fondement est l'accomplissement, même au-delà de ce qui est requis, des normes d'Allah transmises par le Prophète. Comme modèle spirituel, Mahomet échappe maintenant aux contingences historiques. Ce second Mahomet a peu de choses à voir avec la figure historique du début du viie siècle; c'est lui qui fait l'objet de la vénération des musulmans.

On peut par conséquent dire qu'il y a deux Mahomet

Un Mahomet historique qui a prêché et agit au VIIe siècle, et un Mahomet idéalisé, qui apparaît après le décès du premier et dont la figure commence à se cristalliser dans les conflits meurtriers qui déchirèrent la communauté musulmane durant le dernier tiers du VIIe siècle.

Mais trop souvent, la piété musulmane n'a pas conscience de cette dualité. Les deux Mahomet se télescopent, le Mahomet de l'histoire revêtant peu à peu les traits du Mahomet idéalisé. C'est cette figure hybride que visent les caricatures provoquant la colère de nombreux musulmans; ils y voient injurié le modèle de sainteté et de perfection sur lequel ils orientent leur vie.

Sans en être généralement conscientes, les caricatures occidentales et les protestations musulmanes reposent ainsi sur les mêmes prémisses. Tout le travail de l'historien consiste par conséquent à démêler cet écheveau, à restituer le Mahomet historique à son contexte social, culturel et religieux et à montrer comment et dans quelles circonstances s'est formée la figure idéalisée de Mahomet, cette figure qui joue un rôle si central dans l'islam, aujourd'hui comme au VIIIe siècle.

Traduction de Jean-Marc Tétaz


Mahomet. Histoire d'un Arabe. Invention d'un Prophète. par Tilman Nagel, traduit par Jean-Marc Tétaz
2012-12-05-MahometHistoiredunArabeinventiondunprophteAmazon.frTilmanNagelLivres.jpeg
Ed. Labor et Fides, 2012

 
Suivre Le HuffPost Québec