LES BLOGUES

Les manigances du ministre Barrette

16/03/2016 04:49 EDT | Actualisé 17/03/2017 05:12 EDT

La semaine dernière, nous apprenions que les coupures du ministre Barrette adoptées sous bâillon (Loi 28) en juin dernier ont occasionné des pertes équivalentes à près de 1 000 emplois en pharmacie en moins de 6 mois. Les gens oublient facilement que les 2 000 pharmacies du Québec font travailler 42 000 personnes. C'est plus que Bombardier, RONA, Hydro-Québec et Rio Tinto tous réunis.

Au lieu de prendre des mesures pour limiter les dégâts, le Dr Barrette a préféré détourner le problème volontairement et porter des accusations calomnieuses et diffamatoires envers sa vis-à-vis de l'opposition, la députée Diane Lamarre.

Par cette diversion, M. le magicien Barrette se met en scène avec indignation vertueuse et fait disparaître discrètement les 1 000 emplois perdus à cause notamment de son aveuglement et de son entêtement. Il va même jusqu'à nier les résultats d'un sondage d'une firme reconnue. Quelle mauvaise foi de la part du «sinistre» de la santé!

Son attaque virulente envers Mme Diane Lamarre concerne aussi toutes les femmes travaillant dans les pharmacies. Dans les 2 000 pharmacies du Québec, la grande majorité des employées sont des femmes. Donc le Dr Barrette et ses coupures affectent principalement les femmes dont plusieurs sont souvent monoparentales.

Mme Lamarre, vous avez toujours tenu pour les patients et la société. Par votre intégrité, votre droiture et votre savoir-vivre, vous pouvez en montrer au ministre de la Santé.

Nous saluons votre engagement, votre persistance et votre capacité à surmonter la bassesse et la brutalité. Vous avez derrière vous toute l'affection de votre communauté professionnelle.

Le PLQ a donné 1,2 milliard à Bombardier pour sauver quelques milliers d'emplois relocalisés ailleurs qu'au Canada et pendant ce temps il a fait perdre 1 000 emplois au Québec suite aux coupures de 400 millions aux pharmaciens. Où est la logique?

L'entente conclue avec les pharmaciens propriétaires en juin dernier comprenait le déplafonnement des allocations professionnelles comme mesure d'atténuation pour pallier aux coupes imposées de 400M. 7 mois après la signature de cette entente, les coupures sont en vigueur depuis septembre, mais le déplafonnement se fait toujours attendre, ce qui a eu pour conséquence directe des manques à gagner et des pertes d'emplois. D'autres effets négatifs et dommages collatéraux sont à venir très prochainement si les pharmacies ne peuvent compenser leurs pertes par les mesures promises.

Dénoncer un ancien scandale des allocations professionnelles aux pharmaciens alors qu'il a lui-même suggéré et permis cette mesure d'atténuation dans la nouvelle entente! Quelle tartufferie de la part de M. Barrette!

Dans ses propos outrageux envers Diane Lamarre, le ministre Barrette éclabousse également l'Ordre des pharmaciens du Québec et tous les pharmaciens par le fait même. Rappelons que le mandat de l'Ordre est de protéger le public, il ne s'agit pas d'un syndicat professionnel.

C'est assez culotté venant de la personne probablement la plus en conflit d'intérêts au Québec. Il est ministre de la Santé, il défend les ententes qu'il a lui-même signées lorsqu'il était de l'autre côté de la clôture, quand il était président de la FMSQ, syndicat des médecins spécialistes du Québec. Rappelons que Barrette a reçu une prime de départ de la part de son syndicat de 1,2 million$ et que curieusement, il a favorisé les médecins spécialistes en leur fournissant des augmentations sans précédent, en plus de leur permettre des frais accessoires onéreux! Il a également suspendu le projet de loi 20. Selon les dernières statistiques, l'accès des patients vers un médecin serait toujours aussi difficile!

Deux ans après la nomination de Gaétan Barrette, le chercheur M. Damien Contandriopoulos dresse un constat accablant de ses réformes. Jamais dans l'histoire de notre système de santé nous n'avons coupé autant et aussi vite dans les budgets d'établissement, dans les soins à domicile, dans les services de CLSC, dans la santé publique pour un recentrage fort des services de santé vers le secteur médical seulement.

Il n'est pas digne du poste qui lui a été attribué; et il est en conflit d'intérêts dans le dossier des médecins, ainsi que dans celui des cliniques privées, avec lesquelles son gouvernement est en train de signer une nouvelle entente. Personne ne semble en mesure d'arrêter la destruction massive de notre système de santé par le bulldozer Barrette à l'heure actuelle et le tout semble avoir été cautionné par M.Couillard!

Considérant que Gaétan Barrette affaiblit la première ligne de soins que sont les pharmaciens sans égard aux intérêts pour la population,

Considérant que les pharmaciens québécois sont des citoyens à part entière et qu'ils n'ont enfreint aucune loi,

Considérant que les pharmaciens ont toujours négocié de bonne foi,

Considérant que les pharmaciens n'ont jamais manqué de respect envers le ministre de la Santé,

Considérant que les pharmaciens évoluent dans une société de droit et qu'ils s'attendent à un traitement juste et équitable,

Considérant que Gaétan Barrette a sali la réputation de tous les pharmaciens du Québec en associant les allocations professionnelles à des pots de bonbons et de biscuits dans lesquels les pharmaciens pigeraient à deux mains,

Considérant que Gaétan Barrette a mis en doute l'intégrité de l'Ordre des Pharmaciens du Québec en s'attaquant à son ancienne présidente,

Considérant que les pharmaciens représentent le seul groupe à subir des baisses directes et effectives de leurs honoraires découlant des décisions de Gaétan Barrette,

Considérant que, après plus de 7 mois, Gaétan Barrette n'a toujours pas mis en vigueur la contrepartie à laquelle avaient droit les pharmaciens après une juste négociation et qu'il met en place des stratagèmes pour contourner ses engagements,

Considérant que Gaétan Barrette nie que plus de 1 000 emplois ont été perdus dans les pharmacies en réaction aux coupes qu'il a imposées,

Considérant que Gaétan Barrette n'a pas l'objectivité requise pour discuter avec les pharmaciens québécois,

Nous demandons au ministre de la Santé, Monsieur Gaétan Barrette, de se retirer immédiatement de tous les dossiers touchant directement ou indirectement les pharmaciens.

Si la réelle motivation de Gaétan Barrette était la recherche d'économies pour le système de santé, il y a longtemps qu'il appliquerait les mesures que les pharmaciens du Québec lui ont suggérées. Par exemple, revoir simplement les critères du NSP (ne pas substituer) pour éviter les fraudes et abus actuels et revoir la liste de médicaments couverts et les choix de premières intentions de traitement. Les médecins du Québec prescrivent beaucoup plus que les médecins des autres provinces, et souvent les molécules les plus chères, au lieu de suivre un formulaire strict comme ailleurs au Canada. Selon le commissaire de la santé, cela pourrait permettre de sauver jusqu'à 3 ou 4 milliards de dollars.

Avec le vieillissement de la population, le maintien à domicile et les soins ambulatoires encouragés, les pharmaciens communautaires ont définitivement leur rôle à jouer. Dr Barrette préfère pourtant nous attaquer plutôt que ses amis intouchables. Jalousie corporatiste, Vendetta personnelle? Il a lieu de se poser de sérieuses questions.

Le combat de sa vie, pour M. Barrette, c'est la rémunération des médecins spécialistes, et il est de plus en plus flagrant qu'il se sert de sa nomination politique pour faire avancer cette cause, et rien que cette cause au détriment des patients. Le rôle premier d'un politicien est de mettre ses intérêts personnels de côté pour servir la population. Pendant que M. Barrette continue son combat personnel, on oublie tous les gaspillages qui se produisent à d'autres niveaux.

Lorsque le gouvernement nous offre un interlocuteur qui affiche de la mauvaise foi et un mépris clair, comment peut-on espérer une juste négociation?

Nous sommes des citoyens à part entière. Nous ne sommes pas une nation étrangère ou les sujets d'un roi omnipotent.

La population du Québec est en plein droit de se questionner sur le fonctionnement actuel de la démocratie sur son territoire.

Co-signés par plus de 200 pharmaciens à travers le Québec.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter