LES BLOGUES

La vérité sur les larmes de Serey Die

20/06/2014 11:32 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

Le milieu de terrain ivoirien Geoffroy Serey Die a pleuré de façon incontrôlable au moment où ses compatriotes entonnaient L'Abidjanaise, l'hymne de la Côte d'Ivoire, à l'Estadio Nacional de Brasilia, quelques minutes avant le match qui allait opposer son pays à la Colombie. Quelque temps après, sur les réseaux sociaux, certains médias, dont le journal anglais Daily Mail, ont relayé une rumeur sur la raison qui explique le déversement de telles larmes. Selon cette rumeur, les pleurs de Serey Die étaient dus à la mort de son père, survenue deux heures auparavant.

Heureusement, le joueur ivoirien s'est exprimé à ce sujet sur son compte Instagram en apportant un démenti formel à l'information qui a circulé à la vitesse d'un feu de paille sur la toile. Voici officiellement ce qu'a écrit le joueur ivoirien et milieu de terrain du FC Bâle : «Salut, juste pour vous dire que c'est faux tout ce qui se dit sur le décès de mon père, car il est décédé en 2004. C'est juste des émotions de fierté d'être Ivoirien et de servir mon pays qui m'ont fait pleurer. Je ne pensais pas un jour être à ce niveau. Au passage, je suis désolé pour mon erreur. Je sais que je vous ai déçu, mais je vais me rattraper. Que Dieu vous bénisse.»

Le monde entier avait été touché par les larmes irrésistibles du joueur de 29 ans. Un autre message a été publié de façon similaire sur la page Facebook des fans de Serey Die : «À tous, merci pour vos messages. Mon père est décédé en 2004, l'information des médias est erronée. C'est d'être au service de mon pays qui m'a provoqué autant d'émotions.» Ces notes rectificatives de Serey Die ont été vues et approuvées sur Twitter par des experts comme Christophe Jousset , journaliste du Service des sports de Radio France internationale (RFI), de concert avec Cedric Rouquette, rédacteur en chef d'Eurosport.fr et auteur du blogue foot Chroniques.

« Je suis quelqu'un de très émotif. Ma vie a toujours été difficile, j'ai pensé à mon père qui était décédé depuis 2004, j'ai pensé aussi à ma vie de galère », a confié le joueur. « Je ne pensais pas que j'allais être ici un jour, que j'allais jouer un jour pour mon pays, cette émotion m'a envahie, a-t-il ajouté. J'ai lutté (contre les larmes), mais je n'ai pas pu. Je ne pensais pas que ça pourrait m'arriver, mais c'était plus fort que moi. » Quoi qu'il en soit, les photos d'avant-match restent très poignantes.

Ce n'est pas la première fois qu'un joueur pleure dans ce tournoi au moment qu'il chante l'hymne national de son pays. Le joueur brésilien Neymar, grande figure du Mondial, a également versé des larmes avant son match contre l'équipe mexicaine, en présence Kobe Bryant, son ami américain dans les tribunes venu l'encourager. On se souvient de l'attaquant nord-coréen Jong Tae Se, qui avait fait pareil lors de la Coupe du Monde de 2010 en Afrique du Sud. Donc, comme dit le vieil adage, il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

Malgré le courage et la fierté de Serey Die, la Côte d'Ivoire a été battue (2-1) par la Colombie (buts de James à la 64e et Quintero à la 69e contre un but de Gervinho à la 73e) dans ce groupe C de la Coupe du monde. Les Sud-Américains prennent la première place avec six points. Les troupes de Pekerman sont quasiment qualifiées pour les huitièmes de finale, alors que les Éléphants de Lamouchi devront en découdre avec la Grèce lors de la dernière journée du 24 juin 2014.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Mondial 2014: Colombie vs Côte d'Ivoire

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?