LES BLOGUES

Ne mettons pas nos héros sur un piédestal

08/05/2014 12:00 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Oscar Pistorius is seated in a courtroom at the high court in Pretoria, South Africa, Tuesday, May 6, 2014. A man who lives next to the house where Pistorius fatally shot his girlfriend has testified at the athlete's murder trial about the night of the killing, saying he heard a man crying loudly and that he called the security of the housing estate for help. (AP Photo/Mike Hutchings, Pool)

Vouloir être des héros, cela fait aussi partie de notre condition humaine. Nous sommes presque tous à la recherche d'un modèle ayant réalisé quelque chose d'extraordinaire. Qui pouvons-nous regarder pour aller vers l'avant ? Il existe des candidats méritants pour de telles adorations dans une myriade de domaines donnés.

Les idoles pleuvent de partout et les plus populaires, de ceux que les médias nous présentent le plus souvent, proviennent de secteurs divers, généralement le cinéma et le monde du sport. Il y en a des dizaines de héros sportifs, bien sûr. Il y a ceux qui, faisant partie d'une équipe, sont devenus célèbres. Et puis ceux qui se démarquent en tant que personnes, que ce soit simplement parce qu'ils éclipsent les autres dans l'équipe, ou parce qu'ils excellent dans ce qui est en soi un sport individuel.

Ces grandes vedettes appartiennent à un groupe sélect encore plus restreint - le groupe de ceux qui, parce qu'ils ont bravé des difficultés sportives apparemment insurmontables, deviennent encore plus célèbres et plus admirés à des raisons qui transcendent leurs sports respectifs. On peut citer : Tiger Woods, Lance Armstrong et Oscar Pistorius. Ce sont des athlètes qui ont tous rompu toutes sortes d'obstacles, pour ensuite éclater en morceaux aux yeux de leurs admirateurs.

Tiger Woods

Avec son style flamboyant et athlétique, ses origines afro-américaines, asiatiques, amérindiennes et européennes, on le crédite d'avoir popularisé le golf aux États-Unis et dans le monde, surtout auprès des minorités et des jeunes qui ne s'intéressaient pas à ce sport - il a remporté le Tournoi des Maîtres à 21 ans, le plus jeune. Un héritage racial mixte dans un sport traditionnellement élitiste et généralement conformiste.

Tiger Woods, bon garçon, dont l'image a été brisée le jour où la presse a publié un article, alléguant qu'une hôtesse de bar californien qui se présente comme l'une de ses quelques 10 maîtresses, aurait adressé des excuses télévisées à la femme du golfeur et s'est dite blessée d'apprendre qu'il avait eu d'autres liaisons. Peu de temps après, plus d'une douzaine de femmes ont commencé à sortir de la boiserie.

Lance Armstrong

Atteint d'un cancer du testicule dans un sport qui exige de passer des heures exténuantes assis sur un vélo, il a remporté le Tour de France, un record de sept fois de suite après le diagnostic horrible. Lance Armstrong a été marqué par l'Agence antidopage américaine en tant que chef de file du plus sophistiqué programme de dopage professionnalisé et réussi que le sport n'ait jamais vu. Il a été dépouillé de tous ses titres et a été banni à vie de sa discipline sportive.

Oscar Pistorius

Un homme dont les jambes ont été amputées avant son premier anniversaire a eu le courage, l'audace, de participer à des compétitions contre les meilleurs au monde dans la course des 400 mètres aux Jeux olympiques. Il appartenait au cercle restreint des athlètes, finalement tombé du sommet, ou du moins en chute libre.

En regardant Pistorius pendant les récents Jeux paralympiques, il était difficile de ne pas être inspiré. Il était sans doute le plus bel exemple de ce que signifiait faire l'impossible. Et maintenant, son visage sanglotant est plâtré dans les pages d'actualité du monde entier comme le premier assassin suspect dans la mort de sa petite amie. Maintenant que les histoires d'un homme qui a peut-être été violent, paranoïaque et obsédé par les armes abondent.

Défiants, dans le déni, les fanatiques ont tardivement fait preuve de diligence raisonnable. Étant donné que l'athlète sud-africain avait plusieurs pistolets nichés dans sa maison. Il n'est certainement pas ce que les gens pensaient qu'il était. Après avoir perdu les 200 mètres lors des Jeux paralympiques de Londres, il a accusé le gagnant d'avoir un avantage injuste sur lui, se faisant passer pour une victime. Rien n'aurait pu nous conduire à penser qu'il était capable d'assassiner.

Parfois, on oublie les signes avant-coureurs, on fait semblant de les ignorer dans l'espoir vain de garder nos idoles. Il y a sûrement des théories de réponses psychologiques à ma question. Ce qu'Oscar Pistorius a atteint est sans aucun doute très inspirant. Grimper au sommet du monde sans ses deux jambes est également loin d'être une mince affaire. Même s'il n'est pas tout à fait tort d'admirer nos idoles, peut-être ne devrions-nous pas nous concentrer davantage sur leurs prouesses et leur poursuite et non pas sur leur personne ?

C'est ce qui contribue à la naissance de ces prouesses : la discipline, le sacrifice et la quête de l'excellence. Mais nous faisons bien de nous rappeler que, même s'ils sont héroïques, ils sont encore humains, enchaînés avec des imperfections mortelles. Peut-être que la meilleure chose que nous pouvons faire pour eux, c'est de supprimer les piédestaux sur lesquels nous les avons placés.

VOIR AUSSI SUR LE HUFF POST

Oscar Pistorius's career in pictures


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?