Tamy Emma Pepin

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Tamy Emma Pepin
 

Les blogues les plus viraux de la dernière année

Publication: 08/02/2013 00:11

Durant la dernière année, plus de 370 blogueurs nous ont fait parvenir des lettres ouvertes et des textes d'opinion allant de la politique québécoise à l'élection américaine, en passant par la religion, l'environnement, la culture, l'économie et bien sûr, le conflit étudiant.

La communauté et les réseaux sociaux étant une partie intégrale de l'ADN du Huffington Post Québec, nous vous présentons aujourd'hui le Top 21 des billets de blogue les plus partagés et commentés sur le site au cours de l'année. Vous aurez peut-être déjà lu certains de ses textes et, je l'espère, en découvrirez de nouveaux. Retour sur une année mouvementée.

1) Lise Ravary: Pourquoi je suis pour la hausse et contre la gratuité

La blogueuse Lise Ravary (maintenant au Journal de Montréal) explique en six points pourquoi elle est en faveur de la hausse des frais de scolarité.

Je crois de moins en moins en la valeur réelle de la participation étatique dans la vie citoyenne. Du moins, je m'en méfie et pas par idéologie, car je n'en défends aucune. Parce que le retour sur investissement pour la population est trop souvent absent de l'équation, quand "c'est le gouvernement qui paye". Le gouvernement ne paie rien. Les contribuables paient tout. Par exemple, les citoyens sont sous l'impression que les soins de santé sont gratuits ici. Qui plus est, les fonctionnaires qui « gèrent » le système n'y investissent pas leurs propres deniers non plus. La notion de coût réel disparaît en même temps qu'une partie de la réalité des choses. Et on se retrouve avec ce que l'on a. Du mou.

À vous de choisir: Voyez le top des blogues dans notre galerie ou continuez votre lecture ci-bas

Loading Slideshow...

2) Sophie Rondeau: Lettre ouverte à Monsieur Legault

Enseignante au secondaire à la Commission scolaire Marie-Victorin, Sophie Rondeau et ses collègues signent une lettre ouverte à François Legault afin de déplorer ses propositions en matière d'éducation.

Monsieur Legault,

Nous vous entendons dire un peu partout dans les médias que plusieurs enseignants vous supportent dans votre croisade pour l'éducation, eh bien nous voulons dire haut et fort que nous, nous ne vous appuyons pas. La chasse aux mauvais enseignants est loin d'être le problème principal de l'école québécoise. Si vous passiez ne serait-ce qu'une semaine entre les quatre murs d'une école primaire ou secondaire, vous vous en rendriez compte par vous-même. Et ce n'est pas en nous offrant un salaire plus élevé que vous ferez passer la pilule. Ce n'est pas un salaire plus élevé que nous voulons. Ce que nous voulons, c'est de l'aide pour nos élèves ayant des difficultés d'apprentissage et des difficultés de comportement.

3) Savignac: Lettre à l'étudiant

Le blogueur Savignac signe une lettre aux étudiants en grève.

Je ne serai pas à la manif' demain. Tu sais bien, les enfants, le patron, l'hypothèque ...Mais je te demande de comprendre que je serai là, quand même, depuis mon impuissance. Que de ma camisole de force, les mouvements sont limités. Que de mon scaphandre, je suis l'otage. Mais s'il te plait, sois mon bras armé. Toi seul peux l'être. Avant que le REER ne te pogne, toi aussi, dis-leur que c'est assez. J'ai besoin, nous avons besoin, de ton euphorie, de ta rage, de ta force, de ta liberté.

4) Yves-François Blanchet: Les étudiants ne valent pas un bout de route

Yves-François Blanchet, député de Drummond (maintenant Ministre de l'Environnement) critique les choix du gouvernement libéral lors du printemps érable.

Le gouvernement libéral va financer à hauteur de près de 300 000 000$ la construction d'un tronçon de 243 kilomètres de route allant permettre à la minière Stornoway Diamond Corporation d'extraire à son profit plus de 5 milliards de dollars de diamants du sous-sol québécois. En vertu des lois proposées par le gouvernement, il pourrait n'en retirer aucune royauté. La somme, reconnue en général, qui devrait être investie dans le réseau des universités québécoises oscille entre 300 000 000$ et 500 000 000$ afin de rétablir ses bases financières de façon solide et durable.

5) Savignac: La gauche et la droite expliquées à mon fils

Un billet politique de Savignac qui a bien fait jaser les lecteurs dans les commentaires.

- Papa, toi tu dis toujours la gauche, la droite, la gauche, la droite ... mais c'est quoi ça, qu'est-ce que ça veut dire ?

- Mon amour. C'est très simple. La gauche véhicule des valeurs humanistes, des valeurs de progrès, de solidarité, de liberté, de justice, de partage et d'égalité, tandis que la droite, plus pragmatique, favorisera des valeurs traditionnelles fondées sur l'ordre, le mérite, la sécurité et le conservatisme, valeurs auxquelles il faut ajouter la prédominance de l'individualisme, du libéralisme économique dérèglementé favorisant, avant toute chose, le profit. Va te brosser les dents.

6) Karel Mayrand: Daniel Breton au 357c

Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki et président du Projet climatique Canada de Al Gore signe un texte très partagé à la suite de la démission du ministre de l'Environnement, Daniel Breton.

Depuis toujours, ces clubs sont privés pour éviter que l'establishment soit dérangé par le monde ordinaire. Daniel Breton, c'est le gars avec un porte-voix dans la rue que les membres du club privé ne remarquent même pas entre la terrine de gésiers confits et la crème brûlée, trop occupés à conclure des marchés entre eux.

7) Arielle Grenier: Comment expliquer la popularité de Gabriel Nadeau-Dubois

Arielle Grenier, étudiante pro-hausse qui s'est fait connaître après un passage remarqué à l'émission Tout le Monde en Parle, se questionne quant à la popularité de Gabriel Nadeau-Dubois, symbole du mouvement étudiant.

Gabriel Nadeau-Dubois a profité de la conjoncture politique pour attirer l'attention des journalistes et de la population [...] Est-ce normal de lancer des briques sur les voies du métro, de bloquer des ponts en coupant l'accès au travail de nos honnêtes citoyens, de peinturer en rouge des édifices publics et commémoratifs? Est-ce devenu la norme au Québec d'avoir recours à la violence et à la désobéissance civile pour s'exprimer? Il a fait de cette province le lieu d'une folie sociale.

8) Pierre-Luc Brisson: Petit homme

Le blogueur Pierre-Luc Brisson à la suite du discours moqueur de Jean Charest au Palais des Congrès de Montréal.

Alors que le centre-ville s'embrasait à quelques dizaines de mètres du premier ministre, celui-ci se permettait de blaguer, tournant au ridicule la violence des manifestations étudiantes. « Vous voyez, ils frappent à notre porte! » a-t-il lancé aux gens d'affaires, visiblement tordus de rire. Auraient-ils autant ri s'ils n'avaient pas été protégés par l'escouade anti-émeute?

9) Prof de littérature: Je suis un con. J'enseigne la littérature

Un professeur de littérature souhaitant garder l'anonymat signe un texte sur l'enseignement des arts et des lettres.

Je suis un prof de littérature, vous savez, j'enseigne une de ces matières obligatoires au cégep et que plusieurs estiment complètement inutile. Je suis donc un de ces profs au cours de qui personne ne s'inscrit (pas besoin, c'est automatique) et à qui tout le monde reproche de voler le temps. Je suis un prof de sciences molles, comme j'ai entendu certaines personnes le prétendre dans les récents débats sur l'accès à l'éducation.

10) Pascal Henrard: J'étais pour

Pascal Henrard explique pourquoi il a changé son fusil d'épaule lors du conflit étudiant.

Au début, j'étais pour la hausse des frais de scolarité et contre la grève. Je trouvais ça normal que tout le monde paye pour ce qu'il reçoit [...] Et puis j'ai changé d'avis. Quand j'ai vu que la "juste part" ne s'appliquait pas aux multinationales, aux compagnies minières et aux entreprises en collusion. Quand j'ai appris que, pour ne prendre que quelques exemples, les profits de Gaz Met étaient en 2004 de 168 millions pour 0,1 % d'impôts, Canadian Pacific 716 millions de profits pour 1,6 % d'impôts, Suncor, 1,62 milliard pour 4,4 % d'impôts.

11) Jean Barbe: Oui, tout ça pour ça

Jean Barbe s'exprime sur les blogues du HuffPost Québec à la suite de son renvoi des blogues du Journal de Montréal.

C'est au cœur du camp adverse qu'il faut oser aller, pour affronter les opinions des autres, débattre avec eux, s'engueuler avec eux, peut-être en convaincre quelques-uns, peut-être être convaincus pas quelques autres. Changer, évoluer, débattre, s'opposer. Offrir aux lecteurs un choix de visions du monde plutôt qu'une seule, dictée par les impératifs économiques du moment. Pour ces raisons, je regrette mon renvoi des blogues du Journal de Montréal. On a fait taire une voix que les lecteurs n'ont pas l'habitude d'entendre.

12) Philippe Turchet et Jocelyne Robert: Analyse du langage non verbal des chefs

Philippe Turchet et Jocelyne Robert ont fait équipe lors du débat des chefs afin d'analyser le langage non verbal des chefs. Voici leurs observations:

Dans ce débat, sans ambiguité, les gagnantes sont les deux femmes. Françoise David a étonné par sa solidité. Pauline Marois a montré qu'elle était "premiere ministrable". Françoise David a marqué des points et fait des gains. Elle est apparue à l'aise et détendue. Une gestuelle corporelle fluide, mais sans laisser-aller est toujours gagnante dans ce type d'exercice. Très droite pourtant, sans basculer dans la rigidité, elle a communiqué avec les deux parties du corps sans dodelinements ce qui, inconsciemment, inspire confiance.

13) Philippe Falardeau: Lettre ouverte à Monsieur Guzzo

Le réalisateur Philippe Falardeau signe une lettre singlante à Monsieur Guzzo sur le cinéma au Québec.

En évoquant l'intérêt des contribuables dans le financement du cinéma, vous ne défendez ni un principe de justice fiscale, ni une vision cohérente du financement de la culture, mais bien vos intérêts commerciaux. Et vous le faites en citant des choses que vous savez fausses [...] Vous dites : «Il faudrait recommencer à faire des films que le monde veut voir». D'abord, je ne connais aucun cinéaste, même le plus ténébreux, qui souhaite faire des films que personne ne veut voir.

14) Victor-Lévy Beaulieu: Merci, Gabriel!

Victor-Lévy Beaulieu donne son appui à Gabriel Nadeau-Dubois.

Depuis le début de la grève étudiante, le gouvernement et la plupart des éditorialistes et commentateurs ne cessent de s'en prendre à Gabriel Nadeau-Dubois, le leader de la CLASSE. Pourquoi donc? Parce qu'il est le seul à garder le cap sur la raison qui a amené les étudiants à entrer en grève : la hausse des frais de scolarité. Sans Gabriel Nadeau-Dubois, ce réveil des étudiants et, plus généralement, de la population québécoise, aurait-il lieu? Permettez-moi d'en douter.


15) Allison Tate: Maman, reste sur la photo!

Suite au succès de ce billet publié sur la version américaine du Huffington Post, énormément de mères ont envoyé des photos d'elles avec leurs enfants. Nous avons fait traduire le texte pour le lectorat francophone.

J'essayais d'éviter les preuves photographiées de mon existence ces derniers temps. Pour être honnête, j'évitais même les miroirs. Quand je me vois en photo, je fais la grimace. Je sais que je suis loin d'être la seule, que beaucoup de mes amies évitent aussi l'appareil photo. Cela semble logique. Nous avons des corps de maman et nous ne sommes plus si jeunes. Nous n'avons pas toujours le temps de sécher nos cheveux avec l'appareil, de nous maquiller, parfois même de nous laver [...] Mais voilà, nous devons faire un effort pour être aussi sur la photo.


16) Annick Vigeant: Legault et les femmes

Annick Vigeant sur les faux-pas de François Legault en campagne électorale.

François Legault pompe sérieusement ma fibre féministe depuis le début de la campagne. Certaines de ses déclarations auraient pu être prises pour des maladresses, mais leur accumulation au fil des semaines commence à brosser un portrait général un peu inquiétant. En 2012, la suite de ses déclarations a de quoi saisir. Jetons-y un coup d'oeil.


17) Pascal Henrard: Attentat contre Pauline Marois: des questions

Le Québec au grand complet a été ébranlé le soir du 4 septembre lorsque Pauline Marois a été victime d'un attentat au Métropolis de Montréal. Denis Blanchette, technicien de scène de 48 ans, perdu la vie lors de cette soirée tragique.

Comment, le soir d'une élection cruciale, un homme armé d'un AK47, la mine patibulaire cachée par une cagoule noire et affublé d'un peignoir ridicule peut-il se promener en plein centre ville sans se faire appréhender par la police alors qu'un étudiant avec un masque de clown peut se faire arrêter, menotter et verbaliser manu militari?

Comment un soi-disant fou a-t-il pu organiser et planifier minutieusement une opération de commando contre la nouvelle première ministre du Québec sans que personne ne lève le petit doigt ni même ne se doute de rien ?


18) François Parenteau: Lettre au gars de Québec

Un cri du coeur du réalisateur François Parenteau lors de la crise étudiante

Je crois que le gouvernement actuel qui nous prend pour des imbéciles et attise nos divisions mérite qu'on lui donne ensemble la volée électorale de sa vie. Ne serait-ce que pour sa gestion de nos richesses naturelles, il la mérite. Bien sûr, je parle de volée démocratique ici. C'est une figure de style. Ce qu'il faudrait dire, c'est que ce gouvernement mérite qu'on lui "donne une bonne leçon".

19) René Forget: Lettre ouverte à Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières du SPVM et à l'ensemble de ses collègues

Votre lâcheté m'écœure. Vous êtes des lâches, des peureux. Vous déshonorez votre profession, vous êtes corrompus. Ça fait tellement longtemps que vous ne faites plus que donner des tickets, que vous êtes rendus une agence de collection pour des gouvernements corrompus. Vous avez complètement oublié votre mission, vous avez complètement oublié votre indépendance judiciaire. On sait bien, quand il s'agit de « varger » à coups de matraque sur des gamines de 19 ans sans défenses, de faire des « arrestations préventives » ou du profilage politique vous avez le torse bombé mais quand il s'agit de faire votre vrai devoir, quand il s'agit d'arrêter vos patrons, le torse se dégonfle.

20) Maka Kotto: Des excuses aux Québécois

Maka Kotto réagit aux propos du maire de Saguenay à l'égard de Djemila Benhabib.

Peut-être serait-ce plus facile si je m'appelais Marc Croteau. Peut-être pourrais-je alors dire que je suis pour une charte de la laïcité sans risque. Faudrait-il alors qu'on me renvoie dans ma région, dans ma ville? Si je m'appelais Marc Croteau et que je disais que je crois que les valeurs québécoises incluent la séparation de l'Église et de l'État, l'égalité entre les hommes et les femmes et le français comme langue commune, qu'est-ce qu'on pourrait bien me répondre? Que je ne connais pas le Québec?

21) Francine Pelletier: Le manifeste qui fait grincer des dents

Francine Pelletier sur le manifeste de la CLASSE.

Il fallait bien sûr s'attendre à ce que le manifeste de LA CLASSE fasse jaser. Bien qu'à mille lieues du brûlot, le simple fait d'appeler ça un "manifeste" semble raviver chez plusieurs des souvenirs... explosifs? Personne n'a encore évoqué la FLQ, à ce que je sache, mais des images de bombes doivent bien trotter dans la tête de certains.
LIRE AUSSI:
» Le Huffington Post Québec: ici pour rester, par Patrick White
» Bon premier anniversaire, HuffPost Québec, par Arianna Huffington
» Nos coups de cœur
» Top 15 des meilleures galeries photos
 

Suivre Tamy Emma Pepin sur Twitter: www.twitter.com/tamyemmapepin

Suivre Le HuffPost Québec