Taxation

PC

Bienvenue dans la réalité

Si le prix d'à peu près tout monte, et que votre revenu stagne ou augmente moins vite, vous allez couper quelque part. En d'autres mots, au-delà d'un certain niveau de taxation, les gens dépensent moins, l'économie ralentit et le gouvernement reçoit moins d'argent en taxes et impôts. Élémentaire, me direz-vous. Mais tout un choc pour certains politiciens, semble-t-il.
Shutterstock

Alerte! Riches surtaxés!

Aujourd'hui, on s'époumone contre le fait qu'une personne ayant étudié aux frais de l'État et qui gagne aujourd'hui 200 000 $ (et disons 175 000 $ en revenu imposable) doive payer 1 600 $ de plus... On dénonce la potentielle fuite de cerveaux alors qu'on applaudissait une hausse des frais de scolarité qui en aurait découragé plus d'un d'étudier!
Shutterstock

Travaille et tais-toi! Une hausse d'impôt mal avisée.

Faire porter sur les épaules des hauts salariés le coût des promesses électorales ressemble à une baguette magique de politiciens: on vous promet beaucoup, mais vous ne paierez pas puisque d'autres recevront la facture. Le gouvernement suivant pourra dire la même chose. Et les montants s'accumulent chaque fois. Une famille gagnant 275 000 $ paie actuellement 39 % d'impôts et de taxes. Jusqu'où pourra-t-on aller?