SAINT-GERMAIN

shutterstock

Saint-Germain-des-Prés - Pierre Caron

Aujourd'hui la très grande majorité des éditeurs ont déserté Saint-Germain-des-Prés pour occuper des locaux moins onéreux en lisière de Paris et les écrivains se sont dispersés. Comme Guy Béard avait raison, lui qui chantait : «Il n'y a plus d'après à Saint-Germain-des-Près...»