Rush Limbaugh

AFP/Getty Images

Misogynie, civisme et flair politique

Nous approchons la fin d'un mandat présidentiel lors duquel les schismes partisans et le manque de civisme dans le débat public, au lieu de s'apaiser, se sont exacerbés. Avant d'être employé par Limbaugh, le terme « salope » a été utilisé, moins d'un an auparavant, par Ed Schultz, commentateur de gauche de la chaîne MSNBC, pour décrire en ondes l'auteure conservatrice Laura Ingraham.
Getty Images

Monsieur Limbaugh, les salopes vous disent merci

Selon le raisonnement de Monsieur Limbaugh, si l'étudiante Sandra Fluke revendique le droit à la contraception c'est parce qu'elle «est une salope qui prend part à tellement d'activités sexuelles qu'elle a besoin d'être payée pour les entreprendre». Pour jeter de l'huile sur le feu, dans son tourbillon d'insultes étiré sur un total de trois jours, il a ajouté que si les étudiantes de l'Université Georgetown désiraient avoir un régime d'assurance couvrant la pilule contraceptive, elles devraient au moins «filmer leurs exploits» pour que lui et tous les autres citoyens américains puissent au moins « en avoir pour leur argent».