Littérature Québécoise

Getty

Le PQ et le prix du livre: affirmer l'identité québécoise, mais laisser mourir sa littérature? - Gabriel Nadeau Dubois

Depuis près de trois mois, le gouvernement du Parti québécois se présente comme le champion de l'identité québécoise et de son patrimoine historique. Pendant ce temps, le milieu du livre crie au secours. Des appels qui, pour le moment, restent sans réponse. Entre la fermeté du PQ dans le dossier de la « Charte » et sa tergiversation dans celui du prix réglementé du livre, le contraste est frappant. L'affirmation culturelle du PQ s'arrête-t-elle là où les marges de Costco commencent à diminuer?
Henriette Dessaules

Henriette Dessaulles (1860-1946): ces petites perles de notre histoire

Comment définir, comment décrire, la poésie d'Henriette Dessaulles, sans évoquer l'aspect fragmentaire maintes fois remâché, le ton humoristique, la délicatesse, la «parlure», et la touchante discrétion? Son écriture «toute personnelle» n'aura de cesse de séduire les esprits, avec cette primauté du «Je», questionnant le monde, en s'opposant aux «simagrées» de son temps.
Henriette Dessaules

Henriette Dessaulles: la suite

Pour compléter le tableau de mon dernier article au sujet d'Henriette Dessaulles, il faudrait dessiner quelques regards vers les années 1900, et ainsi donner la parole à plusieurs écrivains, et historiens ayant voulu, par le passé, ouvrir la porte à une réelle compréhension des œuvres, au-delà de la fiction. En effet, comment voir un travail d'écriture au sujet d'une grande dame de notre littérature, par ailleurs pratiquement méconnue ?
Henriette Dessaules

Henriette Dessaulles (1860 - 1946): ces petites choses de notre Histoire

Comment se fait-il que si peu de contemporains ne connaissent aujourd'hui Henriette Dessaules, grande dame de notre littérature québécoise et canadienne? En effet, en plus d'un talent littéraire remarquable, elle nous a laissé une œuvre ayant connu un grand succès à l'époque. De ce fait, certains vieux de la vieille se souviendront peut-être de cette Fadette, laquelle entrait littéralement à l'intérieur des chaumières, en publiant ses chroniques, entre 1911 et 1946.