Jean Charest

Shutterstock

Les 10 citations de l'année

MONTRÉAL - Le tintamarre des casseroles, s'il se transposait en mots, mériterait de se retrouver dans la liste des citations illustrant le mieux l'année 2012. Pendant des mois, le discours politique a...
Montage

Course à la chefferie libérale: Qui va l'emporter?

En mars prochain, les militants libéraux vont choisir le successeur de Jean Charest lors du congrès à la chefferie. Le prochain chef sera choisi grâce à la bonne vieille formule des délégués. La course libérale n'a pas vraiment pris son envol, mais il faut s'attendre à beaucoup d'actions après le temps des fêtes. Après neuf années de règne de Jean Charest, le parti centenaire doit se choisir un leader qui va lui permettre de brasser des idées et de le mener à la victoire aux prochaines élections générales. Lequel des candidats va remporter la course?
CP

Où en sommes-nous?

Passé l'échec du référendum de 1995, j'ai l'impression que ce n'est que la société de consommation qui a pris de l'expansion. Les idéaux souverainistes ou fédéralistes ont fait place au train-train politique, au marasme politique. Tout le monde consomme, personne ne vote. Qu'est-ce qui qualifie la société actuelle, celle post-1995?
CP

Il serait parti, même en cas de victoire

QUÉBEC - Même si le Parti libéral avait été reporté au pouvoir le 4 septembre dernier, Jean Charest voulait quitter la vie politique avant longtemps.C'est du moins ce qu'ont soutenu à La Presse Canadi...
PC

Coupable d'inspirer

Montréal est une ville de coupables. Depuis des mois, les voleurs et les corrompus font la sellette oubliant même les sommes dérobées, les dates, les autres dérobeurs de biens publics impliqués. Ces gens se promènent en cravate et beaux atours, sont invités et applaudis à Tout le monde en parle et retournent tranquillement dans leurs maisons récemment léguées à leurs femmes ou enfants. Pourtant aujourd'hui c'est un jeune militant de 22 ans qui est trouvé coupable pour avoir fait valoir des droits collectifs.
Montage

Le Parti libéral du Québec doit redevenir une formation politique réformatrice

Le PLQ n'a de libéral que le nom et il continue d'être un des défenseurs du régime en place. Ce parti politique centenaire a une chance en or de devenir une force politique qui va prôner et respecter les idéaux du libéralisme classique : la liberté individuelle, le libre marché, la réduction de la taille de l'État et l'entrepreneuriat. Le Parti québécois a décidé de se camper clairement à gauche du spectre politique et la CAQ ne semble pas vouloir brasser assez la cage. Selon moi, le prochain chef libéral doit positionner le parti au centre-droit et devenir le parti réformateur que les Québécois recherchent depuis le début des années 2000.
CP

L'antinationalisme et la haine de soi

Ne cherchez pas la cohérence ces jours-ci. Outre les évidentes lacunes en communication du gouvernement péquiste et ses propres contradictions, de nombreuses critiques contre ce même gouvernement sont elles-mêmes intrinsèquement contradictoires. Nombreux sont ceux qui critiquent la visite de Pauline Marois au Congo et en France : pour eux, la francophonie ne sert à rien et un premier ministre devrait rester au Québec pour s'occuper de problèmes plus urgents.
PC

Couillard sur les blocs de départ

L'ex-ministre libéral de la Santé Philippe Couillard a l'intention de se lancer dans la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ), a pu confirmer Radio-Canada.Sa décision est prise à 90 %...
PC

Une course au leadership bientôt

QUÉBEC - Les libéraux accélèrent la cadence en vue de trouver au plus tôt, dès l'hiver, un successeur à Jean Charest.Ils prévoient tenir un conseil général le plus tôt possible, dès le mois d'octobre....
CP

Une bataille de gagnée, pas la guerre

MONTRÉAL - L'annulation de la hausse des droits de scolarité par décret ministériel promise par la première ministre désignée du Québec, Pauline Marois, à peine 24 heures après son élection, est une v...
CP

Un sincère merci

En y accordant tout votre coeur, c'est sans relâche que vous avez donné tout ce que vous aviez, et même davantage, pour honorer les mandats qui vous ont été confiés. Vous m'avez appris l'essence du mot engagement et la profondeur du mot courage. Ceux qui vous connaissent auront tous constaté cette force de caractère qui est la vôtre, grâce à laquelle chaque obstacle, d'une crise économique à la perte d'un être cher, devient une occasion de se rassembler et de mettre en commun ce que nous avons de meilleur pour avancer.
PC

La révérence de Jean Charest

Avec un contingent de 50 députés Jean Charest aurait pu choisir de rester en politique et de faire trébucher le gouvernement Marois dès que l'occasion se présentera. Il n'en a rien fait, préférant emporter avec lui les 9 ans de son administration et laisser la maison en ordre comme il dit. Je crois que sa décision est prise depuis un certain temps et sa défaite dans Sherbrooke a fait le reste.
CP

Bravo Mme Marois mais le terrain est miné

La première ministre du Québec Pauline Marois aura besoin de toute son habilté et de son expérience à compter d'aujourd'hui, car elle se retrouve en terrain miné. Miné par sa courte victoire sur le Parti libéral et la Coalition Avenir Québec. Championne du consensus elle devra négocier à la pièce les engagements qu'elle a pris durant la campagne électorale.
PC/HuffPostQc

Les chefs votent

MONTRÉAL - Près de 20 000 bureaux de scrutin ont ouvert leurs portes à 9 h 30, mardi matin, afin d'accueillir les électeurs québécois qui doivent maintenant choisir les 125 députés de l'Assemblée nati...
CP

Chaude fin de campagne

Nous y voilà au terme de la campagne électorale la plus chaude de l'histoire du Québec. Deux chefs, Jean Charest et Pauline Marois, jouent leur tête au terme de cette campagne. Le premier ministre Charest a été téméraire de précipiter la tenue d'un scrutin général, en plein été, en misant sur les relents de la crise étudiante. Après tout, il dirige un gouvernement majoritaire et aurait pu gouverner 18 mois mais, redoutait-il à ce point la Commission Charbonneau et ses révélations?