HISTOIRE DE FLIC

KatarzynaBialasiewicz via Getty Images

Des tableaux volés

Je venais d'être affecté au poste de police 25, celui du centre-ville. Je laissais à regret celui de Notre-Dame-de-Grâce, Nick, Marty et un tas d'amis. J'y laissais aussi mes ennemis, pas les bandits, pas les revendeurs, mais des officiers qui tentaient de me faire rentrer dans le rang.
Getty

Noël, c'est aussi la misère

Même à Noël, les cellules se remplissent, pas croyable. J'ai deux gars qui viennent de passer l'alcotest; je devrais dire, qui n'ont pas passé. J'ai Thérèse, qui vient d'écraser le nez d'un client et une petite de 16 ans en fugue.
PC

L'intimidation policière...

Il y a quelques temps, Patrick Lagacé nous informait dans La Presse qu'il avait été intimidé par un policier de la SQ, qui voulait connaitre le nom d'une de ses sources. Cette façon de faire l'avait complètement surpris et décontenancé. Ceci m'a ramené directement en arrière, en 2005 pour être exact.
Burazin via Getty Images

Un jour de chance

Bang ! Encore une fois, un homme vient tout juste de se jeter sur le capot de notre voiture. C'est pas du nouveau, mais ça surprend toujours un peu. Mon partenaire, toujours aussi nerveux, fait presque une embardée sur le trottoir.
northlightimages

Une nuit avec le grand Jean Guy

En cette nuit de vendredi, j'ai la chance de travailler avec le gentil géant Jean Guy B. Ce bonhomme toujours joyeux, toujours présent, prêt à aider et joueur de tours au surplus fait partie des vétérans qui nous enseignent les rudiments d'une vraie police de quartier.
Robert Redelowski via Getty Images

Le putois violeur

Une jeune femme se promène dans le parc Jarry, elle sort de la piscine. Un homme noir dégageant une forte odeur d'urée s'approche d'elle et l'agrippe violemment. La jeune femme se débat, mais le violeur est décidé, il pousse sa victime dans les fourrés et l'agresse.
Getty

Mauvaise journée dans le métro

1980. Je me suis trouvé un travail en or: le recensement de commerce, une job du tonnerre. De jour, en civil, pas de bagarres, pas de putes, pas d'ivrognes, la vraie vie quoi. Tout ce que j'ai à faire, c'est de me déplacer de commerce en commerce, vérifier le nom des personnes à appeler en cas d'urgence, parler de sécurité, vérifier les alarmes.
PC

Une visite royale assez spéciale

Au poste 33, les officiers sont un peu énervés. Il faut comprendre que nous sommes en plein Jeux olympiques, donc en manque criant de personnel. Le directeur du poste vient d'apprendre que la reine Elizabeth II présidera un diner au très couru club Saint-Denis.