Élections Québec

PC

Ayons confiance en «nous»

Ma langue, j'y tiens, certes. Mon pays, je le souhaite du fond du cœur, bien évidemment. Mais je n'ai pas peur de l'avenir, ni des anglophones, ni des immigrants, ni des Arabes. Je ne crains nullement qu'un intégriste vienne forcer ma femme à porter le hijab, que des professeurs islamistes transforment mes enfants en bombes ambulantes ou qu'un contingent iranien débarque pour légaliser la pédophilie.
Agence QMI

Le vrai ménage ou la disparition

Si l'on analyse les résultats du scrutin du 7 avril, on constate qu'avec 30 circonscriptions gagnées, le PQ peut se dire qu'il a eu de la chance. Car, non seulement a-t-il perdu ses élections, mais il aurait pu être carrément rayé de la carte.
PC

Du cynisme? Vraiment?

Il me semble que c'est là l'imposture qui bruisse sournoisement parmi les ronchonnements de notre époque... inculte (et fière de l'être parfois même), comme si rien n'avait déjà été dit, ou écrit.
PC

Lucidité et engagement régional

La baisse de plus de 300 000 votes exprimés en faveur du Parti québécois est un signal qui ne trompe pas et qui ne sera pas si simple à interpréter. Le Parti québécois devrait en faire une analyse sans complaisance avant de se lancer dans une course à la direction. Il devra aussi se réinventer sur la question nationale, la social-démocratie et le développement durable. S'il ne fait que le dire, il restera dans l'impasse.
FOTOimage

Post mortem électoral

Le Québec s'est doté d'un gouvernement majoritaire libéral lundi dernier. Vous connaissez déjà les détails des résultats, mais que représentent-ils en fait? Pourquoi une si grande défaite pour le PQ et un si grand gain pour le PLQ?
PC

La suite des choses pour le PQ

Ce qui s'est passé? Ça semble évident : la charte des valeurs n'a pas eu les effets escomptés par les péquistes, la carte de l'intégrité ne semble plus avoir la même portée qu'auparavant et l'option indépendantiste qu'il présente piétine.
CP

Un long entre-deux

Choc post-électoral ? Désir d'exercer le pouvoir le plus longtemps possible ? On n'en sait rien puisque la chef du Parti québécois s'est fait discrète depuis la débâcle de son parti, mais disons qu'elle n'est pas pressée.