Élections Québec

PC

Du cynisme? Vraiment?

Il me semble que c'est là l'imposture qui bruisse sournoisement parmi les ronchonnements de notre époque... inculte (et fière de l'être parfois même), comme si rien n'avait déjà été dit, ou écrit.
PC

Lucidité et engagement régional

La baisse de plus de 300 000 votes exprimés en faveur du Parti québécois est un signal qui ne trompe pas et qui ne sera pas si simple à interpréter. Le Parti québécois devrait en faire une analyse sans complaisance avant de se lancer dans une course à la direction. Il devra aussi se réinventer sur la question nationale, la social-démocratie et le développement durable. S'il ne fait que le dire, il restera dans l'impasse.
FOTOimage

Post mortem électoral

Le Québec s'est doté d'un gouvernement majoritaire libéral lundi dernier. Vous connaissez déjà les détails des résultats, mais que représentent-ils en fait? Pourquoi une si grande défaite pour le PQ et un si grand gain pour le PLQ?
PC

La suite des choses pour le PQ

Ce qui s'est passé? Ça semble évident : la charte des valeurs n'a pas eu les effets escomptés par les péquistes, la carte de l'intégrité ne semble plus avoir la même portée qu'auparavant et l'option indépendantiste qu'il présente piétine.
CP

Un long entre-deux

Choc post-électoral ? Désir d'exercer le pouvoir le plus longtemps possible ? On n'en sait rien puisque la chef du Parti québécois s'est fait discrète depuis la débâcle de son parti, mais disons qu'elle n'est pas pressée.
CP

Les «vautours» sont déjà sur la branche

Au-delà de ces négociations majeures, dans tous les milieux de travail, qu'ils soient du secteur privé ou public, les syndicats devront débattre avec leurs membres de l'importance de maintenir un État social fort et s'engager à améliorer les conditions d'existence des travailleuses et des travailleurs et de la population en général. Devant la voracité des «vautours», c'est là notre défi.
CP

La débâcle du PQ expliquée

Pour tenter de comprendre pourquoi l'électorat a tourné le dos au Parti québécois, rendons-nous dans la circonscription de Borduas, en Montérégie, qui lui a tourné le dos pour la première fois depuis...
CP

Le collier de perles de Pauline

Quand elle est enfin apparue sur scène après le spectacle navrant de ses trois ténors déclamant sans grâce leur discours de futur chef de parti, je n'ai vu que son collier de perles nacrées. N'avais-je pas lu que son entourage lui avait conseillé de laisser de côté les foulards et les colliers de perles?
FOTOimage

La fin du «bon gouvernement»

«Qui remplacera Pauline?» Au lendemain de l'effondrement du vote péquiste, le pire résultat depuis 1970, c'est une question que beaucoup se posent, mais ce n'est pas la bonne question! Quand on arrive à un cul-de-sac, et nous sommes dans un cul-de-sac, on ne se demande pas, s'il faut un autre conducteur pour foncer dans le mur. On trouve d'abord un autre chemin.
Eduardo Luzzatti BuyA via Getty Images

Sortir du piège étapiste

La défaite électorale du Parti québécois ce 7 avril 2014 est la défaite de l'étapisme, cette stratégie qui enferme le Québec depuis 1973. Pauline Marois s'est retrouvée piégée: si elle disait Oui les fédéralistes allaient carburer à la peur, si elle disait Non elle perdait sa base. Elle a dit peut-être et a tout perdu.
CP

Stupéfaction et surréalisme

Je regarde les soirées électorales à la télé depuis belle lurette, mais cette dernière a revêtu un caractère surréel - même si les chiffres qui déferlaient dans le bas de l'écran peignaient un portrait clair de la décision de l'électorat. Et, depuis l'élection, tout le monde dans mon entourage se demande bien comment les libéraux ont réussi à décrocher cette majorité, car aucun n'a voté pour le PLQ. Stupéfaction...