Crucifix

Roger Ouellet

BLOGUE La mémoire crucifiée

L'histoire du crucifix que le gouvernement libéral vient de refuser de retirer du Salon bleu à l'Assemblée nationale le met en flagrante contradiction par rapport aux vœux exprimés par son chef Philippe Couillard il y a cinq ans.
PC

PLQ et laïcité: une position responsable et mesurée - Sébastien Lévesque

Après s'être offert un moment de réflexion - ce que certains n'ont évidemment pas manqué de lui reprocher -, le Parti libéral du Québec a finalement présenté sa position en matière de laïcité. Une position responsable et mesurée qui s'inscrit dans la lignée de la grande tradition libérale, celle-là même qui permit aux libéraux de Jean Lesage et de Robert Bourassa de bâtir un Québec moderne, ouvert et inclusif.
PC

Le crucifix, mais rien d'autre! - Gilles Laporte

Le caractère à la fois unique et exceptionnel du crucifix qu'on retrouve à l'Assemblée nationale contrevient directement au principe de neutralité de l'État. Aucun autre cas ne peut lui être comparé : le symbole même d'une alliance préjudiciable entre l'Église et l'État. Déplacer ce crucifix dans le hall des présidents, adjacent au Salon bleu, pourrait pourtant permettre d'en préserver la valeur patrimoniale et d'en restaurer la place dans l'histoire.
Flickr

Que faire du célèbre crucifix? - Claude Bérubé

Pour nos ancêtres et nos parents, une grande sincérité animait leur respect porté au crucifix. Nous appartenions tous à la chrétienté dont il était le symbole. Presque tous les citoyens du Québec, durant 400 ans, se sont retrouvés tous les dimanches matin, sur le perron de l'église et de ses crucifix.
PC

Le crucifix comme norme ISO

Selon la logique du crucifix comme norme ISO, le symbole chrétien par excellence, se mériterait. Si l'on étend cette logique combien de crucifix resteraient-ils au Québec? Tous ces hôtels de ville, salles communautaires, centres de soins et autres Meubles Leon sont-ils assez purs pour l'accueillir?