Citoyens

Ce qu'on ne sait pas...

L'île d'Anticosti n'est pas qu'un village. Cette île n'est pas qu'une vie économique à faire tourner. Cette île n'est pas qu'un «terrain vacant» libre pour accueillir un quartier industriel.
Getty

Montréal ne sera jamais une grande ville - Lydie Coupé

Et le Québec ne sera jamais un pays, pourrais-je même ajouter. Parce que notre ville, tout comme la province, continue de se vautrer dans ses démons, ses peurs et ses querelles de clocher. Elle préfère se réfugier dans ses acquis, plutôt de que de bouger vraiment par la force de nouvelles idées. D'où ce sentiment généralisé de morosité, quand ce n'est pas carrément de désenchantement collectif.
Getty Images

Le Saint-Laurent dans les veines

Si certains détracteurs croient que les groupes écologistes n'ont que de mauvaises nouvelles à annoncer, qu'ils se ravisent! La Semaine du Saint-Laurent est un bel exemple de la collaboration de plusieurs organisations pour la mise en valeur de ce joyau qu'est le fleuve. De Montréal à Québec, de Trois-Rivières au Saguenay, et de la Côte-Nord aux Îles-de-la-Madeleine, nous partageons tous et toutes une histoire commune avec le Saint-Laurent.

Mon État de droit

Je crois sincèrement que la formation citoyenne des étudiants du secondaire, et du CÉGEP, est un "must"! Un seul cours, durant un parcours scolaire, qui informe sur les sources du droit, nos chartes des droits et les quelques règles fondamentales, épurées, du droit civil. Un deuxième sur la vie démocratique et nos institutions serait des plus appropriés aussi. En deuxième temps, en ce qui concerne la profession, l'obligation pour les cabinets moindrement gros d'offrir des heures pro bono (ou bénévoles) dans l'année. C'est le cas dans certains États américains.
CP

Corruption et éthique politique: nous sommes tous responsables!

Il n'y a rien de satisfaisant à voir le maire de la première ville au Québec quitter ainsi, sous l'opprobre public. Non pas que je crois que Gérald Tremblay soit une victime, mais dans cette crise que traverse le monde politique québécois, la responsabilité est en réalité partagée, tant par les politiciens que par la population québécoise. Nous sommes tous responsables de l'état misérable de nos institutions publiques et de la probité de notre classe politique qui, au fond, n'est que le reflet de nos propres choix.
Shutterstock

"Bof"...n'est pas un signe de culture...

Bien évidemment, et nous l'avons affirmé maintes fois, lorsqu'une culture ne se démarque pas on ne la remarque pas, on n'en remarque que les manquements. Force est de constater que, depuis déjà trop longtemps, ces manquements vont croissant au point de devenir impossibles à inventorier. Ces manquements, en plus d'être des dommages à l'éthique, sont aussi des manquements à la culture politique ou au pacte social.
Radio-Canada.ca

Hausse des droits de scolarité: voir la forêt derrière l'arbre

Les études coûtent moins cher dans notre province qu'ailleurs, oui, mais qui analyse les revenus des diplômés québécois par rapport à ceux de l'Alberta, de Vancouver ou de Toronto? En maintenant des politiques salariales parmi les plus basses au Canada, doit-on s'étonner que les coûts de scolarité doivent être plus bas chez nous? On encourage ensuite ce travailleur (ex-étudiant déjà endetté avant sa première journée de travail) à consommer et à faire rouler l'économie, sans quoi le pays sera déficitaire. Du même souffle, on lui reproche d'être irresponsable et de s'endetter, la dette moyenne par famille au Canada étant plus élevée que jamais.