CHEFFERIE DU BLOC

CP

Le Bloc doit apprendre de son histoire

Ne faisons pas en sorte de nous mettre dans une situation similaire à celle que nous avons connue en 2014. Soyons stratégiques et donnons-nous les moyens de nos ambitions pour 2019 en élisant dès cette année le ou la prochaine chef du Bloc québécois.
PC

Martine-des-deux-chaises

Cette passionaria de l'indépendance serait sans doute à sa place dans ce parti forcément marginal mais elle devrait assumer son choix et couper ses liens avec l'Assemblée nationale.
Ron Erwin via Getty Images

Bloc québécois: repenser la stratégie souverainiste à Ottawa

La décision de prolonger la fonction parlementaire du Bloc devrait s'insérer dans une stratégie d'ensemble qui prendra en compte les enjeux, les échéanciers et les moyens humains et financiers du mouvement souverainiste. Serait-il alors possible de faire bifurquer la présence des souverainistes à Ottawa de la Chambre des Communes vers une institution indépendantiste ayant pignon dans la capitale fédérale?
Eduardo Luzzatti BuyA via Getty Images

Se ressaisir

Le mouvement indépendantiste fait face à deux grands défis qui sont autant d'occasions de se ressaisir: il nous faut passer outre nos désaccords relatifs à la gouverne du Québec et nous remettre à travailler ensemble. Il nous faut aussi rejoindre une nouvelle génération en embrassant la souveraineté comme projet tourné vers l'avenir.

Le Bloc québécois sous commandement unique - Pierre Norris et Félix Pinel

Le Bloc se dit un parti souverainiste. Mais il n'en demeure pas moins que c'est un parti fédéral, ce n'est pas un parti québécois. Pour que le Bloc en vienne à devenir un outil véritablement efficace, il faut nécessairement que son orientation et ses actions soient cohérentes et coordonnées avec les orientations et les actions du parti indépendantiste sur la scène nationale.