Cacher

Avian Veterinary Services/Richard Jones

Nourriture religieuse: c'est avant tout une question de choix

Des producteurs québécois m'ont affirmé ne pas avoir d'autre choix que de faire apposer la certification religieuse cachère sur leurs aliments. Sinon, certains grands supermarchés refusent carrément de les distribuer sur leurs tablettes, m'ont-ils assuré sous le couvert de l'anonymat. « Ils ne nous disent pas que c'est obligatoire, dans ces mots-là. Mais disons que c'est fortement recommandé. Nous voulons pouvoir vendre notre miel, alors nous le faisons certifier », m'a confié un important apiculteur québécois.
AP

Haro sur le halal

Alerte rouge! Les "valeurs québécoises" sont à nouveau en danger. Courez le dire à vos voisins. On croyait en avoir fini avec toutes ces musulmaneries, mais, après voir vaillamment mis un stop à la lapidation des femmes adultères à Hérouxville, nous voici à nouveau menacés. Dieu sait où saigner ces pauvres petites poules pourrait nous mener... Aux chiottes, tout au moins, puisque les animaux abattus selon le rituel halal (musulman) ou casher (juif) comporteraient un risque accru de contamination, selon le porte-parole péquiste en matière d'agriculture, André Simard. Vétérinaire de son métier, M. Simard pousse l'enveloppe plus loin en disant que ce type d'abattage est cruel et "ne correspond pas aux valeurs du Québec."
Daniel Klein

Casher ou halal, Montréal ou Saint Glin-Glin

Avant tout chose, j'affirme que je n'ai rien contre Saint Glin-Glin-les-Meux-Meux. J'y suis allée à quelques reprises et j'ai trouvé cette région et ses habitants formidables. C'est clair? Ne m'envoyez pas de bottes de foin. Dans notre courageuse chasse aux accommodements déraisonnables, la sorcière du jour s'appelle Miss Viande Halal-Cacher.