Bq

CP

Duceppe s'interroge sur la vente d'essence

ROUYN-NORANDA _ Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, s'interroge sur le bien-fondé de permettre aux sociétés pétrolières de vendre de l'essence au détail selon une monnaie qui n'existe pas, soit...
PC

La radicale clarté

Qu'a bien pu faire Mario Beaulieu pour mériter son étiquette de « radical »? C'est que l'homme a un message clair sur l'indépendance du Québec. Le Bloc doit servir à promouvoir l'indépendance du Québec, avant, pendant et après les élections.
PC

Appel au calme des députés bloquistes

Après la démission de deux membres influents du Bloc québécois, les députés du parti invitent leur nouveau chef Mario Beaulieu à adopter un discours « rassembleur ». Mario Beaulieu a été élu chef du B...
PC

Jeunesse, politique et indépendance

Depuis plusieurs années, on claironne à tue-tête que les jeunes sont apolitiques, qu'ils sont amorphes, qu'ils ont tourné le dos à la cause souverainiste, bla-bla-bla... Or, il m'apparaît clair que lors de la course à la chefferie, c'est principalement l'implication de la jeunesse qui a donné le résultat.
Agence QMI

Maria la députée martyre

J'ai été choquée d'apprendre l'exclusion de Maria Mourani. Cependant, même en reconnaissant les torts de la direction du Bloc, quand on prend le temps de remettre les choses en perspective, on se rend compte que Maria n'est pas la martyre que l'on croit.
CP

2 mai, le cœur en berne

Je prendrai désormais le 2 mai comme un jour de deuil. Un an plus tard, j'ai encore le cœur en berne et j'éprouve encore la perte de celles et de ceux qui ont tant et tant donné pour le Bloc, pour le mouvement souverainiste, pour le Québec. Un an plus tard, je ne vois toujours rien de positif à retenir du 2 mai. Ni pour mon parti, ni pour ma cause, ni pour le Québec. Le soir de mon élection, ma première élection au Bloc, personne n'a ouvert le Champagne et personne n'avait le goût de célébrer.
CP

2 mai, le cœur en berne

Je prendrai désormais le 2 mai comme un jour de deuil. Un an plus tard, j'ai encore le cœur en berne et j'éprouve encore la perte de celles et de ceux qui ont tant et tant donné pour le Bloc, pour le mouvement souverainiste, pour le Québec. Un an plus tard, je ne vois toujours rien de positif à retenir du 2 mai. Ni pour mon parti, ni pour ma cause, ni pour le Québec. Le soir de mon élection, ma première élection au Bloc, personne n'a ouvert le Champagne et personne n'avait le goût de célébrer.
Capture d'écran

La démocratie fout le camp

Dès leur élection, les conservateurs ont annoncé leur intention de couper dans le financement public des partis politiques. Au-delà du Bloc Québécois, du NPD et du Parti libéral, ce financement qui attribuait à chaque parti un peu moins de 2 dollars par vote a permis aux plus petits partis, le Parti Vert, par exemple, d'avoir l'argent nécessaire pour établir une permanence et financer une campagne électorale. En coupant dans ce financement, les conservateurs sabotent la pluralité politique sur la scène fédérale.