Bobby Sands

Reuters

«<em>The witch is dead...</em>»

Ce n'est pas un sentiment très noble que d'espérer la mort d'un être humain ou s'en réjouir, mais le peu d'empathie que Margaret Thatcher avait pour autrui se reflète aujourd'hui dans la réciprocité de ses détracteurs.Son décès n'atténuera pas les blessures qu'elle a infligées durant son règne à sa propre nation, ni aux victimes de sa politique étrangère. Cela ne renversera pas non plus un système politique et économique génocidaire et suicidaire.