Bashar Al-Assad

- via Getty Images

Le Néron de Damas

Les derniers développements concernant la Syre confortent Bachar al-Assad dans sa position présidentielle. Tel Néron regardant brûler Rome, le dictateur syrien pavoise après plus de 400 000 morts, hommes, femmes et enfants, des millions de réfugiés, des villes détruites, sa population gazée, et une économie en lambeaux.
ASSOCIATED PRESS

Liban, au cœur de la lutte

Depuis l'arrivée de l'État islamique (EIL) en Irak, les Libanais ne cessent de lutter pour préserver leur terre. Brandissant la lettre ن ou noon, une lettre symbole du génocide qui est en train de se produire de l'autre côté de la frontière.
AFP

Syrie: pas si vite, Obama

MOSCOU - Le président russe Vladimir Poutine exhorte son homologue américain Barack Obama à ne pas prendre de décision hâtive en ce qui a trait à la Syrie, mais de plutôt déterminer si des frappes mil...
Alamy

Soutenir publiquement le Hezbollah?

Dans La Presse du 1er juin, une jeune étudiante du Collège de Maisonneuve, Rima Demanins, a publié un texte intitulé «Je suis une terroriste» qui m'a donné froid dans le dos. Après une dénonciation bien sentie du profilage racial, elle fait l'apologie du Hezbollah, un groupe islamiste extrémiste.
Getty

Le faux problème de la bombe iranienne

Depuis 10 ans, le dossier nucléaire iranien empoisonne les relations entre Téhéran et la communauté internationale. Le 25 février, d'énièmes négociations ont repris avec les grandes puissances. Derrière la question de la bombe, c'est la place de l'Iran et de son régime actuel sur l'échiquier diplomatique qui constitue l'enjeu véritable.

2013: retournement de tendance ou un simple répit pour le régime syrien?

INTERNATIONAL - D'emblée, 2013 semble commencer sous de meilleurs auspices que janvier 2012 pour le régime de Bashar al Assad à travers plusieurs événements importants. Il y a d'abord l'intervention française au Mali contre les "mouvements terroristes islamistes", ce qui rend plus délicate un soutien aux rebelles et aux "forces pro-démocratie" en Syrie, dont les éléments combattants se sont de plus en plus radicalisés et ressemblent parfois traits pour traits à leur épigones sahéliens. Ensuite, il faut tenir compte des conséquences de la réélection d'Obama avec la désignation des deux principaux membres de son équipe.
PA

Une flottille pour la Syrie?

Où sont les manifs? Où sont nos militants pour la paix et la justice au Moyen-Orient? Où sont les grands défenseurs des droits de l'homme? Où sont les manifestations dans nos rues? Où sont les syndicats, les groupes de gauche, Québec solidaire? On aurait pu penser que le nombre de victimes innocentes les aurait poussés à se mobiliser, à dénoncer, à s'organiser. Mais non. Pourquoi? Mais c'est très simple: Israël n'est pas impliqué.