A TATS GA NA RAUX SUR LA SOUVERAINETA