Huffpost Canada Quebec qc
LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Sylvie Bergeron Headshot

«L'argent et des votes ethniques», un chaos mondial commandité?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Je marchais dans un parc de Montréal lorsque j'ai aperçu un homme étrangement accoutré. Je me suis dirigée vers lui, dans la terre boueuse de ce jeune printemps 2014. L'homme portait un uniforme bleu acier et était muni d'une sonde qui scrutait le terrain du parc.

«Que cherchez-vous?», demandai-je.
«Des bijoux, des sous anciens», me répond-il.
«Et vous en trouvez?»
«Oui, sinon je ne serais pas ici».

La conversation a soudainement bifurqué vers la politique. Monsieur H. vient du Salvador. La pupille de ses yeux, plus noire qu'à la normale, a traversé mon regard; son âme semblait avoir été aspirée par un gouffre terrifiant. Monsieur H. a quitté son pays en guerre. Il s'était battu longtemps. Puis, comme Roméo Dallaire, il a rencontré le diable...

Dans un excellent article, le journaliste Christian Rioux s'interroge sur la vague migratoire actuelle. Il évoque la difficulté pour les peuples de distinguer entre l'immigrant économique et le réfugié. Pour la droite, il suffirait «de faire comprendre au bon peuple que l'immigration est bonne pour l'économie» (nous attendons encore les résultats!) Et pour la gauche, «qui confond la politique et les bons sentiments», se donner bonne conscience résume l'argumentaire des Québec solidaire et autres bobos. D'un côté, le motif d'augmenter l'immigration est bêtement sentimental. De l'autre, bêtement économique. D'aucun ne voit derrière le rideau.

Le but occulte des élites est celui de mettre fin à l'État-nation de manière chaotique et non ordonnée. Ainsi, la mondialisation en cours est conçue par une élite, le 1% de gauche ou de droite, et pour ses seuls intérêts, dont au premier chef ceux des Américains.

Les intentions de la guerre n'ont rien à voir avec la justice, l'éthique et le respect de la démocratie; quand la fin justifie les moyens, le diable n'est jamais bien loin.

L'immigration, un business

Monsieur H. m'a raconté comment on utilise les immigrants à des fins politiques et économiques, même ici, au Québec. Rien d'humanitaire dans l'intention d'origine des gouvernements. Quand j'ai voulu obtenir plus détails sur les faits, Monsieur H. a refusé d'aller plus loin. Comme s'il ne voulait plus connecter avec une douloureuse mémoire. Il avait aussi refusé d'être la source d'un journaliste à The Gazette. Monsieur H. veut la paix. Il est fonctionnaire à la ville.

Cet été 2015, j'ai trouvé certaines réponses. Dans cet article de Manlio Dinnuci, «Ces paras sur nos têtes», il explique que l'OTAN, «dont le Commandant suprême allié en Europe est toujours nommé par le président des États-Unis et dont les autres commandements clé sont aux mains des USA - sert à maintenir l'UE dans la sphère d'influence états-unienne.».

Autrement dit, les États-Unis feront tout pour garder l'Union européenne affaiblie. La migration humaine fait partie de cette stratégie: créer un chaos grâce à l'arrivée massive d'humains dont la gestion sera impossible. Et pendant que les peuples souverains s'enliseront dans un chaos quotidien, les oligarchies garderont mainmise sur tous les leviers d'enrichissement des peuples, ses institutions.

Stratégie politique: un chaos planifié pour solliciter nos bons sentiments

Dans cet autre article, «Goldman Sachs - Otan' corp.», Manlio Dinucci explique comment la Goldman Sachs finance les opérations de l'OTAN qu'exploitent les USA, en citant en exemple le cas de l'exode lybien. «Cet exode sert d'arme de guerre psychologique et de pression économique pour démontrer la nécessité d'une "opération humanitaire de paix", visant en réalité l'occupation militaire des zones stratégiquement et économiquement les plus importantes de la Libye. Tout comme l'OTAN, Goldman Sachs est fonctionnelle à la stratégie de Washington qui veut une Europe assujettie aux États-Unis.»

La banque Goldman Sachs porte dorénavant trois chapeaux: financier, politique et militaire. Ainsi elle financerait à la fois les crises (militaire) et la migration (politique) vers l'Europe. «Les peuples européens sont traînés dans une dangereuse et coûteuse Guerre froide contre la Russie, et dans des situations critiques, comme celle du dramatique exode de réfugiés provoqué par les guerres USA/OTAN en Libye et Syrie.»

Manlio Dinucci est l'un des rares Européens à faire la lumière sur la manière dont les USA ont créé la crise libyenne avant de détourner les fonds souverains que la Libye avait investis dans la Goldman Sachs. La banque a provoqué un placement baissier catastrophique pour le fonds souverain libyen, causant la perte du pays. La Goldman Sachs est la ressource complice de toutes les guerres menées par l'élite américaine dont profitent seulement quelques oligarchies mondiales. Jamais les peuples.

Christian Rioux pointe du doigt les donneurs de leçons britanniques, mais ce pourrait englober le Commonwealth: «C'est dans ces pays où l'on préfère généralement les immigrants riches, jeunes et instruits que l'on semble le plus prompt à faire la leçon aux Européens».

Ce n'est donc pas par hasard si Philippe Couillard sollicite aujourd'hui les sentiments des bons chrétiens québécois (majorité constituant le peuple) pour leur demander d'ouvrir les bras aux réfugiés.

Il doit être très aux fait du programme. Le premier ministre, supporté par la puissante machine des services secrets, des banques et oligarchies, fera tout pour en finir avec l'esprit nationaliste du Québec. Par amour pour un Canada uni? Non, pour faire partie des privilégiés qui soutirent la richesse aux peuples.

Et le Québec dans tout ça?

L'aristocratie anglaise a agi exactement de la même manière après la conquête du Canada français. Diviser pour régner et donner des leçons pour cacher la réalité des faits. Le projet souverainiste du Québec est contrecarré depuis ses débuts par cette même stratégie (lire aussi cet article) qui force à fédérer les peuples là où il y a le plus de résistance identitaire. Une propagande haineuse et réductrice envers la nation souveraine sert à affaiblir le peuple sur le plan de son identité afin de lui enlever confiance en lui. Ensuite, on peut facilement remplacer son élite de souche par une autre, sans scrupules car sans appartenance (incluant des immigrants non intégrés), commanditée par des forces souterraines. Ces pions facilitent l'accès du 1% à la richesse du peuple.

Avec notre argent, le 1% achète encore plus de pions ou les intimide, voire les élimine. C'est ce cercle vicieux qui entretient la corruption dans nos institutions.

À voir œuvrer Pierre Karl Péladeau depuis quelques années, nous pouvons observer son intérêt à sonder le degré de vulnérabilité de certains conseils d'administration québécois, dont Hydro-Québec de très près. Nous pouvons également noter que, en dépit de son statut privilégié d'homme d'affaires du 1% et de la droite, il semble déterminé à travailler pour contrer la puissante machine souterraine, dont la vision fédéraliste est plus que jamais synonyme d'antipeuple et d'antidémocratie, au service d'oligarchies mondiales (dont les Desmarais font partie).

Et le Parti libéral du Québec dans tout ça?

Lorsque nous lisons les événements autrement que par le prisme des bons sentiments ou de l'insécurité économique, nous voyons clairement qu'un détournement de nos richesses est en train de se produire à travers le Parti libéral.

Soutenu par la richesse souterraine (M. Couillard doit en avoir appris beaucoup sur la stratégie Goldman Sachs/OTAN lors de son passage au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et en Arabie saoudite), le PLQ a placé ses pions dans les Conseils d'administration de nos plus grandes institutions (Caisse de dépôt, Hydro-Québec, CHUM, Université de Montréal) et les privatisera pour mieux contrôler leur orientation vers les oligarchies. Ainsi, on tue les peuples.

Ces crimes contre l'humanité resteront impunis tant que les bons chrétiens de la gauche et les absolutistes du libre-marché refuseront de regarder le diable dans les yeux. Ajoutons à cette naiveté, une immigration de remplacement ou de «chaos commandité», et le combat des peuples est perdu d'avance.

J'ai regardé Monsieur H. et lui ai demandé:

«Vous êtes venu ici pour trouver la paix?»
«Oui»
«Vous l'avez trouvée?»

Monsieur H. a hésité avant de répondre: «En partie».

Je poursuivis:
«Donc vous, vous avez livré votre combat dans votre pays et vous êtes venu vous stationner ici, en territoire paisible. Mais quand le champ de bataille sera complètement ouvert sur notre terrain et que nous n'aurons plus nulle part où nous réfugier, serez-vous à côté de moi pour poursuivre le combat?»

Monsieur H. a baissé les yeux vers sa sonde. J'ai mis ma main sur son épaule, affectueusement et tristement. Il faisait froid et humide. Je suis partie tandis qu'il rangeait son appareil.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Les cinq PDG de sociétés d'État les mieux payés
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter