Steve E. Fortin

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Steve E. Fortin
 

Richard Henry Bain, activiste politique ou tireur fou?

Publication: 20/08/2013 11:56

La publication de mon dernier article à propos des tensions linguistiques inévitables au Québec a donné lieu à certains commentaires pertinents quant à mon appréciation des funestes événements causés par Richard Henry Bain.

Dans quelques jours, dans les inévitables topos sur la rentrée scolaire, on jasera aussi du premier anniversaire de l'élection du gouvernement de Pauline Marois. Ce jour - un grand jour dans l'histoire du Québec, celui, enfin, de l'accession d'une femme au poste de première ministre - restera à jamais assombri par l'attentat du Métropolis.

J'en viens donc à certains des commentaires qui me reprochaient de caractériser cet acte d'«attentat politique» commis par un «activiste politique». J'ai évité l'emploi du mot «terroriste», bien que j'ai croisé ce mot lors de mes lectures sur les événements du Métropolis.

LIRE AUSSI: La minorité anglophone bafouée au Québec? Not a chance!

Richard Henry Bain: fou, loup solitaire, activiste politique, terroriste? Il est tout à fait légitime de se poser la question. Le tireur n'a toujours pas été condamné, il s'est ri du processus judiciaire, a tenté de virer au cirque son propre procès, a réussi à se saisir des ondes pour tenter d'expliquer son geste, bref, on est loin d'un fou incohérent ici.

Les faits

Un fait reste indéniable : Richard Henry Bain a manifestement planifié son geste en fonction d'un endroit bien précis, le Métropolis, lieu de rassemblement de la soirée électorale du Parti québécois où tous savaient que Pauline Marois ferait son discours postélectoral. Au moment où le tireur fait irruption dans la cour arrière de la salle de spectacle, Pauline Marois est nommée première ministre du Québec. C'est le retour, modeste, des souverainistes au pouvoir. Par son geste, Bain s'attaque à la fois aux souverainistes, mais aussi à une femme. Le destin aura voulu qu'il ne se rende pas jusqu'à l'estrade, mais qu'il abatte plutôt Denis Blanchette, technicien de scène, et blesse Dave Courage.

Lors de son arrestation, Richard Henry Bain se fait arrogant, défiant, scandant ces quelques mots qui ont tout d'un manifeste politique : « The English are waking up! The English are waking up! ». D'ailleurs, le tireur, lors de ses quelques apparitions en cour, aura tenté de faire de son procès, un « procès politique », ce à quoi les autorités ont répondu par le silence d'une ordonnance de non-publication mur à mur. On peut se féliciter d'avoir empêché de politiser encore plus son attentat.

Le billet se poursuit après la galerie

Loading Slideshow...
  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois prononce son premier discours en tant que première ministre

  • Pauline Marois dépêchée hors de la scène par deux gardes du corps

  • Pauline Marois dépêchée hors de la scène par deux gardes du corps

    Capture de télévision

  • Un homme tient l'arme du présumé tireur

  • Le présumé tireur aurait mis le feu à l'arrière du Métropolis

  • Le présumé tireur aurait mis le feu à l'arrière du Métropolis

  • Le présumé tireur immobilisé à terre

  • Le présumé tireur escorté par les policiers

  • Le suspect est Richard Henry Bain, apprendra-t-on plus tard.


L'activisme politique

Le wiki sur l'activisme politique est assez révélateur si on l'applique aux gestes de Bain. Voici ce qu'on peut y lire:

«L'activisme désigne un engagement politique privilégiant l'action directe. C'est une forme de militantisme dont l'une des modalités peut être de braver la loi, s'agissant d'actions qui peuvent être considérées comme violentes;

L'activisme politique est la forme d'action politique utilisée lorsque l'usage des moyens politiques légaux est impossible ou paraît impossible à certains individus ou groupes militants. C'est l'usage de dernier recours;

L'usage de l'activisme peut ainsi rentrer dans une stratégie politique précise, notamment compte tenu du poids des médias et de l'opinion publique;

L'activisme politique actuel vise rarement à parvenir à une situation insurrectionnelle globale mais le plus souvent à l'emporter sur des sujets de société bien précis;

L'activisme politique est également considéré comme la manifestation d'un malaise de la vie démocratique dans la mesure où celle-ci doit permettre l'expression légale des différents courants de pensée.»


S'il est en effet périlleux d'analyser l'attentat de Richard Henry Bain en fonction de tous les principes ci-dessus, on peut tout au moins dire que certaines des affirmations du wiki s'appliquent à l'analyse des faits. Le tueur a admis lui-même qu'il se trouvait devant une situation sans issue, que la minorité anglophone du Québec se trouvait attaquée, etc.

Un assassinat politique?

«L'assassinat politique est l'action de tuer une personnalité politique ciblée. Elle se distingue d'un meurtre ordinaire par les enjeux de pouvoir et/ou idéologiques qui la caractérisent. »

Il va sans dire que le fait de viser la première ministre du Québec avait tout de la définition de l'assassinat politique.

*****

Le traitement médiatique de l'affaire a de quoi surprendre. On a beaucoup évité de faire usage de termes à connotation politique. Le plus souvent, on s'est borné à dire que Richard Henry Bain était un tireur fou, on a bien voulu admettre qu'il visait la première ministre, mais on a enterré le plus rapidement possible les analyses qui sous-tendent la tentative d'assassinat politique ou l'activisme politique d'une minorité anglophone qui se radicalise et qui n'hésite pas à recourir à des images ou un vocabulaire méprisants, violents pour porter atteinte à la première ministre et aux nationalistes en général.

L'attentat politique de Richard Henry Bain participe et est fortement lié à cette radicalisation, qu'on l'admette ou non. J'ai fait état ici de nombreux groupes Facebook qui se servent de la rhétorique de la haine contre Mme Marois et les souverainistes. Et que dire de rassemblements comme celui-ci:

kebekistan

style="float:Au cours des dernières années, la violence contre Mme Marois, à titre de première ministre ou de chef de l'opposition a été trop souvent banalisée. Or, cette banalisation se traduit inévitablement par un crescendo de ce qui est perçu comme « acceptable » dans certains milieux. Ainsi, faire un rapprochement entre la première ministre et Hitler au moyen d'une caricature a semblé acceptable pour les détracteurs du PQ dans certaines stations de radiopoubelle.

style="float:On notera que les nationalistes québécois ne sont pas les seuls à faire les frais de cette banalisation de la violence, comme en témoigne la croisade pour l'éradication des droits des Franco-Ontariens menée par l'activiste politique Howard Galganov, en Ontario.

Les mots de la fin

Si certains ont été frileux dans les médias quand venait le temps d'appeler un chat un chat, le célèbre chroniqueur judiciaire Claude «10-4» Poirier, lui, n'a pas eu froid aux yeux.

M. Poirier ne va pas jusqu'à employer le mot «terroriste» pour caractériser l'auteur présumé de l'attentat, mais peu s'en faut.

«Ce n' est pas un fait divers ça! C'est une attaque contre une politicienne, la première femme à avoir le titre de première ministre du Québec, Mme Pauline Marois», a fait savoir l'animateur de LCN, avec le débit qu'on lui connaît, jeudi, à son émission Le Négociateur.

«C'est aussi simple que ça. On va arrêter de jouer avec les mots», a lancé M. Poirier à l'endroit de la Sûreté du Québec. Rapportant, dans la même veine, les déclarations de certaines personnes qui se sont confiées à lui, l'animateur a également soutenu que le tireur fou aurait l'habitude de dire qu'il «déteste les Québécois qui s'expriment en français».

Quant à la question de savoir s'il s'agissait d'un attentat terroriste, rappelons l'intervention fort pertinente du journaliste Lamine Fourra quelques jours après l'attentat. Ce dernier s'étonnait des termes qu'on utilisait dans les médias québécois pour traiter de la question:

«J'ai suivi les médias depuis hier soir. À aucun moment, le mot Terrorisme ou présumé Terroriste n'a été prononcé par aucun média. À tous les journalistes qui, à chaque fois qu'un musulman commet un acte de violence politique, appellent ça terrorisme et considèrent l'acteur comme présumé terroriste je vous dis J'ACCUSE.

Si un acte aussi violent, aussi horrible que de tirer sur la foule dans un rassemblement politique et de tuer un innocent en visant la première ministre du Québec fraîchement élue, n'est pas un acte de terrorisme, alors SVP mesdames messieurs les journalistes, donnez-nous clairement votre définition du terrorisme.

Car, aujourd'hui, je peux me permettre sans hésitation de conclure que pour vous le Terrorisme ne peut être que musulman.»

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • On aime le Québec!

    En vue de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin, nous vous avons demandé d'identifier les raisons pour lesquelles vous aimez le Québec. Que ce soit pour ses grands espaces, les personnes qui y habitent ou la nourriture, nous avons toutes les raisons d'être fiers de notre Belle Province!

  • Notre langue

    Elle est belle la langue... française. On manie la langue de Michel Tremblay à notre façon, on varie le langage au gré de nos émotions, et ce, même si ça fait rire nos cousins français. Souvent imitée, jamais égalée, la langue française qu'est la nôtre reste une fierté nationale.

  • Nos microbrasseries

    Les Québécois aiment la (bonne) bière. Et nous avons la chance de posséder bon nombre de microbrasseries dans à peu près toutes les régions. De la bière Dieu du ciel! à la Cheval Blanc, on peut compter quelque 80 microbrasseries ou brasseries artisanales dans la Belle Province, produisant plus de 900 sortes de bières. Ici, Brasseurs illimités présentent leur bière «Matraque», clin d'oeil à la grève étudiante actuellement en cours au Québec.

  • Bonhomme (et son Carnaval)

    Il a été malmené dans la couverture d'un certain magazine canadien, mais Bonhomme reste un emblème québécois festif, même à l'international. De plus, n'oublions pas de mentionner sa superbe ceinture fléchée, fruit de 180 heures de travail de la flécherande Yvette Michelin.

  • La poutine

    «Patates, sauce brune et fromage font un excellent ménage...», chante Mes Aïeux dans sa chanson «Hommage en grains». Soyons francs, le monde en est jaloux. La poutine se mange à toute heure de la journée, chez Ashton, à Québec, ou à la Banquise, à Montréal. On a beau l'imiter, mais sans vrai fromage en grains du Québec, ce n'est pas pareil!

  • Céline Dion

    Quoi que vous en disiez, on sait que vous avez déjà chanté une chanson de Céline Dion sous la douche. La diva rayonne présentement à Las Vegas, où elle demeure avec son mari René Angelil et ses fils, Eddy, Nelson et René-Charles.

  • Les fromages d'ici

    Pâtes fermes, molles, des bleus, des chèvres... les fromages d'ici se marient à tous les goûts. Agrémentés de petits fruits du Québec, ils se révèlent un excellent choix santé. Osez de nouvelles saveurs!

  • Le VRAI sirop d'érable

    Pas question de servir du sirop de «poteau». Ici, on arrose notre assiette complète à la cabane à sucre de sirop d'érable pur, pour ensuite se goinfrer de tarte au sucre ou du pouding chômeur. Un chausson avec ça?

  • Nos fameux déménagements du 1er juillet

    À chaque année, c'est pareil. On coordonne nos déplacements avec les futurs locataires, on ne trouve plus de camions de déménagement, on peinture un vitesse... Le 1er juillet, on le fête en défaisant des boîtes!

  • Les Québécoises...

    Les Québécoises sont les plus belles femmes au monde, il faut se l'avouer. Mais n'entre pas qui veut dans leur vie. Messieurs, tenez-vous prêts, elle ont du caractère!

  • ...et les Québécois

    Oublions les danseurs nus du 281. Le Québec regorge de beaux hommes qui peuvent aller à la chasse et ensuite préparer le plus romantique des soupers. Quoi demander de plus?

  • Le Cirque du soleil

    En Chine, en Israël, en Italie, au Maroc, au Canada, le Cirque du Soleil exécute ses prouesses partout. Le fondateur Guy Laliberté, un p'tit gars de chez nous, est maintenant l'un des hommes les plus riches au monde. S'il s'était fait dire qu'il avait la tête dans les nuages à ses débuts, on peut maintenant dire qu'il est un philanthrope et un grand poète dans l'espace!

  • L'hiver!

    Si notre pays n'est pas un pays, on peut au moins affirmer que quand c'est l'hiver, c'est l'hiver! Notre neige fait l'envie des amoureux du ski et du snowboard, qui se donnent à coeur joie sur les pistes du Québec. Pour les autres, elle sert de matériel pour se construire un fort... ou se lancer des boules de neige!

  • Le Canadien de Montréal

    On est déçus quand l'équipe ne se qualifie pas aux séries, mais nul ne peut la détester. Le Canadien reste notre chouchou, bon match, mauvais match.

  • Notre solidarité lors des catastrophes

    Les Québécois ont beaucoup donné après le séisme en Haïti, en janvier 2010. Et quand la région de Saint-Jean-sur-Richelieu a connu d'importantes inondations, l'été dernier, les Québécois ont chaussé leurs bottes de pluie et sont allés aider nettoyer. Tout ça exclut les innombrables heures de bénévolat et d'aide de toutes sortes. Quand quelqu'un a besoin d'aide, il y a toujours une personne pour tendre la main. On peut être fiers de notre solidarité.

  • Notre eau

    Le Québec a des ressources naturelles inestimables. Si certains doivent se procurer de l'eau embouteillée, nous avons la chance d'ouvrir le robinet pour un verre de Saint-Laurent frappé. Malgré tout, il faut rester vigilants pour ne pas gaspiller notre or bleu. Santé!

  • Normand L'Amour et son Madrid (2.0)

    Une fierté sans nom. Après avoir semé la joie dans les McDonald's de Sorel-Tracy, le créatif chanteur Normand L'Amour est de retour pour faire la promotion de l'hôtel Madrid 2.0. N'ayez crainte, les chansons inspirantes et dinosaures sont au rendez-vous!

  • Nos festivals

    Les Francofolies, le Festival de Jazz, le Festival d'été de Québec, le Festival Juste pour rire, le Festival international des percussions de Longueuil, le Festival western de Sainte-Tite, le Festival du cochon, le Mondial de la bière, le Festival en chanson de Petite-Vallée, le Festival Fantasia, l'International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, les Rendez-vous du cinéma québécois, MUTEK, Piknik Électronik, l'International des Feux Loto-Québec, le Festival mode & design de Montréal, Divers/Cité, le Festival du nouveau cinéma... Vous vouliez des festivals? En v'là!

  • Nos bagels

    Les bagels Fairmount et Saint-Viateur n'ont pas dit leur dernier mot. Au Québec, on peut se vanter de servir d'excellents bagels fraîchement sortis du four, gracieuseté de la communauté juive de Montréal qui nous a fait découvrir ce délicieux pain.

  • Nos grands espaces

    Exotique, le Québec? Absolument. La province regorge de grands espaces à découvrir. Et le spectacle est saisissant, bien mieux que les photos de Cuba sur les pages de vos amis Facebook!

  • Notre drapeau

    La Grande noirceur nous aura au moins apporté un beau drapeau. Malgré sa signification controversée, le fleurdelisé s'exhibe en toute occasion. Pour les autres, il y a la feuille d'érable entre deux carrés rouges!

  • Un lait, deux sucres, s'il vous plaît!

    On a bien ri de la passion du premier ministre Stephen Harper pour le Tim Hortons. Mais soyons francs: les Québécois aiment y aller, que ce soit pour rencontrer le charmant homme de Réseau Contact ou satisfaire une envie pressante de cappuccino glacé.

  • Des maires fort colorés

    Ils nous font rire... ou rager. Le maire d'Huntingdon Stéphane Gendron a fait jaser sur les médias sociaux en traitant les étudiants de «puants de grévistes», alors que le maire de Québec Régis Labeaume voit tellement grand pour la capitale qu'il peut faire passer une loi spéciale pour un éventuel amphithéâtre. Malgré tout, ils ravivent la scène municipale, ne trouvez-vous pas?

  • Gilles Vigneault

    Gens du pays, c'est à votre tour... Éternel poète, Gilles Vigneault n'a pas perdu sa fougue de jeunesse. L'artiste reconnu internationalement s'implique activement dans des causes qui lui sont chères, comme le Jour de la Terre, le 22 avril.

  • Un rayonnement à l'international

    Nous sommes fiers de notre cinéma et de la place importante qu'elle occupe à l'international. Cette année, Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau a tenté sa chance aux Oscars, alors que Laurence Anyways de Xavier Dolan et la co-production Hors les murs de David Lambert ont pris d'assaut le Festival de Cannes. Pas si mal pour une seule province!

  • ... et des souvenirs inoubliables pour les touristes

    Bref, le Québec n'a rien à envier aux autres provinces. En prime, nous attirons les touristes par tous les moyens que «nu» possédons. Et vous, pourquoi aimez-vous le Québec?

 

Suivre Steve E. Fortin sur Twitter: www.twitter.com/@S_EFortin

Suivre Le HuffPost Québec