LES BLOGUES

Sommet Re-Work en Deep Learning de Montréal : l'intelligence artificielle au service de l'Homme

Au cours du sommet Re-Work, j'ai eu l'immense privilège d'entendre des experts internationaux en apprentissage en profondeur (Deep Learning).

03/11/2017 09:08 EDT | Actualisé 06/11/2017 10:40 EST
Getty Images/iStockphoto
Étant passionnée d'intelligence artificielle, je suis enchantée qu'il se passe toujours beaucoup d'action en intelligence artificielle à Montréal.

Étant passionnée d'intelligence artificielle, je suis enchantée qu'il se passe toujours beaucoup d'action en intelligence artificielle à Montréal. Après le Symposium en IA qui a lieu a l'école Polytechnique de Montréal en début octobre, Montréal a eu tout dernièrement l'honneur d'être l'hôte d'un événement d'envergure internationale.

Au cours du Sommet Deep LearningRe-Work, la compagnie Thales a annoncé la création d'un centre de recherche en intelligence artificielle à Montréal. Thales n'est pas la seule grande compagnie à avoir fait le choix de s'implanter dans la métropole. Des géants américains ont aussi opté pour Montréal et Samsung va également ouvrir ici un laboratoire en IA. Des efforts sont également faits pour attirer d'autres grandes compagnies comme Amazon au Québec. À mon avis, il s'agit d'une preuve tangible de notre pouvoir d'attraction en IA.

De plus, Doina Precup, professeure en science informatique à McGill et experte en apprentissage par renforcement (Deep Reinforcement Learning), est devenue la nouvelle directrice du laboratoire DeepMind à Montréal. Elle sera également panéliste au Forum de l'IA responsable qui aura lieu à Montréal cette semaine. DeepMind est une entreprise cardinale en IA. J'estime donc que c'est un grand honneur pour notre ville d'avoir été sélectionnée. Madame Precup a expliqué que "l'apprentissage par renforcement est peut-être le domaine dans lequel on va obtenir les plus grands gains au cours des prochaines années" et que "la communauté a une éthique de recherche vraiment ouverte qui permet le progrès". On peut en découvrir un peu plus au sujet de sa vision de l'avenir en IA et de ses projets ici.

Au cours du sommet Re-Work, j'ai eu l'immense privilège d'entendre des experts internationaux en apprentissage en profondeur (Deep Learning). Les pères de la discipline, Geoffrey Hinton, Yann LeCun et Yoshua Bengio étaient exceptionnellement réunis. Selon moi, ce fut également une extraordinaire occasion de montrer que l'intelligence artificielle est au service de l'Homme.

Raquel Urtasun, qui évolue avec l'université de Toronto et Uber, étudie l'apprentissage en profondeur dans la conduite des véhicules autonomes. À mon sens, ce travail va permettre de sauver des vies sur les routes. Or, je suis ravie qu'elle participe aussi à l'institut Vector de Toronto qui a notamment pour mission d'améliorer la vie des Canadiens par l'IA. En entrevue, elle a salué le "leadership canadien en intelligence artificielle". Sa modestie et son talent m'ont vraiment séduite.

Ce que j'ai trouvé absolument rafraîchissant, c'est de constater la volonté des experts mondiaux de participer à l'intelligence artificielle comme facteur d'épanouissement pour l'Humanité.

Ce que j'ai trouvé absolument rafraîchissant, c'est de constater la volonté des experts mondiaux de participer à l'intelligence artificielle comme facteur d'épanouissement pour l'Humanité. Yann LeCun, directeur du laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Facebook, a résumé ainsi l'impact positif de l'IA : "L'intelligence artificielle va sauver des vies, notamment par l'assistance à la conduite et la médecine personnalisée." Je suis emballée par son enthousiasme revigorant !

L'apprentissage par renforcement et l'apprentissage automatique (Machine Learning) peuvent aussi contribuer au traitement des fausses nouvelles et à la détection des messages de haine, des comportements violents et des messages de détresse sur Facebook. Or, il faut faire un bon compromis entre filtrage, liberté d'expression et censure. C'est compliqué, mais j'ai espoir en une amélioration.

D'autre part, grâce au MILA, au RLLAB, au CIFAR et à notre écosystème tonique en IA, Facebook a choisi d'ouvrir dans la métropole un nouveau laboratoire en intelligence artificielle.

J'ai également eu la chance de rencontrer Clément Farabet de NVIDIA. NVIDIA développe notamment des technologies qui permettront de réduire les accidents mortels sur la route, d'aider à la recherche médicale et de participer au bien commun. La compagnie transmet aussi son savoir et l'on peut découvrir des histoires inspirantes de gens qui oeuvrent pour que l'intelligence artificielle soit au coeur du progrès social. J'ai pu lire un article très pertinent sur leur blog sur l'apprentissage en profondeur et la conduite des véhicules autonomes. Monsieur Farabet m'a aussi invitée à jeter un coup d'oeil à la bibliothèque NCCL. Il y a beaucoup de développements techniques dans l'entreprise qui sont très stimulants. Une belle rencontre avec un expert qui vulgarise bien ses connaissances.

Au Québec, des compagnies en IA travaillent aussi pour le bien-être de tous. Alexandre Le Bouthillier, d'Imagia, m'a exposé comment l'apprentissage en profondeur pouvait faire en sorte de personnaliser les traitements contre le cancer avec des coûts raisonnables. Le cancer est maladie du génome. L'analyse des données (notamment par imagerie) permet de transformer celles-ci en informations concernant les patterns statistiques et les mutations génétiques. La méthode permet de sauver du temps, aide à anticiper les effets secondaires des traitements et à prévoir son efficacité. Éventuellement, on parlera de médecine préventive basée sur l'analyse de l'ADN. C'est un secteur qui prouve bien que l'intelligence est bienfaisante. Je crois que ces avancées laissent entrevoir de beaux jours pour l'avenir de la recherche.

D'ailleurs, Lisha Li, d'Amplify Partners, invite à se lancer dans le secteur médical et de la recherche de nouveaux médicaments propulsés par l'intelligence artificielle. Le Creative Destruction Lab est aussi présent à Montréal pour donner un coup de main aux entrepreneurs. À mon avis, il ne faut pas hésiter à y aller !

Je considère qu'il est important de rappeler qu'il est fondamental que des entreprises québécoises en IA soient aussi lancées ici dans divers domaines.

Je considère qu'il est important de rappeler qu'il est fondamental que des entreprises québécoises en IA soient aussi lancées ici dans divers domaines. Nous avons un jeune écosystème qui réussit très bien. Par exemple, Thomas Jelonek, d'envision.ai, arrive à faire bouger les lignes avec une toute petite équipe. Son entreprise permet de maximiser la valeur des images et des vidéos. En utilisant diverses techniques, il parvient à capter l'attentions des grandes compagnies. Je pense que c'est très inspirant, car il est crucial que la valeur engendrée par l'IA soit redistribuée.

Pour conclure, la fondatrice de Re-Work, Nikita Johnson, a souligné elle aussi la vigueur de notre écosystème en IA et espère que le facteur humain sera plus présent lors des prochaines conférences pour discuter de l'impact de l'IA dans nos vies. C'est une avenue que j'apprécie énormément.

Lors du Sommet Re-Work de Montréal, la présence des femmes dans le secteur a également été soulignée par un dîner Women in Machine Intelligence. J'estime que le développement de l'IA est un projet inclusif et porteur du meilleur espoir pour nous tous.

Pour en savoir un peu plus sur les derniers développements techniques en IA :

The Consciousness Prior par Yoshua Bengio (Université de Montréal): https://arxiv.org/abs/1709.08568

Learning to Optimize with Reinforcement Learning: http://bair.berkeley.edu/blog/2017/09/12/learning-to-optimize-with-rl

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost