LES BLOGUES

Le questionnaire de Proust de Clément Sauriol

01/11/2013 01:45 EDT | Actualisé 17/01/2014 05:12 EST

Clément Sauriol est candidat indépendant à la mairie de Montréal. Il est un travailleur autonome polyvalent et il travaille présentement comme secrétaire-recherchiste pour La corporation des premières assises mondiales sur la condition humaine (Rallye 2000). Pour le connaître davantage, je lui ai proposé de répondre à cette version adaptée du questionnaire de Proust.

Quelle est votre vertu préférée? La patience.

Quelle est votre qualité préférée chez un homme? Qu'il soit polyvalent, c'est-à-dire qu'il soit curieux et qu'il multiplie l'acquisition de connaissances, tant intellectuelles que pratiques, tout au long de son existence. En d'autres mots, qu'il soit à la fois capable de comprendre, d'expliquer et de démontrer.

Quelle est votre qualité préférée chez une femme? L'indépendance. Une femme dominée par une idée ou une passion ressemble à s'y méprendre à un homme. Elle doit être différente. Mais bon, qui suis-je pour parler des femmes? Je peux parler d'une femme que j'ai connue, voire de deux, trois, ou dix, mais généraliser, non, ça ne colle pas.

Quelles sont vos priorités pour Montréal? Je le demanderai à autant de citoyens qu'il me sera possible de rencontrer et je ferai une synthèse de ce qu'ils souhaitent. Je suppose que je serai obligé d'élaguer les idées sottes et égoïstes, de celles qui représentent de véritables progrès. Par ailleurs, je vous engage à lire intégralement tout ce que j'ai écrit à ce sujet depuis 2 ans. Une ville ne se définit pas en deux mots. Surtout pas une agglomération de type mondial, avec un bassin de population de plus de 3 millions d'âmes.

Quel est votre rêve pour Montréal? Que les gens s'y sentent à l'aise comme on l'est dans une demeure, disons familiale, où règne la joie et où l'on se parle en même temps que l'on s'écoute. C'est mon petit côté fleur bleue.

Quelle est votre opinion sur le projet de Charte des valeurs québécoises? Cette charte, qui fait dire beaucoup de sottises, n'existe pas. C'est un projet. On en reparlera lorsque ce projet, devenu loi, aura été voté, après discussions. Pour le moment, ce n'est qu'un sujet de conversation. Cette question, tout particulièrement, sent le piège à candidat et l'épreuve à politicien. Pourtant, il n'y en a pas de charte. Cherchez l'erreur!

Quelle ville trouvez-vous inspirante pour Montréal? L'Atlantide! Mais non, c'est une farce. On va dire Montréal, dans dix ans.

Quel serait un grand malheur pour Montréal? Que l'on se retrouve encore une fois avec les mêmes partis politiques, à faire les mêmes choses. Ce qui risque, au train où vont les choses, de nous arriver. Ainsi en ont décidé les médias. Misère!

Quelle réforme admirez-vous? Celle qui a permis aux noirs américains, dans les années 60, de se libérer de leur condition abjecte et d'être reconnus comme citoyens à part entière. Il y a encore beaucoup à faire. Cette libération, cette émancipation des individus et des peuples, on la doit au Siècle des Lumières et plus particulièrement à la France du XVIII ème siècle. Vive la France!

Quels sont vos héros dans la vie? L'ingénieur Cyrus Smith, le journaliste Gédéon Spilett. Le géographe Jacques Paganel, tous les personnages de l'œuvre de Jules Verne. Le photographe Nadar. Louis Pasteur, Enrico Fermi, Jules Vanier et des centaines d'autres dont la famille Joliot-Curie et l'écrivain Blaise Cendrars. J'avais la plus profonde estime pour Neil Armstrong, homme d'un courage extraordinaire, ainsi que ses deux compagnons Aldrin et Collins. Quant aux réformateurs sociaux, pour qui j'ai également beaucoup d'estime, leur liste exigerait un bottin passablement long.

Quel est votre mot préféré? Quoi! Comme dans quoi donc? Ou de quoi est-il question?

Quel mot détestez-vous? Précédent. Comme dans sans précédent. Sotte expression que l'on entend partout et qui dénote l'immensité de la sottise, de l'ignorance, de ceux et celles qui l'emploient.

Qui choisiriez-vous pour illustrer un nouveau billet de banque? Un bébé qui suce son pouce!

Quel don de la nature aimeriez-vous avoir? Celui d'ubiquité. Ah pardon, ce n'est pas un don naturel. Dommage.

Quelle est votre devise? ''Ma grandeur se passe de l'abaissement des autres.''

Quel est votre auteur préféré? San Antonio.

Quel est votre compositeur chouchou? Pour le moment, Richard Desjardins.

Quel est votre peintre favori? Miro, comme dans mirobolant!

Pour en apprendre un peu plus sur ce candidat à la mairie de Montréal et sur ses idées, je vous invite à consulter son blogue.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Ce que les maires ont laissé à Montréal

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.