Stephanie Dubreuil

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Stephanie Dubreuil
 

L'obésité chez l'enfant: comment intervenir sans nuire

Publication: 19/05/2012 00:05

En regardant les photos des gamins des dernières décennies, on ne peut que faire le triste constat que cette catégorie d'âge a changé avec le temps. Elle a pris du poids. Il y a quelques années, l'enfant obèse faisait exception à la règle, mais de nos jours, les ''poignées d'amour'' font désormais partie de la réalité de plusieurs.

Qu'est-ce que l'obésité?

C'est un excès de gras corporel résultant d'un déséquilibre entre l'apport et la dépense énergétique. Donc un excès de calories par rapport à ce qui est dépensé chaque jour.

L'obésité infantile en chiffres

Il s'agit d'un problème complexe. Plusieurs organisations à travers le monde étudient très sérieusement la question. Au cours des deux dernières décennies, les taux d'obésité chez les enfants ont presque triplé. À travers le monde, on estime que l'obésité touche plus de 22 millions d'enfants de moins de 5 ans et que 10% des jeunes de 5 à 17 ans présentent un surplus de poids ou sont obèses.

Les causes

De nombreux facteurs expliquent ce problème. La génétique peut être en cause, mais c'est surtout le mode de vie qu'il faut blâmer. La plupart des enfants ne sont pas assez actifs et ne s'alimentent pas de façon appropriée, autant au niveau de la qualité que des quantités. Le manque de temps est souvent au cœur des raisons invoquées par les parents pour expliquer un faible niveau d'activités physiques et une diminution de préparation des repas faits maison.

Les conséquences

Un enfant qui a un poids excessif ne sera pas automatiquement obèse à l'âge adulte. Toutefois, plusieurs études tendent à démontrer qu'après l'âge de 8 ans, le risque de surpoids une fois adulte est plus élevé. Les risques sur la santé sont nombreux : hypertension, cholestérol, diabète de type 2, cancers, puberté précoce, etc. Des problèmes psychologiques peuvent s'ajouter au tableau: sentiment de rejet, faible estime de soi, plus grand risque de décrochage scolaire.

Quelques pistes de conseils...

•Améliorer la qualité de l'alimentation. Attention aux collations trop caloriques et éviter le grignotage toute la journée.
•Faire de l'activité physique tous les jours. Trouver un sport où l'enfant s'accomplira et s'amusera.
•Limiter le temps passé devant les écrans.
•Encourager la prise de repas équilibrés, en famille autant que possible, autour de la table dans une ambiance calme.
•Développer l'écoute des signaux de faim et de satiété. Reconnaître la vraie faim et la sensation d'être confortable après avoir mangé, même si l'assiette n'est pas terminée.
•Impliquer toute la famille et demeurer positif. On améliore les habitudes de vie pour être mieux dans sa peau et on évite la notion d'interdits à tout prix!
•Donner l'exemple en étant plus actif, en mangeant de façon saine et éviter les récompenses alimentaires. Surtout, pas de régime amaigrissant pour les enfants.

Allez chercher l'aide de professionnels pour vous guider dans l'établissement d'un plan d'intervention personnalisé. Il existe des cliniques d'obésité pédiatrique dans certains centres hospitaliers ou CLSC. Un suivi est nécessaire pour adapter les recommandations et vous encourager dans vos démarches.

Mieux manger, bouger plus combiné au fait de grandir corrigera souvent la situation de surpoids.

En aidant l'enfant on lui permet de se sentir "mieux dans sa peau" et à avoir plus d'énergie en plus de lui assurer un meilleur avenir.

 
Suivre Le HuffPost Québec