LES BLOGUES

Le bonheur ou le plaisir?

15/07/2013 11:30 EDT | Actualisé 14/09/2013 05:12 EDT

Le bonheur. Quelle quête noble, saine. Un but ultime à atteindre, s'il en est un. Un absolu que tous veulent toucher, posséder.

Qui ne désire pas être heureux?

Selon notre ami Wikipédia, «le bonheur est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, le stress, l'inquiétude et le trouble sont absents.»

Wow. Dans ce contexte, est-ce réaliste de vouloir ressentir le bonheur? Oui.

En fait, ressentir le bonheur de manière durable ne veut pas dire être à l'abri des épreuves de la vie courante. Cela veut dire être capable d'y faire face, avoir confiance que ça ne durera pas éternellement, avoir la foi qu'on arrivera à les surmonter.

Puis, qui dit « équilibre» dit va et vient entre deux axes plus ou moins éloignés. Et l'équilibre à un moment précis de notre vie ne sera pas le même à un autre moment, puisqu'on aura changé, évolué, que notre définition de l'équilibre ne sera plus la même, tout comme les paramètres la composant.

Mais comment arriver à atteindre le bonheur? Comment apprécier le sentier qui nous y mène, s'il s'agit d'un absolu à atteindre? Comment savoir que ce qu'on ressent est bel et bien du bonheur? Sentiment de plénitude, comme ça, sans raison particulière. Pas parce qu'on vient de s'acheter quelque chose de chouette ou de recevoir un compliment très touchant. Juste de regarder sa vie, de manière générale, de se sonder et de se dire: «Hey, me semble que je me sens bien. Me semble que je vois la vivacité des couleurs, aujourd'hui. Me semble que j'apprécie ce que j'ai, ce que je suis. Me semble que je suis comblé».

Longtemps, j'ai eu peur de me sentir comblée; je craignais de cesser ma quête vers le «mieux», le «meilleur», le «plus»... Et puis, je réalise en fait que ressentir le bonheur, c'est tout le contraire de sentir qu'on stagne. C'est se sentir vivant. Et c'est précisément ce sentiment qui nous «énergise», qui nous donne envie d'accomplir certaines choses, petites ou grandes (petites ou grandes pour qui, me direz-vous? Vous avez bien raison).

Et le plaisir, dans tout ça? Toujours selon l'ami Wiki, «le plaisir est chez l'être vivant une sensation agréable et recherchée». Et selon le Larousse, il s'agit d'un «état de contentement que crée chez quelqu'un la satisfaction d'une tendance, d'un besoin, d'un désir, ce qui plaît, divertit, procure à quelqu'un ce sentiment agréable de contentement».

La clé du bonheur ne serait-elle donc pas le plaisir? Probablement que cette quête de l'absolu passe ainsi par le quotidien, par les petits plaisirs.

Les 10 activités qui rendent le plus heureux