LES BLOGUES

Tous derrière PKP!

06/10/2014 11:08 EDT | Actualisé 06/12/2014 05:12 EST

«Quand ça ne marche pas au goût de PKP, ses colères peuvent être spectaculaires. Certains hauts cadres de direction de Québecor gardent un souvenir horrifié d'une réunion où le patron était tellement furieux qu'il était monté debout sur la table de la salle de conférence pour les haranguer.» - Katia Gagnon, Le Soleil (17 mars 2014)

Le Parti québécois aime les couronnements. Pauline Marois, la dernière Reine déchue, avait posé cette condition pour son retour: pas de course. On a vu le résultat. D'autres couronnements ont jalonné la courte vie politique du PQ: René Lévesque, Jacques Parizeau, Lucien Bouchard, et Bernard Landry.

Évidemment, plusieurs députés de l'aile parlementaire du Parti québécois vont se ranger derrière PKP pensant y trouver un autre sauveur. Certains même vont jusqu'à affirmer le plus sérieusement du monde que PKP a été un incroyable créateur de richesse. Quelle richesse? Pourtant, on est loin ici d'un François Legault ou d'un Alain Bouchard qui ont véritablement créé une richesse impressionnante à partir de rien. Ce n'est évidemment pas le cas pour PKP. Mais qu'est-ce qui confère à ce dernier cette aura de Messie? L'empire bâti par son père et la fortune léguée à son fiston? Julie Snyder? Le succès d'une entreprise médiatique construite à même l'argent de notre Caisse de dépôt? La construction d'un amphithéâtre vide à Québec à même les fonds publics? Une soif irrationnelle d'amener une équipe de la LNH afin de plaire aux gens de Québec? Sun News, un réseau média dont Québécor a revendu à rabais ses actifs anglophones? Sa facilité à s'inviter à la table des premiers ministres ?

PKP représente une énigme pour qui veut bien comprendre la recette de son succès. Autrefois à droite et grand critique des dépenses publiques de l'État via la sinistre rubrique «Le Québec dans le rouge» de son Journal de Montréal - où l'on tourne les coins ronds afin d'exciter le bon peuple et attiser une haine envers le gouvernement et les institutions - PKP ne recule devant rien pour se travestir. Oui, PKP a revêtu cette fois-ci la robe de la social-démocratie sans aucun scrupule. Pour lui, le modèle social-démocrate québécois est soudainement un exemple d'exception qu'il faut préserver. Se coiffant de la perruque de l'environnementaliste, le pétrole de l'Alberta est subitement devenu sale. On pousse même l'audace jusqu'à critiquer le président de l'Allemagne en mélangeant tous les concepts historiques du XXe siècle.

Bref, PKP fait flèche de tout bois pour prêcher l'indépendance du Québec. Ne reculant devant rien, il enfile ses talons hauts et pousse même le ridicule jusqu'à blâmer régulièrement le Canada pour tous les maux québécois, mais ne manquera aucune occasion de téter les mamelles fédérales afin d'obtenir de nouvelles licences pour ses projets de «business». Il poussera l'effronterie jusqu'à demander au CRTC - un organisme fédéral - de mettre des bois dans les roues de Bell Média ou de Netflix afin de préserver ses intérêts financiers. Dans une entrevue récente avec Marie-France Bazzo, PKP se posait le plus sérieusement du monde en nouveau défenseur de Radio-Canada alors qu'il se levait la nuit pour haïr cette institution il n'y a pas 6 mois, s'en prenant régulièrement à ses dirigeants. Pour un diplômé en philosophie, on comprend mieux pourquoi il peinait à comprendre la Critique de la raison pure d'Emmanuel Kant à Paris. Essayez de suivre le raisonnement de PKP relève de l'exploit ou de l'acrobatie intellectuelle.

Mais pour nous, fédéralistes, il faut souhaiter que ce vaudeville puisse se concrétiser au plus sacrant. Couronnons PKP avec éclat à la tête du PQ!

Jusqu'ici, on a vu un PKP dans un cadre aseptisé, loin de la confrontation et des débats. PKP n'est pas un tribun. Sa voix tremble encore lorsqu'il doit s'exprimer sans filet de protection. Les statuts Facebook de sa page témoignent d'une candeur désarmante et d'une méconnaissance profonde du mécanisme politique. Ses raisonnements basiques et ses multiples retournements de veste font sourire. Imaginez PKP glisser sur les pelures de bananes de la machine libérale ou de la CAQ en pleine campagne électorale! Un pur délice!

Oui! Vivement PKP au Parti québécois. Car avec ce chef, nous assisterons avec extase aux funérailles d'un parti basé sur l'obsession et la chicane. Par sa soif de pouvoir, il rabaissera le PQ au rang de groupuscule parlementaire insignifiant. Go! Tous derrière PKP! J'invite tous les lecteurs de cette chronique à devenir membre du PQ et voter les yeux fermés pour PKP. Il en va de notre avenir et de ceux de nos enfants!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter