LES BLOGUES

Salaire des chefs autochtones: fausse nouvelle!

31/07/2014 11:12 EDT | Actualisé 30/09/2014 05:12 EDT

Depuis quelques jours, l'actualité nous rapporte les « méchants » et « faramineux » salaires des chefs et des grands chefs des diverses communautés autochtones à travers le pays. Cette information est rendue possible suite à l'entrée en vigueur d'une nouvelle directive fédérale exigeant la divulgation du salaire de ces élus. En soi, il s'agit d'une bonne chose qui - toutefois - doit être mise en contexte de manière prudente et réfléchie. Certains médias à la jaunisse facile s'amusent à comparer le salaire de ces élus à des maires de communautés « comparables » au Québec et excitent ainsi la population au scandale tout en alimentant les préjugés et le racisme.

Bien évidemment, lorsqu'on compare le salaire de l'élu québécois à celui de l'élu autochtone, une personne non informée pourrait soulever certaines questions. Mais aucun journaliste ne s'est donné la peine d'expliquer ce contexte particulier.

Pour avoir siégé comme maire d'une ville québécoise pendant 10 ans avec certains collègues amérindiens, laissez-moi vous dire que l'administration générale d'un territoire autochtone n'a absolument rien à voir avec l'administration municipale telle qu'on l'entend. En général, une municipalité gère des services de proximité : ordures, déneigement, recyclage, sécurité publique, loisirs et infrastructures. Une administration autochtone gère la même base de services municipaux tout en y ajoutant les autres services sociaux que le gouvernement du Québec pourrait gérer en vertu de ses juridictions constitutionnelles.

À titre d'exemple, le Conseil de bande d'Akwesasne - un territoire à proximité de Huntingdon que je connais très bien - a juridiction sur le logement social, les services de garde à l'enfance, les soins de santé et tous les services sociaux connexes, une résidence pour femmes victimes de violence, une maison de jeunes, l'hébergement des aînés, le développement économique, une clinique médicale et les services hospitaliers et d'urgence, tous les programmes liés au tribunal local et d'appel, la police, les écoles de son territoire, de la petite enfance aux études post secondaires, et j'en passe. Le saviez- vous? Les journalistes le savaient-ils? Non.

Bref, une administration autochtone, qu'elle soit de la taille qu'on voudra, gère à la fois les responsabilités normalement dévolues à une municipalité en y ajoutant pratiquement toutes celles liées à une administration provinciale. Force est de constater qu'en cette ère de fast food de l'information « minute rice », bien peu de journalistes se sont donné la peine de présenter la nouvelle avec professionnalisme. Il ne suffit pourtant que d'un clic pour aller consulter les rapports financiers et les rapports annuels d'Akwesasne disponibles sur le site web du Gouvernement local.

Quand il s'agit de discuter du salaire des élus blancs dans nos municipalités, tous sont d'accord à dénoncer le salaire ridiculement bas de ceux-ci. Quand il s'agit des nations autochtones, le jaunisme s'empresse de perpétuer le mythe de « l'Indien abuseur et profiteur ». Une communauté comme Akwesasne gère un budget annuel de près de 80 millions, avec des services étendus au-delà d'une simple municipalité québécoise. Oui, la divulgation des données est un droit envers le contribuable, qu'il soit Blanc ou Autochtone. Mais qu'on cesse de tout réduire à des cas anecdotiques ou carrément des idioties au nom de la démagogie du colonisateur colon.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?