LES BLOGUES

Impression 3D, soleil levant

17/02/2013 11:46 EST | Actualisé 19/04/2013 05:12 EDT
Getty Images
The logo of the Nokia research center in Ulm, western Germany, is pictured on June 14, 2012. The Finish telecommunication company, one of the world's biggest mobile phone makers, announced on June 14, 2012 that it will close the facility in Ulm by September 30, 2012 as part of massive cost-saving measures. AFP/ STEFAN PUCHNER GERMANY OUT (Photo credit should read STEFAN PUCHNER/AFP/GettyImages)

Le monde des nouvelles technologies a déjà ses vieilles gloires, des géants que l'on empaille régulièrement à coup d'articles assassins et de graphs plongeants. Chef de file de ces pré-retraités, dont on ne sait plus trop si l'on doit prédire le renouveau ou l'agonie prolongée : Nokia.

Si les chiffres ne sont pas bons, l'analyse de la débauche d'energie tardive déployée par le constructeur finlandais pour retrouver sa place dans le bal des géants est riche en enseignements. En effet, il y a quelques jours, Nokia annonçait la mise à disposition sous creative commons de fichiers destinés à l'impression 3D de coques pour le Lumia 820, figure de proue de la nouvelle génération de smartphones de la marque.

La nouvelle peut sembler anecdotique lorsque l'on sait que le groupe accuse des pertes de 3,1 milliards de dollars en 2012 et que le marché global de l'impression 3D dépasse difficilement le milliard en se concentrant presque exclusivement sur le B2B. D'autant plus que la nouvelle Révolution Industrielle annoncée autour de l'impression 3D n'a pas encore fait son entrée dans les foyers !

Faut il pour autant voir l'initiative de Nokia comme un gadget destiné à emoustiller geeks et adeptes du Do It Yourself ? Il semble que la demarche s'inscrit dans une tendance plus globale avec des axes forts pour le constructeur de téléphones.

La force d'un écosystème

En mettant à disposition ces fichiers, Nokia se rapproche de tout un écosystème en pleine expansion, celui de l'impression 3D. Les ingénieurs et développeurs qui travaillent sur ce sujet brulant ne manqueront pas de tester cette première initiative de la part d'un grand de la téléphonie mobile, d'autant plus que la récupération des documents nécéssite une inscription sur la plateforme Developer de Nokia. Une manière de se poser en leader sur le sujet et d'afficher une vision claire.  

"In the future, I envision wildly more modular and customizable phones. Perhaps in addition to our own beautifully-designed phones, we could sell some kind of phone template, and entrepreneurs the world over could build a local business on building phones precisely tailored to the needs of his or her local community."

Acceleration du prototypage et Open Innovation

Pour Nokia, l'appropriation des fichiers par des tiers spécialisés est un formidable laboratoire. Dans une logique d'Open Innovation, qui consiste à s'associer aux meilleurs experts externes pour innover, Nokia va profiter d'un panel gratuit de prototypes et autres inventions plus ou moins interessantes autour de son produit. Une manière de se concentrer sur son coeur de métier tout en identifiant les usages émergeants. Car comme l'énonce avec humour Bill Joy, cofondateur de Sun Microsystems, "qui que vous soyez, les gens les plus intelligents travaillent pour quelqu'un d'autre."

De la personnalisation du Software à la personnalisation du Hardware

Enfin, du point de vue de l'utilisateur, cette démarche s'inscrit dans l'arrivée progressive d'une personnalisation de l'objet technologique lui même, là ou la couche logicielle s'adapte déja largement aux envies et usages de l'utilisateur. Si l'initiative s'arrête aujourd'hui au superficiel avec les coques de téléphones, elle est destinée à toucher tous les éléments à faible valeur ajoutée pour les constructeurs, de téléphones bien sur mais également d'automobiles, de biens de consommation courants, etc.

À VOIR AUSSI

Les inventions de 2012