LES BLOGUES

Comment le vieillissement de la population touche-t-il les jeunes générations?

05/06/2017 12:07 EDT | Actualisé 05/06/2017 12:08 EDT

L'espérance de vie augmente considérablement au Québec, comme ailleurs au Canada et dans les pays industrialisés. Cette nouvelle est réjouissante, puisqu'elle signifie que globalement, les conditions de vie et de santé des populations s'améliorent. Toutefois, pour faire face à cette transition sociodémographique importante, certaines révisions s'avèrent nécessaires en matière de politiques publiques relatives à l'équité intergénérationnelle, afin que nos aînés continuent de jouir pleinement de leurs avantages tout en s'assurant que les plus jeunes générations puissent, elles aussi, aspirer à des conditions de vie similaires à celles de leurs parents et grands-parents une fois elles-mêmes à la retraite.

À Force Jeunesse, nous croyons que deux des principaux enjeux d'équité intergénérationnelle au sein de nos politiques publiques portent sur l'élimination des clauses de disparités de traitement (CDT) dans les conditions de travail sur la bonification de notre régime de retraite public, le régime de rentes du Québec (RRQ). Cette lettre ouverte nous offre l'occasion d'expliquer notre analyse sur ces deux enjeux cruciaux pour les jeunes générations, notre préoccupation étant de soutenir la population vieillissante tout en assurant la pérennité de nos institutions pour les générations à venir.

Une CDT consiste à offrir des conditions de travail moins avantageuses à des travailleurs, comparativement à leurs collègues effectuant les mêmes tâches au sein du même établissement, strictement en raison de leur date d'embauche plus récente. Les CDT ont pour effet de créer une iniquité intergénérationnelle en reportant les efforts liés à des modifications de conditions de travail sur les employés embauchés plus récemment, lesquels sont majoritairement des jeunes, des femmes et des nouveaux arrivants sur le marché du travail. En somme, ces travailleurs subissent une discrimination dans leurs conditions de travail en raison de leur seule date d'embauche, ce qui contrevient au principe «À travail égal, salaire égal» que défend l'Organisation internationale du travail.

Force Jeunesse, qui fêtera l'an prochain ses 20 ans, a d'ailleurs été fondée par une coalition de jeunes travailleurs autour de l'enjeu des CDT. Bien que la Loi sur les normes du travail ait été modifiée en 2001 pour interdire les CDT eu égard à diverses normes du travail, certaines formes de CDT perdurent encore aujourd'hui, principalement au sein des régimes de retraite et des assurances collectives offerts aux salariés. En créant deux catégories de travailleurs dans un même établissement, ce sont l'équité et la solidarité intergénérationnelle que l'on met à mal. C'est pourquoi nous menons une campagne active afin qu'une nouvelle modification soit apportée à la Loi sur les normes du travail et que les CDT soient enfin complètement éradiquées de l'ensemble des conditions du travail.

Nous observons également que les emplois sont plus atypiques (emplois à temps partiel, temporaires, travailleurs autonomes, etc.). En conséquence, les employeurs cotisent de moins en moins pour la retraite des jeunes générations par le biais de régimes complémentaires de retraite, soit parce que les travailleurs atypiques n'ont pas accès à ces régimes, soit parce que ces régimes sont abandonnés en cours de route par les employeurs. La responsabilité d'épargner en vue de la retraite repose donc de plus en plus uniquement sur les individus eux-mêmes et sur les régimes publics de retraite.

Pour remédier à cette situation préoccupante, le gouvernement fédéral et les autres provinces canadiennes ont convenu en 2016 de bonifier le Régime de pensions du Canada (RPC), l'équivalent canadien du RRQ. Cette bonification, sans être très ambitieuse, fait tout de même passer le taux de remplacement du revenu de 25 % (le taux actuel) à 33,3 %, jusqu'à un maximum des gains admissibles rehaussé de 54 900 $ (le maximum actuel) à 82 700 $. Le tout sera financé par une hausse graduelle du taux de cotisation entre 2019 et 2025, de 1% pour les travailleurs et 1% pour les employeurs jusqu'à 54 900 $, et ensuite de 4% de part et d'autre pour les revenus se situant entre 54 900 $ et 82 700 $.

Le principal avantage de la bonification du RPC est qu'elle sera pleinement capitalisée et non pas financée par répartition, ce qui fait en sorte que le retour sur investissement de chacune des cohortes de cotisants leur bénéficiera directement. Ainsi, les pleins effets de la bonification se feront uniquement ressentir en 2065, lorsque les premières cohortes de travailleurs à avoir cotisé pendant 40 ans (de 2025 à 2065) arriveront à la retraite et commenceront à toucher leurs rentes. C'est donc une bonification pour les générations futures.

À Force Jeunesse, nous croyons qu'il y a urgence que le Québec se rallie au scénario de bonification qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019 partout ailleurs au Canada, sans quoi les retraités québécois de demain risquent de devenir sensiblement plus pauvres que leurs homologues des autres provinces.

Le Québec a jusqu'ici refusé de se rallier à l'entente de bonification convenue par le reste du Canada et a proposé son propre scénario de bonification du RRQ nettement moins avantageux, surtout pour la classe moyenne. À Force Jeunesse, nous croyons qu'il y a urgence que le Québec se rallie au scénario de bonification qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019 partout ailleurs au Canada, sans quoi les retraités québécois de demain risquent de devenir sensiblement plus pauvres que leurs homologues des autres provinces.

En résumé, les choix de société que nous faisons aujourd'hui influenceront considérablement la qualité de vie des générations à venir. Il nous apparaît primordial, pour nous préparer collectivement au vieillissement de la population, que des changements structurants soient apportés à nos lois et à nos institutions publiques afin de garantir l'équité intergénérationnelle. Force Jeunesse veillera à continuer de défendre ce principe dans l'espace public et à participer activement au débat afin que les générations futures continuent de bénéficier de conditions au moins aussi avantageuses que celles des générations précédentes.

Au sujet de Force Jeunesse

Fondé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs qui œuvre à la défense et à l'amélioration des conditions de travail des jeunes travailleurs, des perspectives d'emploi de la relève et de l'équité intergénérationnelle dans les politiques publiques.

LIRE AUSSI:

» Pour les baby boomers, la retraite ne se passe pas comme prévu

» Les nouveaux vieux: les différents visages de la retraite

» Où sont les vieux au Québec? (CARTE INTERACTIVE)


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter