LES BLOGUES

Quand la culture du viol s'immisce dans la salle d'accouchement (VIDÉO)

15/05/2017 03:54 EDT | Actualisé 16/05/2017 04:56 EDT

«Ligotée [...], isolée dans la peur et le froid et laissée à moi-même»

«La pression montait dans la chambre et c'était rendu l'enfer»

«J'étais certaine qu'ils allaient me tuer. Ça fait 25 ans de ça, mais j'en pleure encore».

«Je ne savais même pas ce qu'il faisait, mais ça m'a fait vraiment mal»

Ces paroles donnent froid dans le dos. À les lire, nous pensons tout de suite que ces femmes décrivent une agression sexuelle. Et pourtant... Elles décrivent leur accouchement! Comment donner naissance peut s'apparenter autant à un viol? Ce que les actions des militantes féministes démontrent, c'est que la culture du viol a su s'immiscer jusque dans la salle d'accouchement et ainsi grandement contribuer au phénomène de la violence obstétricale.

La culture du viol, doit-on le rappeler, est un ensemble de normes et de pressions sociales, qui affecte majoritairement les femmes*, mais pas seulement. C'est une «incorporation de la domination masculine» (Lemieux-Couture, 2014), mais aussi une déresponsabilisation de l'agresseur-e. Elle est issue d'une culture patriarcale et sexiste où le consentement des femmes fait peu de poids dans la balance.

Tout comme on met en doute la parole des femmes qui ont le courage de dénoncer leurs agressions en présumant de la bonne volonté de l'agresseur, il en va de même de celles qui rapportent avoir subi de la violence obstétricale. On croit qu'elles sont hystériques ou que les hormones ont aiguisé leur imagination, alors que le personnel soignant, pourtant là pour leur bien-être, se retrouve la cible d'accusations injustes et exagérées. On se retrouvera à traiter les femmes de menteuses, une fois de plus, à les responsabiliser - mais pourquoi tu n'as pas dit non, pourquoi n'as-tu pas changé de médecin?-, à nier leur vécu, leur perception, leur traumatisme.

Mais qu'est-ce que la violence obstétricale? Selon la loi vénézuélienne, elle désigne «l'appropriation du corps et du processus reproducteur des femmes par les personnes qui travaillent dans le domaine de la santé» (Pino, 2016), en somme, c'est le non-respect des droits fondamentaux. La violence obstétricale est donc à la fois une violence systémique et sexuelle découlant du patriarcat.

On entend souvent l'argumentaire que les femmes, bien qu'elles puissent rêver d'un «accouchement parfait», devraient se rappeler d'être souples, pas trop exigeantes et de «lâcher prise» pour accepter le déroulement parfois très différent de ce qu'elles avaient anticipé. Les femmes ne sont pas traumatisées parce qu'elles n'ont pas eu un «bel accouchement», elles le sont parce qu'on ne les a pas écoutées ni respectées, elles, leurs droits et leur intégrité physique.

Ainsi, en salle d'accouchement, comme lors de violences sexuelles, on se permet de voir le consentement des femmes comme optionnel et de s'approprier leur corps comme si c'était une chose. On entre deux doigts dans le vagin, comme s'il s'agissait de dire bonjour, sans même parfois avertir, et souvent, sans indication médicale. On coupe en toute impunité les vagins lors de la poussée, sans autorisation préalable, parfois même alors que la femme a explicitement refusé cette intervention.

Peut-on imaginer une plus grande situation de vulnérabilité qu'une femme sur le dos, prise entre des contractions rapprochées et un bébé dans le vagin?

Peut-on imaginer une plus grande situation de vulnérabilité qu'une femme sur le dos, prise entre des contractions rapprochées et un bébé dans le vagin? Si en plus, elle vit plusieurs oppressions, comme le fait d'être racisée ou d'avoir une sexualité différente de la norme, ses droits seront d'autant plus bafoués.

Ajoutons à cela la croyance que les femmes sont inaptes à prendre des décisions pour leur corps et on se retrouve avec une longue lignée de décideurs qui, protocole après protocole, décident paternellement pour les principales concernées. Malgré tout, on ne se gênera pas pour blâmer implicitement ou explicitement la femme de son sort: ses comportements dangereux pour son fœtus, son corps défaillant et inapte à mettre un bébé au monde, son manque de préparation ou son absence de collaboration.

Les organismes de défense des droits cumulent les témoignages de femmes qui ressortent traumatisées de leur expérience d'accouchement. Les voix des femmes s'élèvent de plus en plus en Europe, en Amérique latine, aux États-Unis et au Canada pour dénoncer les violences qu'elles ont subies. Le constat est flagrant: accoucher est une expérience dont trop de femmes ne sortent pas indemnes. Ce qui nous fait dire aujourd'hui: «Sans oui c'est non, même quand j'accouche!»

*Le mot femme dans ce texte est employé pour désigner toute personne se considérant comme telle ou ayant un utérus.

Sophie Séguin, militante

Nicole Pino, Regroupement Naissance-Renaissance

Lorraine Fontaine, Regroupement Naissance-Renaissance

Co-signataires:

Martine Delvaux

Je suis indestructible (JSI)

Femmes autochtones du Québec (FAQ)

Stéphanie St-Amant

Manal Drissi

Sandrine Ricci

Maguy Metellus

Sophie Bérubé

Houda Rochdi

Lysane Grégoire

Anne-Marie Dupras

Alexandrine Agostini

LIRE AUSSI:

» 8 choses à savoir sur les rapports sexuels pendant les règles

» Arrêtez de mettre des cotons-tiges dans vos oreilles, affirme une nouvelle étude

» Ces photos résument la réalité de la dépression post-partum


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter