LES BLOGUES

«Toccate et fugue» disharmonique au Centre du théâtre d'aujourd'hui

21/04/2017 09:19 EDT | Actualisé 21/04/2017 09:19 EDT

Un petit groupe de soi-disant amis se réunit pour faire la fête. Pas vraiment des amis, pas vraiment de fête, pas d'ambiance, pas de chaleur, pas de sympathie au sens propre du terme: rien qui puisse rapprocher les convives...

tocate

Caro, dont c'est l'anniversaire, a oublié que des personnes allaient passer la soirée chez elle, et qui? d'ailleurs. Daniel, le DJ, a transporté son matériel qui ne fonctionne pas bien. Guillaume, sans cesse dans la contrition, ne pense qu'à renouer avec Caro, son ex., qui - pour se distraire de la préparation de son doc interminable et ennuyeux - a plus le goût de «consommer» du Daniel pas très chaud. Élise n'a invité aucune de ses relations pour ne pas être responsable de leur absence. Elle attend Félix qu'elle aimerait bien séduire, mais qui n'est pas fait pour elle, paraît-il. Félix se pointe finalement, mais en râlant, car l'ambiance n'est pas là, et en cela il a raison.

La fête ne prend pas, car le cœur n'y est pas... Aucune affinité entre eux, même s'ils se connaissent et sont censés être amis. Chacun est dans son monde, tourné vers son nombril, ses petits intérêts, ses petits textos, ses petites névroses. Personne n'est là pour l'autre, pour s'intéresser à lui, dialoguer, se rencontrer, être ensemble. Seul un petit oiseau blessé et mourant est capable étrangement de plus ou moins focaliser l'attention de tous. Quand arrive l'événement improbable, d'évidence piégée, mais dans lequel finalement tout le monde s'engouffre à sa manière pour qu'il se passe au moins quelque chose... et il va se passer quelque chose...

Les convives font parfois semblant de s'amuser, mais ils ne s'amusent pas du tout.

Comme dans la pièce présentée l'an dernier dans le cadre du Festival Transamérique, Logique du pire, du même Étienne Lepage, le rire est parfois là, mais jaune et très grinçant. L'ambiance est lourde. Les convives font parfois semblant de s'amuser, mais ils ne s'amusent pas du tout. Quand ils se parlent, c'est au mieux pour faire valoir leurs intérêts, au pire pour prendre un ascendant sur l'autre jusqu'à nier son existence. Il y a de l'agressivité dans l'air, de la vulgaire méchanceté quotidienne; on se défoule comme on peut, et sans s'en rendre compte...

Dans ce petit groupe de personnes ordinaires, nous tous peut-être aujourd'hui, aucun état d'âme à rabaisser l'autre à qui l'on parle, quand bien même il est censé être une ou un ami. Et si cet autre est une personne qu'on a payée pour qu'elle soit là, des comportements très violents apparaissent qu'on ne soupçonnait pas; c'est alors l'autre en soi qui parle et qui agit...

La comédie grinçante d'Étienne Lepage met en scène six acteurs irréprochables dans un décor tournant où tout le monde tourne en rond jusqu'à l'arrivée du grain de sable qui fait tout déraper. Elle laisse un goût amer dans la bouche et nous oblige à nous questionner sur les relations que nous entretenons avec les autres.

Toccate et fugue, du 11 avril au 6 mai 2017, au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui à Montréal

Texte Étienne Lepage

Mise en scène Florent Siaud

Interprétation Sophie Cadieux, Larissa Corriveau, Maxime Denommée, Francis Ducharme, Karine Gonthier-Hyndman, Mickaël Gouin

Assistance à la mise en scène et régie Alexandra Sutto

Décor, costumes, accessoires Romain Fabre

Éclairages Nicolas Descoteaux

Musique originale Julien Éclancher

Vidéo David B. Ricard

Accessoires Fanny Denault

Conseil au mouvement Marilyn Daoust

Consultant Huy Phong Doan

Assistance aux costumes Chantal Bachand

Maquillages Angelo Barsetti

Information : http://www.theatredaujourdhui.qc.ca/etienne-lepage

Cet article a aussi été publié sur info-culture.biz

LIRE AUSSI:

» Jon Lachlan Stewart dans «Big Shot», à voir absolument au Prospero

» Délicieux «Harold et Maude» au théâtre Jean-Duceppe

» Hamlet revisité au théâtre La Chapelle


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter