LES BLOGUES

«La Bohème», magnifique, à l'Opéra de Montréal pour le 375e

23/05/2017 02:15 EDT | Actualisé 23/05/2017 02:15 EDT

Voix superbes, émotions et grand spectacle pour cette édition montréalaise de La Bohème de Puccini. Tout est à la hauteur de l'ambition de la représentation : la distribution nombreuse, les voix splendides et les chœurs éclatants, l'orchestre Métropolitain, le jeu théâtral des acteurs/chanteurs, la mise en scène, les décors, l'éclairage, les costumes... Un spectacle à ne pas manquer et qui fait honneur au 375e anniversaire de Montréal!

boheme

Nous sommes à Paris au milieu du XIXe siècle et l'existence est difficile pour les artistes et les intellectuels sans le sou qui mènent leur vie en marge. Dans un immense atelier mal chauffé, Rodolfo, Marcello, Shaunard et Colline, quatre jeunes amis (poète, peintre, musicien et philosophe) s'obstinent à créer des œuvres en dépit du froid, de la misère matérielle et du propriétaire qui les menace d'expulsion. L'opéra de Giacomo Puccini (sur un livret des Italiens Giacosa et Illica d'après le roman Scènes de la vie de bohème du Français Henri Murger), fut présenté pour la première fois à Turin en 1896. Dans la très belle mise en scène montréalaise signée Alain Gauthier, c'est cette même Belle époque qui a servi aux décors et aux costumes des très nombreux acteurs - hommes, femmes et enfants - sur la scène grouillante de la salle Wilfried Pelletier.

Le récit et la musique font passer le spectateur par toutes les émotions, de la joie à la tristesse, de l'amour à la rupture; mais il y a aussi de la farce, de l'insouciance, de la jalousie, puis la maladie et la mort.

Le récit et la musique font passer le spectateur par toutes les émotions, de la joie à la tristesse, de l'amour à la rupture; mais il y a aussi de la farce, de l'insouciance, de la jalousie, puis la maladie et la mort. Le couple que forment Marcello et la belle Musetta est orageux, cocasse, aimant. Celui qui se construit entre Rodolfo et la douce Mimi est plein de promesses, mais voué à une fin tragique. La Bohème aux mélodies agréables et variées, qui font alterner les solos, les duos et les chœurs magnifiques combinent des histoires d'amitié et d'amour, de jeunesse et de vie avec ses gaîtés et ses détresses.

Tous les solistes de cette représentation sont canadiens et particulièrement talentueux. Parmi les quatre amis d'abord, le baryton Justin Welsh dans le rôle de Marcello, et le ténor Luc Robert dans celui de Rodolfo, ont des voix puissantes et remarquables. Leurs jeux sur scène n'ont rien à envier à ceux d'acteurs de théâtre. Leurs deux acolytes Christopher Dunham (Schaunard) et Alexandre Sylvestre (Colline) sont excellents également. Du côté des femmes, la soprano France Bellemare dans le rôle principal de Mimi et la soprano Lucia Cesaroni dans celui de Musetta, rendent les deux personnages féminins particulièrement attachants, chacun dans leurs genres.

Les scènes intimes dans l'atelier succèdent à celles animées et légères du café Momus ou du parc. Les éclairages sont très suggestifs, les costumes particulièrement soignés. Il est peu étonnant que cet opéra ait été si populaire depuis sa création et si souvent joué partout dans le monde. Encore faut-il, pour l'apprécier, être en présence de voix qui rendent justice aux mélodies de Puccini. C'est tout à fait le cas dans cette dernière présentation de la 37e saison de l'Opéra de Montréal. Et le public pourra, en plus des trois représentations à la salle Wilfrid-Pelletier les 20, 23, 25 et 27 mai, y assister gratuitement au Stade Mémorial Percival-Molson le samedi 27 mai à 19h30, quel que soit le temps, avec navettes gratuites de la STM au départ du Métro Station McGill...

La Bohème à l'Opéra de Montréal les 20, 23, 25. 27 mai (Salle Wilfrid Pelletier) et 27 mai (retransmission au Stade Mémorial Percival-Molson) à Montréal

De Giacomo Puccini

Avec France Bellemare, Luc Robert, Justin Welsh, Lucia Cesaroni, Christopher Dunham, Alexandre Sylvestre, Claude Grenier, Isabeau Proulx-Lemire, Clermont Tremblay

Orchestre Métropolitain / Chœur de l'Opéra de Montréal

Chef d'orchestre James Meena

Mise en scène Alain Gauthier

Sergent Alain Duguay / Décors Olivier Landreville / Éclairages Claude Accolas / Costumes Opéra de Montréal / Chef de chœur Claude Webster / Pianiste-répétitrice Louise-Andrée Bari Informations : http://www.operademontreal.com/programmation/la-boheme#banner et http://www.375mtl.com/

LIRE AUSSI:

» Un «Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu?», sauce québécoise

» Maxime Brillon au festival Jamais Lu

» «Rain» d'Anne Teresa De Keersmaeker ou le vertige de la précision


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter