LES BLOGUES

Printemps 2012 et Charte: je hais ceux qui haïssent

25/09/2013 12:23 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

On a appris cette semaine à la Commission Ménard que Martine Desjardins ancienne présidente de la FEUQ avait été victime de menaces de mort. Qui a pu faire de telles menaces ? Un étudiant qui ne voulait pas de la grève, un mononc' frustré contre les étudiants, une fille jalouse d'elle ? Comment peut-on en venir à détester un personnage médiatique au point de lui envoyer des menaces de mort ? Je n'aurai pas de réponses à ces questions, mais ma réaction est la même, je déteste ces comportements et ils me donnent envie de secouer physiquement leurs auteurs jusqu'à ce qu'ils entendent raison.

Je dirais la même chose pour les tatas qui ont fait des menaces à Richard Martineau à la même époque, au point de se rendre à son domicile privé pour l'intimider. Heureusement, ici on ne déteste pas à coups d'attentats suicide, mais on déteste fort quand même. On crache, on manifeste, on insulte, et surtout on intimide sur les réseaux sociaux. Il n'y a jamais eu autant d'opinions exprimées qu'aujourd'hui et ce n'est pas toujours gracieux.

Je déteste ceux qui détestent. Malheureusement, en réagissant comme ça, ça veut dire que je fais un peu partie de leur gang. Je deviens comme le bon catholique qui prétend que la haine c'est mal, mais qui déteste les islamistes parce que ceux-ci détestent tout ce qui va à l'encontre de leur religion. La haine engendre la haine et j'avoue que j'ai de la difficulté à savoir comment mettre fin à ce cycle malsain.

VOIR AUSSI: Tous les blogues du HuffPost sur la Charte des valeurs

Une chose est certaine, le gouvernement Charest n'a pas contribué à y mettre fin lors des affrontements étudiants en 2012. Son mépris à l'endroit des étudiants n'a fait que polariser les positions et attiser le climat de haine. À bien y penser, il y a pire que la haine : c'est le mépris. Rappelez-vous de ce silence dans les négociations et de cette petite blague gentille et méprisante sur les étudiants qui devaient se trouver une job avec le Plan nord. Ça n'a certes pas contribué à ramener la paix sociale, au contraire.

Je ne crois pas à la pertinence de la Commission Ménard même si je respecte le professionnalisme de son président, monsieur Serge Ménard. Les conclusions qui ressortiront de cette commission seront certainement justes, mais passeront à côté de l'essentiel. Et même si elles étaient importantes et vraies, elles ne seront pas prises au sérieux par la population. Pourtant celle-ci aurait bien intérêt à comprendre qu'elle s'est fait prendre pour un pantin au printemps 2012. Ceux qui ont détesté avec vigueur les Gabriel Nadeau Dubois, Martine Desjardins, Richard Martineau et Line Beauchamp, ont été les acteurs non payés d'une belle pièce de théâtre orchestrée par le gouvernement Charest.

Est-ce qu'aujourd'hui ceux qui détestent avec vigueur la Charte en traitant le gouvernement de raciste et ceux qui haïssent le voile et les religions à mourir sont aussi les acteurs involontaires d'une autre pièce de théâtre ? J'en doute, mais on peut quand même se poser la question. À défaut de pouvoir moi-même mettre fin à la haine environnante et ses effets pervers, je vais faire bien attention à mes propres sentiments de haine et travailler à les diminuer. Je crois que c'est le geste citoyen responsable à faire dans de telles circonstances. Mais c'est clair que si j'en prends un (plus petit que moi) qui tient des propos haineux, je le secoue jusqu'à ce qu'il retrouve ses esprits...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La charte des valeurs vue par Twitter

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.