Simon Leduc

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Simon Leduc
 

Le gouvernement Marois est-il majoritaire?

Publication: 16/11/2012 10:23

Depuis son élection, le gouvernement du Parti québécois se comporte comme s'il était majoritaire. Seulement quelques jours après les élections du 4 septembre, les ministres du gouvernement ont pris des décisions unilatérales sans consulter personne: la fermeture de Gentilly 2, l'annulation de la hausse des frais de scolarité par décret, la mise au rancart de l'exploitation du gaz de schiste et une hausse d'impôts pour les riches. Le Parti québécois a continué sur sa lancée en prenant des décisions qui sentent le dogmatisme à plein nez. Il faut croire que les troupes de Pauline Marois n'ont pas compris qu'elles n'ont reçu que 31.7% du vote populaire.

Le gel des frais de scolarité et accorder le droit de grève aux associations étudiantes:

Le gouvernement Marois va organiser un sommet sur l'Éducation afin de discuter du sous financement des établissements postsecondaires et de la question des frais de scolarité. Force est de constater que cela sera un véritable show de boucane, car les dés sont déjà pipés. En effet, le ministre de l'Enseignement supérieur a déjà annoncé que le gel des frais de scolarité va être maintenu en 2014. De plus, le gouvernement a remis en question le sous financement des universités. Il faut conclure que le gouvernement a déjà pris les décisions. Ce pseudo sommet sera un véritable cirque ou le PQ, les syndicats et les associations étudiantes vont rire en pleine face des contribuables québécois. Sortez vos portefeuilles mes amis et continuez de payer 85% du financement universitaire. Nos établissements universitaires vont continuer leur déclin sous le regard indifférent de la première ministre.

Ce n'est pas tout, le ministre des carrés rouges est ouvert à l'idée d'accorder le droit de grève aux associations étudiantes. Je n'en crois pas mes oreilles. Le ministre de l'Enseignement supérieur veut accorder le pouvoir à la minorité étudiante de bloquer l'accès aux salles de cours et cela en toute légalité. Ce gouvernement liberticide veut brimer et violer les libertés individuelles des jeunes qui vont vouloir étudier lors d'un éventuel boycott comme cela a été le cas le printemps dernier. Il faudrait faire comprendre au ministre dogmatique que c'est seulement les travailleurs qui ont le droit de grève. Les étudiants ne sont pas des travailleurs mais des clients qui payent pour un service. Ce gouvernement veut seulement faire plaisir aux jeunes radicaux au détriment de la majorité qui ne veut rien savoir des dérives idéologiques de leurs leaders étudiants.

La politisation du BAPE :

Il sera question brièvement de la politisation du BAPE par le gouvernement. Le ministre de l'Environnement a congédié les dirigeants de cet organisme neutre sans aucune raison apparente. Daniel Breton les a remplacé par deux de ses amis verdoyants: Louis-Gilles Francoeur (le journaliste écologiste du Devoir) et de Pierre Baril (le directeur général du centre de recherche Ouranos sur les changements climatiques). M. Breton est un militant environnementaliste radical qui s'oppose à tout développement des ressources naturelles. Sous le règne péquiste, le BAPE va devenir un organisme de propagande verdoyante. On peut être sûr que le développement économique va être totalement paralysé tant et aussi longtemps que ce gouvernement sera au pouvoir.

Le 4 septembre dernier, les Québécois ont accordé un mandat minoritaire au Parti québécois de Pauline Marois. Ceux-ci voulaient que le nouveau gouvernement travaille avec l'opposition majoritaire afin de faire fonctionner la maison de la démocratie québécoise. Pauline Marois aurait dû tendre la main à la CAQ et au PLQ afin de faire avancer l'économie du Québec dans un monde qui est dominé par l'incertitude économique. Le gouvernement Marois a décidé d'aller dans une autre direction : l'arrogance politique. Depuis son élection, les troupes péquistes agissent comme s'ils formaient un gouvernement majoritaire. Mme Marois a pris des décisions unilatérales sans consulter l'opposition qui est pourtant majoritaire à l'Assemblée nationale. Les politiques désastreuses de ce gouvernement ont plongé le Québec dans une incertitude qu'il n'avait vraiment pas besoin. Notre province doit se démarquer sur le plan économique afin de prévenir les coups des crises européenne et américaine. Celle-ci devrait encourager l'entrepreneuriat afin de favoriser la création de richesse et non pas de l'égorger avec de nouvelles hausses d'impôts. Le gouvernement a mis en place des mesures économiques socialistes (la majorité s'oppose à cela) qui seront néfastes pour le Québec. Le gouvernement minoritaire de Pauline Marois n'a pas respecté le résultat électoral et il doit être renversé. Le premier budget Marceau va être déposé le 20 novembre prochain. Pour le bien du Québec, la CAQ et le PLQ doivent renverser le gouvernement du PQ lors du vote de confiance sur le budget. Le lieutenant gouverneur pourrait demander aux libéraux et aux caquistes de former un gouvernement de coalition. La majorité des Québécois ont voté pour ces deux formations politiques et celles-ci doivent prendre leur responsabilité et mettre fin au règne du gouvernement sortant. Est-ce que la CAQ et le PLQ auront le courage de faire cela, c'est à suivre...

 
Suivre Le HuffPost Québec