LES BLOGUES

La LNH a 100 ans

L’histoire de la LNH, au fil des décennies, a été faite de grandes équipes et de grandes rivalités, de drames et de déceptions.

25/11/2017 08:00 EST
Transcendental Graphics via Getty Images
Maurice Richard et Jean Béliveau célèbrent la victoire de la coupe Stanley contre les Bruins de Boston, le 20 avril 1958.

Le dimanche 26 novembre, la Ligue nationale de hockey (LNH) fête ses 100 ans. L'occasion est belle de revenir sur son évolution et ses transformations au fil des décennies.

Créée à Montréal en 1917 à la suite de la dissolution de l'Association nationale de hockey qui existait depuis 1909, la LNH connaît des débuts modestes alors que seulement trois équipes terminent la première saison. La ligue n'était composée que d'équipes canadiennes à ses débuts, et il a fallu attendre 1924 avant l'arrivée d'une première équipe des États-Unis, les Bruins.

Jusqu'en 1926, l'équipe championne de la LNH ne gagnait pas nécessairement la Coupe Stanley; il fallait aussi battre les champions de l'ouest du continent. C'est ainsi que, pour remporter en 1924 la deuxième Coupe Stanley de son histoire, le Canadien, champion de la LNH, a aussi dû vaincre les Maroons de Vancouver et les Tigers de Calgary.

À la fin des années 1920, la ligue comptait 10 équipes, dont deux à Montréal et deux à New York.

L'éventuelle dissolution des principales ligues professionnelles dans l'Ouest allait mener à la fondation, en 1926, des Rangers, des Blackhawks et des Cougars (devenus depuis les Red Wings). À la fin des années 1920, la ligue comptait 10 équipes, dont deux à Montréal et deux à New York.

De la saison 1942-1943 à la saison 1966-1967, la LNH ne compte plus que six équipes. Les Maple Leafs remportent la Coupe cinq fois de 1945 à 1951, les Wings finissent premiers de 1949 à 1955 et le Canadien participe à la finale chaque année de 1951 à 1960. En fait, durant le deuxième quart de ce premier siècle d'existence, Detroit, Toronto et Montréal mettent la main sur 24 des 25 Coupes Stanley.

En 1967, la LNH passe de 6 à 12 équipes. En plus de Pittsburgh, St. Louis et Philadelphie, qui avaient toutes trois accueilli brièvement une équipe de la LNH quelques décennies plus tôt, Minnesota et deux équipes de la Californie entrent en scène. Le Canadien domine les années 1970 en remportant six fois la Coupe Stanley. Au terme de cette décennie, la LNH compte 21 équipes, dont les Nordiques de Québec qui, comme trois autres équipes, proviennent de l'Association mondiale de hockey. Une nouvelle période d'expansion de 1991 à 2000 porte à 30 le nombre d'équipes dans la LNH, qui en compte maintenant 31 avec l'arrivée cet automne de Las Vegas.

Durant ce premier siècle de la LNH, deux équipes ont quitté Montréal, les Wanderers en 1917, après avoir disputé 6 matchs, et les Maroons, actifs de 1924 à 1938. Deux équipes ont aussi quitté Québec. Après leur seule saison, en 1920, les Bulldogs partent pour Hamilton, et les Nordiques partent en 1995 pour Denver. Atlanta a aussi perdu deux équipes, les Flames qui sont partis pour Calgary en 1980 et les Thrashers pour Winnipeg en 2011.

Sur le plan individuel, le record de 97 points en une saison établi par Stan Mikita en 1967 passe à 126 (1969) puis à 152 (1971) en raison des prouesses de Phil Esposito. Wayne Gretzky se chargera d'élever cette marque à 164 (1981), 212 (1982) et 215 points (1986). En 1982, Gretzky établira même un record de 92 buts en une saison. Ces exploits n'ont cependant pas empêché Esposito et Gretzky d'être échangés plus d'une fois au cours de leur carrière dans la LNH.

Les formidables équipes du Canadien des années 1950, 1960 et 1970 ont permis à Henri Richard de remporter 11 fois la Coupe Stanley, à Jean Béliveau et Yvan Cournoyer de la remporter 10 fois, et à Claude Provost de la remporter 9 fois. L'histoire de la LNH, au fil des décennies, a été faite de grandes équipes et de grandes rivalités, de drames et de déceptions, et surtout de l'expression du talent de Maurice Richard et Doug Harvey, de Bobby Hull et Gordie Howe, de Bobby Orr et Guy Lafleur, de Mike Bossy et Peter Stastny, de Mario Lemieux et Patrick Roy, et de Sidney Crosby et Alex Ovechkin.