LES BLOGUES

Berlin, bientôt capitale européenne de l’innovation?

Selon la moyenne, une startup est créée chaque 20 minutes à Berlin.

21/07/2017 09:00 EDT
golero via Getty Images
Le nombre d'investisseurs étrangers venant s'installer à Berlin est proportionnellement le plus élevé en Europe.

De retour d'un voyage académique en Allemagne de 3 semaines, j'ai pu constater avec grande ampleur, la spécificité du pays en matière de démarrage d'entreprises et d'innovation.

Durant les dernières décennies, Londres fut incontestablement la capitale économique européenne, par le biais d'importantes banques et multinationales se trouvant sur son territoire. Ceci étant dit, Berlin a depuis quelques années, pris un virage différent, celui de l'investissement en création d'entreprises et en recherche-développement dans le secteur industriel. Le nombre d'investisseurs étrangers venant s'installer à Berlin est proportionnellement le plus élevé en Europe. Par ce fait même, les entreprises étrangères spécialisées en haute technologie, ne se contentent plus d'ouvrir que des bureaux, mais cherchent en plus, à recruter de jeunes talents de la région, capables d'amener l'innovation à un autre niveau.

Contrairement à Munich où les grandes multinationales locales sont établies (BMW, Allianz, Puma, Adidas...), Berlin a cette spécificité d'être une ville comptant un nombre élevé de startups et de petites entreprises débutantes. Ceci s'explique en grande partie par la présence d'une population relativement jeune et dynamique (40% de la population a moins de 35 ans). Selon l'agence régionale de développement économique (Investitionsbank Berlin), il existerait 2500 startups en technologies dans la ville. De plus, il y aurait 70% plus d'emplois digitaux, qu'il y en avait en 2008. Un autre fait à mentionner est le prix assez abordable du marché immobilier, contrairement à la capitale bavaroise où le manque d'espace a fini par avoir raison sur le prix des loyers (statistique). Une des spécificités de la ville est la possibilité d'y vivre sans nécessairement connaître l'allemand, puisque l'anglais est parlé à travers la région et plus précisément dans les entreprises.

Selon la moyenne, une startup est créée chaque 20 minutes à Berlin.

Selon la moyenne, une startup est créée chaque 20 minutes à Berlin. Cette tendance traduite de façon concrète, l'esprit entrepreneurial qui règne dans la ville. Paradoxalement, on compte toutefois un taux de chômage plus élevé que la moyenne nationale (8% dans la capitale en 2017, contre 5,6 % dans le reste du pays). Étrangement, cette statistique ne semble pas freiner les jeunes entrepreneurs, ayant même comme effet de les attirer davantage puisque la location d'espaces de travail y est très abordable (environ 1000 euros par mois pour 100 mètres carrés). Cette tendance est par le fait même grandement exploitée par les grandes entreprises telles que Google, qui ont décidé d'ouvrir des bureaux servant d'incubateurs dans la capitale, favorisant par conséquent l'émergence d'entreprises.

Les espaces de travail sont souvent aménagés selon le modèle de la Silicon Valley, appelé coworking space, où les travailleurs opérant dans différentes startups travaillent dans un environnement de rapprochement, optimisant le contact et la sociabilité (ceci inclus divans, salle de repos, salle de jeux, cuisine, etc.) Ce mode de travail très californien permet également l'échange d'idées et de compétences entre les entreprises. Cette nouvelle façon de faire attire de plus en plus les jeunes étrangers. Selon Martin Hellwagner, programmeur autrichien travaillant pour Uberchord (application mobile berlinoise de leçon de guitare), ce paradigme brisant la routine du 9 à 5, permet à l'employé de s'impliquer davantage, de se sentir important, puisque la proximité et l'environnement font en sorte que «l'opinion personnelle compte», lui qui travaille par ailleurs 60 heures semaines.

Néanmoins, une particularité ambivalente de la façon de faire allemande en entrepreneuriat est la réticence face au risque encouru. Les Allemands n'aiment pas composer avec le risque et tenteront à tout prix de le minimiser en affaire. Contrairement au Nord-Américain où les résultats à court terme sont privilégiés, les Européens ont une vision d'affaire basée sur de potentiels bénéfices à long terme. Ceci explique entre autres leur aversion face au doute lors de décisions impliquant d'importants fonds d'investissement.

En somme, Berlin est bien placé pour devenir la «Silicon Valley» de l'Europe, poste longtemps occupé (jusqu'à présent) par Londres. Sa jeune population ainsi que ces nombreuses petites entreprises en croissance lui permettent d'avoir une réputation internationale parmi les villes les plus attrayantes et prospères pour le futur. Quoi qu'il en soit, l'avenir de la capitale allemande semble plus que prometteur et nul ne sait jusqu'où cela ira.

LIRE AUSSI
»
Trois chefs lancent une usine de transformation nouveau genre
» Google ressuscite ses lunettes connectées, pour les entreprises
» Ottawa veut interdire l'évitement fiscal dont profitent plusieurs entreprises