Senator Mobina Jaffer

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Senator Mobina Jaffer
 

Les similarités entre cyberintimidation et intimidation en personne

Publication: 31/07/2013 23:44

En novembre 2011, le Comité sénatorial permanent des droits de la personne a mené une étude sur la cyberintimidation. Conclue en décembre 2012, l'enquête en question a conduit à la publication d'un rapport intitulé La cyberintimidation, ça blesse! Respect des droits à l'ère numérique. Comme indiqué dans le rapport, la cyberintimidation n'est pas un phénomène totalement différent de l'intimidation traditionnelle. Dans les deux cas, il s'agit d'une violation des droits des enfants, notamment le droit de vivre dans un environnement sécuritaire et sans violence. De plus, la cyberintimidation est l'expression d'un même désir qui se manifeste par voie électronique, plutôt qu'en personne. Voici ce qu'a soutenu à ce sujet Tina Daniels, professeure au département de psychologie de l'Université Carleton:

«[...] à de nombreux égards, la cyberintimidation n'est pas très différente de l'intimidation ordinaire. Les causes fondamentales des comportements en question ne sont pas vraiment différentes. La cyberintimidation répond aux mêmes besoins, fait naître les mêmes émotions et est motivée par le même désir de pouvoir, de prestige et d'emprise que les autres formes de comportement d'intimidation»


Bon nombre de témoins entendus devant le comité ont soutenu que la cyberintimidation est souvent précédée par de l'intimidation à l'école. Selon les informations présentées par Wendy Craig, professeure au département de psychologie de l'Université Queen's, spécialiste reconnue en matière d'intimidation, seulement 1% des intimidateurs «font exclusivement de la cyberintimidation. L'autre portion de 99% est impliquée dans les deux types d'intimidation».

À la lumière des témoignages recueillis pendant l'étude, l'intimidation et la cyberintimidation sont l'expression de comportements agressifs qui ont généralement pour objet une affirmation de pouvoir. La répétition du comportement préjudiciable et l'appui des pairs permettent à l'auteur d'établir sa domination sur sa victime. Dans le même sens, nos témoignages suggèrent que le rôle des pairs est très important en matière d'intimidation traditionnelle et de cyberintimidation. Selon les recherches dirigées par Wendy Craig et Debra Pepler, coprésidentes et chercheuses scientifiques de PREVNet (réseau pour la promotion des relations saines et l'élimination de la violence) 85% des cas d'intimidation se produisent en présence de témoin. Wendy Craig ajoute que «[...] plus il y a de pairs qui assistent à la scène, plus l'épisode d'intimidation est violent et long. Sans le savoir, les pairs encouragent l'intimidation».

D'un autre côté, les témoignages suggèrent par ailleurs que l'intervention des pairs peut s'avérer très efficace pour mettre un terme à l'intimidation. Debra Pepler, spécialiste des questions relatives aux enfants à risque et aux comportements agressifs entre pairs et professeure de psychologie à l'Université York, a fait remarquer que des analyses d'enregistrements vidéo montrent que l'intimidation cesse dans un délai de 10 secondes dans près de 60% des cas lorsque des pairs interviennent. Les pairs font donc partie du problème et doivent faire partie de la solution.

Étant donné que l'intimidation et la cyberintimidation sont des comportements qui s'inscrivent «dans une dynamique de groupe qui en est le moteur» (Debra Pepler, 12 décembre 2011), les interventions doivent cibler le groupe plutôt qu'un jeune en particulier. L'intervention auprès du groupe est également justifiée par le fait que les recherches indiquent clairement que les «spectateurs» peuvent subir des impacts négatifs importants résultant des incidents de cyberintimidation.

Malgré des similarités évidentes entre les deux phénomènes, la recherche tend de plus en plus à démontrer qu'il existe également des différences importantes qui distinguent l'intimidation traditionnelle de la cyberintimidation. Cette question sera le sujet d'un blogue à venir.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Préparez-vous un bon petit plat

    Vous méritez de déjeuner avec autre chose qu'un plat préparé aux ingrédients obscurs qu'il ne vous reste plus qu'à mettre au micro-onde.

  • Bougez

    Faîtes vos lacets, lancez-vous dans quelques étirements et allez-y ! Quelle que soit l'activité que vous choisissez, laissez votre téléphone à la maison, ceci est un moment pour vous concentrer sur vous-même et non sur la twittosphère.

  • Rangez

    Faire le tri et le ménage dans une des pièces de votre habitation vous permet aussi de vous sentir plus organisé(e) intérieurement.

  • Faîtes une sieste

    Un des meilleurs moyens de faire une pause et de se réveiller frais, prêt à s'attaquer à tous ces vilains problèmes qui semblaient insurmontables avant la sieste.

  • Perdez-vous

    Si Google Maps vous a tiré(e) du pétrin plus d'une fois, il a aussi considérablement réduit votre tendance à vous promener au hasard des rues de votre ville. Laissez-vous porter et qui sait ce que vous pourriez découvrir.

  • Appréciez votre premier café (ou thé)

    Pour beaucoup d'entre nous le premier thé ou café est avalé en vitesse entre le réveil et le départ au travail. Levez-vous 10 minutes plus tôt et installez-vous tranquillement pour savourez la boisson qui vous sert à bien commencer la journée.

  • Asseyez-vous comme ça

    Pas le temps de déconnecter ? Allons, vous avez bien 5 min pour vous assoir. Mettez-vous dos au sol et jambes contre le mur et ressentez tout le stress de la journée vous quitter en seulement 5 minutes.

  • Essayez-vous aux arts créatifs

    Vous vous rappelez à quel point vous aimiez aller aux cours d'arts plastique au collège ? Revivez cette expérience en vous inscrivant à des cours d'arts.

  • Lisez un livre

    On ne le répétera jamais assez. Et préférez un bon livre en papier dont on puisse tourner les pages.

  • Faîtes une excursion dans vos souvenirs

    Faîtes un tour chez vos parents et plongez-vous dans vos anciens cahiers.

  • Essayez une recette de famille

    En plus de vous assurer un bon dîner, vous lancer dans la confection d'un plat de famille vous rappellera de très bon souvenirs.

  • Prenez un bain

    Allumez une bougie et faîtes bien mousser votre bain. Cela fait un bien fou une fois de temps en temps.

  • Allez faire un tour au parc

    Direction un espace vert. Avec un peu de chance vous pourrez même nourrir les canards à l'aide de morceaux de pain sec. Plus reposant que de nourrir votre compte Instagram.

  • Laissez écrire votre conscience

    Prenez un papier et un stylo et laissez votre esprit divaguer. Laissez-vous aller à écrire tout ce qui vous passe par la tête.

  • Observez votre environnement

    Choisissez un endroit vivant et observez-le. Vous remarquerez tout ce qui se trame, toutes les activités curieuses auxquelles les gens se livrent.

  • Organisez une soirée sans téléphone

    Appelez vos amis et invitez-les à venir passer un bon moment chez vous. La règle de base ? Chacun amène quelque chose à manger mais laisse son portable à la maison.

  • Faîtes du bénévolat

    Passez un peu de temps à faire quelque chose pour quelqu'un d'autre. Vous vous sentirez mieux et découvrirez peut-être un nouveau hobby.

  • Envoyez un petit mot de gratitude à l'un de vos proches

    ... sans que ce soit son anniversaire ! Listez seulement les raisons pour lesquelles vous êtes heureux(se) d'avoir cette personne dans votre entourage et faîtes-lui savoir.

  • Jouez à un jeu de société

    Maintenant que le Monopoly a un nouveau pion, ne venez pas dire que vous connaissez le jeu par cœur. C'est l'occasion où jamais de se replonger dedans !

 

Suivre Senator Mobina Jaffer sur Twitter: www.twitter.com/senjaffer

Suivre Le HuffPost Québec