LES BLOGUES

Veuillez considérer, M. Harper, l'opinion des Canadiens qui ne partagent pas votre idéologie

02/08/2014 10:47 EDT | Actualisé 02/10/2014 05:12 EDT

Monsieur Stephen Harper,

Le Canada sous votre administration change de cap dans sa politique extérieure. D'un pays dont la réputation et la tradition de la promotion de la paix dans le monde sont connues, reconnues et appréciées sur toute la planète, il fait volte-face à tout son héritage et se lance comme partie prenante derrière des États comme Israël, dans les conflits du Proche-Orient. D'une politique de neutralité positive agissant dans le cadre des résolutions de l'ONU dans le règlement pacifique des conflits dans le monde et participant activement dans toutes les missions de maintien de la paix, il devient un pays engagé politiquement dans les différends internationaux et adoptant des positions tranchées et sans nuances relativement à des situations complexes et équivoques dans le monde.

Je lis sur le site de notre ministère des Affaires étrangères que « le Canada reconnaît le droit des Palestiniens à s'autodéterminer et appuie la création d'un État palestinien souverain, indépendant, viable, démocratique et doté d'un territoire d'un seul tenant, dans le cadre d'un règlement de paix globale, juste et durable. » Et on peut lire aussi sur le même site : « Le Canada a joué un rôle de premier plan dans la quête d'une solution viable et globale de la question des réfugiés palestiniens, notamment en continuant d'appeler l'attention internationale sur la situation de plus de quatre millions de réfugiés palestiniens. » Et sur la question de l'occupation et des colonies, il est écrit que « le Canada ne reconnaît pas le contrôle permanent exercé par Israël sur les territoires occupés en 1967 (le plateau du Golan, la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza). La Quatrième Convention de Genève s'applique dans les territoires occupés et définit les obligations d'Israël en tant que puissance occupante, en particulier en ce qui concerne le traitement humanitaire des habitants des territoires occupés. Comme le mentionnent les résolutions 446 et 465 du Conseil de sécurité de l'ONU, les colonies de peuplement israéliennes dans les territoires occupés sont contraires à la quatrième Convention de Genève. Elles constituent en outre un obstacle sérieux à l'instauration d'une paix globale, juste et durable. »

Donc, si je me fie à ces positions politiques, je peux dire que : l'occupation des territoires palestiniens est illégale, les colonies israéliennes sont illégales, le mur érigé sur les terres palestiniennes est illégal, le blocus de la bande de Gaza est illégal. En conséquence, Israël est dans l'illégalité totale selon notre ministère des affaires étrangères. Et alors, pourquoi dites-vous Monsieur le premier ministre dans votre déclaration du 13 juillet 2014, que «L'appui du Canada envers Israël est équivoque. Nous appuyons son droit de se défendre, par lui-même, contre ces attaques terroristes, et nous exhortons le Hamas à cesser immédiatement ses attaques aveugles à l'endroit d'innocents civils israéliens» ? Là, je ne comprends plus rien ! Ou, est-ce une erreur de votre part ? Ce sont les civils palestiniens qui sont massacrés, Monsieur le premier ministre, il suffit de regarder n'importe quelle chaîne de télévision et vous comprendrez par vous-même. Ou lisez le rapport des services de l'ONU, ceux qui s'occupent de la protection des réfugiés palestiniens depuis 1950, ils indiquent au moment où je vous écris qu'il y a eu plus de 1000 morts et plus de 5000 blessés majoritairement civils (enfants, femmes, vieillards).

Je trouve, Monsieur le premier ministre, que, par votre déclaration, vous détournez et vous prenez en otage la voix de millions de Canadiens qui ne partagent pas votre opinion et l'opinion de votre parti. Vous venez de commettre en mon nom et au nom de tous les Canadiens un acte grave aux conséquences dramatiques. En justifiant et en appuyant les attaques d'Israël, vous approuvez la violence avec laquelle l'aviation et les chars de l'État hébreu détruisent écoles, hôpitaux et maisons de citoyens civils ordinaires semant la mort parmi une population de réfugiés vivant sous un blocus terrestre, maritime et aérien depuis des années.

Monsieur le premier ministre, je ne me reconnais pas dans votre déclaration comme des millions d'autres Canadiens, parce que je ne peux pas approuver ni justifier l'assassinat de pauvres enfants jouant sur une plage à Gaza. Je suis un être humain et je ne pense pas que sur cette terre existe un seul homme digne de ce nom qui encouragerait la tuerie d'enfants. Pensez à vos enfants Monsieur Harper, et imaginez-les jouant sur une plage et qu'un bâtiment de guerre vient les bombarder. Enfin, je me demande sérieusement si vous avez le droit, moralement, de parler au nom de tous les Canadiens lorsqu'on sait que vous êtes élu par 5.8 millions sur plus de 23 millions d'électeurs canadiens et sur les 14.7 millions de votants, 9 millions ont voté contre votre parti.

Veuillez considérer, Monsieur le premier ministre, l'opinion des Canadiens qui ne partagent pas votre idéologie et prenez une position courageuse en faveur de la paix. Appelez à la cessation immédiate de ce massacre et faites des pressions sur votre homologue et allié israélien pour qu'il mette fin à l'occupation qui est à l'origine de ce désastre humain.

En guise de formule de salutations, je vous laisse sur les mots d'un père à son fils avant qu'ils ne disparaissent.

Chefs de tous bords,

au nom de votre divine origine et au nom de votre amour pour votre progéniture

et au nom de votre grandeur passée et celle à venir ne tirez pas l'espoir,

ses dents sont encore de lait et sa chair, de soie.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Gaza vue par des caricaturistes arabes

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?