LES BLOGUES

Crions tous au voleur en chœur!

11/08/2014 11:55 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

Des membres de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec, avec leur président Denis Côté en tête, nous ont réservé un triste spectacle la semaine dernière. Un spectacle digne de l'époque des « goons » ayant marqué l'histoire du syndicalisme au Québec. Voulant passer un message à la mairesse Suzanne Roy de Sainte-Julie, qui est également la nouvelle présidente de l'Union des municipalités du Québec, ils ont débarqué en nombre à Sainte-Julie pour scander « Au voleur! » et commettre du vandalisme en placardant l'hôtel de ville d'autocollants propagandistes.

On a un sérieux problème quand ceux qui sont investis de l'autorité de faire régner l'ordre se comportent de manière aussi disgracieuse que les nombreux carrés rouges qu'ils ont arrêté il y a deux ans à peine. Et qui de mieux placé qu'un policier pour comprendre qu'il vaut mieux ne pas dégainer trop rapidement et brûler toutes ses cartouches alors qu'on est encore à quelques semaines de la commission parlementaire prévue sur le projet de loi 3. Or, c'est exactement ce qu'ils sont en train de faire quant à moi. Déjà que le public payeur n'était pas très sympathique à leur cause...

Comme le relate l'enseignant en histoire Marc Simard, dans son texte d'opinion intitulé Rien volé?», pour le travailleur québécois moyen, c'est scandaleux qu'un pompier de Montréal ait droit à la retraite après 25 ans de service sans aucune pénalité actuarielle, jouisse de prestations de retraite garanties et pleinement indexées au coût de la vie et ait contribué une cotisation limitée à 6 % de son salaire pour une rente valant 970 000 $ (départ à la retraite à 50 ans, après 30 ans de service). La grande majorité des futurs retraités est très, très loin de ce compte.

Bien entendu, des abus, il y en a eu de part et d'autre de la clôture. Les contribuables font aujourd'hui les frais des décisions de plusieurs élus municipaux peureux, incompétents et/ou insouciants qui ont préféré négocier la « paix syndicale » à tout prix dans le passé, choisissant du même coup de faire fi des conséquences de leurs décisions peu courageuses sur leur municipalité à long terme, voire à moyen terme. Par ailleurs, il fut une époque - comme nous le rappelle Ovila Hétu dans son texte Négocié [sic!], vos régimes de retraite? - où la machine syndicale faisait régner un climat de terreur et n'hésitait pas à prendre la population en otage pour obtenir ce qu'elle voulait de l'État. Le gâchis devant lequel nous nous trouvons aujourd'hui est le fruit de l'irresponsabilité qui est celle à la fois des élus municipaux et des représentants syndicaux.

Il demeure néanmoins que ce qui dépasse l'entendement dans l'attitude des actuels employés et retraités municipaux est l'impression qu'ils donnent d'être prêts à sacrifier les générations futures de leurs semblables au nom de leurs sacro-saints acquis. En effet, leurs enfants, petits-enfants, gendres et brus pourraient un jour œuvrer à leur tour comme policiers, pompiers, cols bleus ou cols blancs. Déjà qu'ils ne jouiront jamais des conditions enviables de leurs aînés, on persiste à vouloir leur refiler la facture salée des dernières décennies de paix syndicale achetée à grands frais.

Mais le problème reste entier, et les bénéficiaires de ces (trop) généreux régimes de retraite devront faire leur part. La solution passe par un partage 50/50 entre les employeurs et les employés de la capitalisation future des régimes et une contribution des actuels employés et retraités municipaux aux efforts requis pour remettre les régimes déficitaires sur les rails et en assurer la pérennité. Le statu quo est intenable, et le projet de loi 3 vise à y mettre fin et à jeter les bases d'un nouveau partage du fardeau des caisses de retraite publiques alors que la population vieillit et l'espérance de vie est beaucoup plus longue qu'elle l'était lorsque ces caisses ont été créées.

Pendant que le torchon brûle, le premier ministre Philippe Couillard continue à jouer à l'homme invisible, tandis qu'Yves Bolduc persiste et signe qu'il n'a rien à se reprocher dans la saga des primes. Toutefois, du même souffle, il avoue avoir su « d'emblée qu'il devait rembourser une partie de ses primes en raison de l'abandon de sa pratique. » Franchement honteux et tout pour attiser le feu qui couve à l'approche d'un automne qui s'annonce déjà chaud. Je persiste et signe à mon tour : Yves Bolduc n'est plus digne de son portefeuille ministériel et doit quitter le conseil des ministres avant que les négociations avec les employés de l'État ne débutent d'ici quelques semaines.

Les employés et retraités municipaux sont loin d'être les seuls au Québec à pouvoir prétendre qu'ils se font voler. Au Québec, la quasi-totalité des contribuables se fait voler d'une façon ou d'une autre depuis des années. Malheureusement, je ne peux être sympathique à des travailleurs qui se comportent comme des fier-à-bras et/ou se déguisent en clowns. Je vais au cirque quand j'ai envie de voir des clowns et, au cirque, les clowns ne sont pas armés.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les régimes de retraite en bref

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?