LES BLOGUES

Le même remède pour tous!

08/09/2014 10:51 EDT | Actualisé 08/11/2014 05:12 EST

D'entrée de jeu, je suis favorable au principe sur lequel repose le projet de loi 3 des libéraux. Ce projet de loi sera-t-il adopté dans sa forme actuelle ou dans une forme modifiée? Devant la grogne qu'il suscite dans les rangs municipaux, certaines modifications sont à prévoir, comme le laissait d'ailleurs lui-même entendre le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, au terme de la commission parlementaire tenue sur le sujet en août dernier.

Mais le fait demeure : la situation des déficits actuariels de plus d'un régime de retraite municipal est intenable et ce n'est pas juste aux contribuables non bénéficiaires de ces régimes de payer la note. C'est sûr que lorsqu'on apprend que le maire de Montréal, Denis Coderre, reçoit une pension fédérale de près de 89 000 $ par année, très largement payée par les contribuables, ça enlève pas mal de crédibilité à ce porteur du message et ce n'est rien pour atténuer le mécontentement des syndiqués municipaux. Mais les régimes déficitaires ne seront pas capitalisés du jour au lendemain comme par magie pour autant...

Par ailleurs, le problème est loin de se limiter au secteur municipal. En effet, Cogeco Nouvelles nous apprenait la semaine dernière que plusieurs régimes de retraite provinciaux sont tout aussi mal en point, en commençant par ceux des députés de l'Assemblée nationale. Il est question d'un déficit totalisant 197 M$, soit 371 000 $ par participant à ces régimes (un total de 532 députés actifs ou retraités). Il faut savoir que nos députés provinciaux se sont voté deux régimes de retraite: un principal, auquel ils ne cotisent que 21 % et un complémentaire auquel ils ne cotisent pas un sou (autrement dit, il est financé à 100 % par les contribuables). Jusqu'à maintenant, les libéraux ne se montrent pas prêts à modifier quoi que ce soit les concernant et se réfugient derrière le Bureau de l'Assemblée nationale, un comité qui siège à huis clos.

Mais la situation est encore pire pour d'autres régimes dont Québec est responsable. Par exemple, «chacun des 630 juges actifs ou retraités de la Cour du Québec ou de cours municipales endosse un déficit individuel de 854 000 $, puisque leur régime de retraite est déficitaire de 538 M$», toujours selon Cogeco Nouvelles. Du côté de la SQ, c'est tout aussi catastrophique : «Les 10 751 membres actifs ou retraités du Régime de retraite des membres de la Sûreté du Québec traînent chacun un déficit individuel de 342 000 $. Leur régime de retraite est en déficit de 3,7 G$.»

Il en résulte aujourd'hui que les obligations non capitalisées du gouvernement du Québec à l'endroit de ses retraités [actuels et futurs] totalisent quelque 76,7 G$, ce qui représente grosso modo le tiers de la dette de la province. Ça n'a aucun bon sens, et ces chiffres témoignent de l'incapacité chronique de nos gouvernements passés - rouges et bleus confondus - de gérer les deniers publics dans une optique de pérennité. En effet, pendant des décennies, nos élus se sont plutôt contentés d'administrer dans l'esprit d'acheter la paix sociale et syndicale. Mais là, le glas a sonné et l'heure est arrivée de passer à la caisse pour réparer ce gâchis - avant qu'il ne soit trop tard.

Vendredi dernier, Philippe Couillard a sonné l'alarme et qualifié de lamentable la situation actuelle des finances publiques. Selon lui, le gouvernement «dépense plus qu'il ne gagne». J'aimerais rappeler à M. Couillard que le rôle d'un gouvernement n'est pas de «gagner» de l'argent... Et le premier ministre d'ajouter: «Le changement n'est jamais agréable. C'est toujours difficile, surtout quand on est touché par les réorganisations, mais tout le monde doit mettre l'épaule à la roue.» Entièrement d'accord avec vous, M. Couillard, mais montrez l'exemple en commençant par faire le ménage dans votre propre chaumière! Sinon, comment pouvez-vous prétendre avoir la crédibilité et l'autorité morale nécessaires pour imposer le projet de loi 3 cet automne? L'esprit de ce projet de loi doit être étendu à vos propres régimes de retraite et à tous les autres régimes provinciaux qui sont dans un état piteux, souvent pire même que celui des régimes municipaux que vous dénoncez!

La société québécoise est devant un mur, et ce mur ne disparaîtra pas par magie. Le chroniqueur Alain Dubuc de La Presse soutient que le grand test qui attend Philippe Couillard sera de surmonter le mur de résistance qui s'érige contre ses politiques d'austérité. Si Philippe Couillard échoue comme ce fut le cas de son prédécesseur (rappelez-vous la grande «réingénierie de l'État» promise par Jean Charest en 2003, mais jamais réalisée), il y a lieu de sérieusement s'inquiéter pour la suite des choses. Bien entendu, le fait que nous nous sommes collectivement fait voler littéralement des centaines de millions de dollars par les acteurs de la corruption et de la collusion au fil des années n'aide en rien. Mais soyons réalistes: nous ne reverrons pas un traître sou de cet argent qui nous a été volé entre autres par ceux qui sont actuellement en attente de leur procès criminel. Nul besoin de nommer des noms, tout le monde sait de qui on parle...

Si rien n'est fait, il est clair que ce seront éventuellement les créanciers qui sonneront la fin de la récréation. Le cas échéant, le remède fera drôlement plus mal et même les plus égoïstes parmi nous - qui ne pensent aucunement aux générations à suivre et veulent à tout prix conserver la totalité de leurs acquis souvent « négociés » sous la menace de perturbation et de violence - risquent fort d'en subir les contrecoups de leur vivant...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les régimes de retraite en bref

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter