LES BLOGUES

Quand on fait l'autruche...

12/06/2014 12:05 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

Quand on fait l'autruche, on ne voit pas la réalité autour de soi, mais la réalité ne devient pas moins implacable pour autant. Le jour où on se sort la tête du sable, BAM! Ça risque de faire encore plus mal...

C'est la situation dans laquelle se trouvent aujourd'hui le Québec (l'État) et les Québécois (les contribuables). À quelques heures du dépôt du budget 2014-2015, mercredi dernier, Carlos Leitao (j'ai appris que ça se prononce « Laytown » en portugais) a qualifié la situation du Québec de « sérieuse ». Le gouvernement Couillard impose donc, dès cette année, un début de régime minceur dans l'espoir de commencer à assainir les finances publiques de la neuvième province la plus pauvre sur dix - avant qu'il ne soit trop tard... Selon la Fédération des chambres de commerce du Québec, la dette nette du Québec atteint maintenant plus de 54 % du PIB, (par rapport à 50 % il y a à peine deux ans), comparativement à environ 44 % en Ontario et à quelque 33 % du PIB pour l'ensemble des provinces canadiennes.

Le Québec est donc plus lourdement endetté que le reste du Canada et continue à s'endetter à un rythme insoutenable. Qu'on soit un particulier, une entreprise ou un État, si on persiste à vivre au-dessus de ses moyens et, ce faisant, à se cacher la tête dans le sable, la réalité finit par prendre le dessus et on frappe un mur. Le Québec semble avoir frappé son mur...

C'était pourtant écrit dans le ciel : le Québec n'a pas les moyens de ses ambitions depuis des années, mais les gouvernements qui se sont succédé ont longtemps préféré jouer le jeu des déficits-surprises. On gouverne trop souvent pour se faire réélire, non pour faire ce qui doit être fait dans l'intérêt supérieur de l'ensemble de la population - que ce soit au municipal, au provincial ou au fédéral. Pourquoi donner un portrait juste et franc aux électeurs quand ce n'est pas ce qu'ils souhaitent voir ou entendre? Aussi bien donc, les berner et leur faire croire que tout va bien.

Les abus et la mauvaise gouvernance du passé nous rattrapent maintenant en 2014. Selon le vérificateur général du Québec, Michel Samson, si rien n'est fait, l'État québécois se dirige vers un déficit de 5,6 G$ pour 2014-2015. Nous sommes loin des 1,75 G$ de Nicolas Marceau ou même des 3,1 G$ avancés récemment par le nouveau ministre libéral des Finances. Et n'oublions pas que la population active est maintenant en décroissance dans la Belle Province : moins de travailleurs, moins de « payeurs de taxes » pour financer la machine...

Comme le titrait jeudi dernier le chroniqueur Francis Vailles de La Presse, devant l'état lamentable des finances publiques, a-t-on vraiment le choix? Malgré toutes les compressions et tous les gels déjà budgétés pour 2014-2015, l'exercice en cours se soldera par un déficit de 2,35 G$ et, pour atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016, il faudrait couper 4 G$ de plus que cette année. Plusieurs se demandent si les chiffres avancés par le gouvernement peuvent tenir la route. Québec veut limiter la hausse des dépenses à 1,8 % cette année et à 0,7 % l'an prochain. Du jamais vu, du moins depuis belle lurette, les dépenses gouvernementales ayant plutôt tendance à croître d'au moins 5 % année après année. Ce n'est pas pour rien que les agences de notation ont l'État québécois à l'œil.

C'est d'ailleurs inquiétant d'apprendre que les agences de notation ont déjà commencé à dicter certaines commandes budgétaires au gouvernement. En effet, selon le chroniqueur Jean Lapierre, si les 1,5 G$ promis en investissements additionnels en infrastructures (15 G$ sur 10 ans) par Philippe Couillard en campagne électorale ne figurent pas au budget déposé la semaine dernière, c'est que les agences auraient menacé Québec d'une décote, considérant notre dette déjà trop élevée. Nous commençons donc à ne plus être entièrement maîtres de nos choix, et Dieu sait que nos infrastructures sont en piètre état. Des choix très douloureux poignent à l'horizon... Pis encore, tout ce qui nous arrive maintenant était prévisible depuis un bon moment.

Le Québec et les Québécois ont trop longtemps fait l'autruche, se faisant croire que l'État providence se portait bien, que la pérennité du modèle québécois de la Révolution tranquille était assurée et que nous pouvions continuer à nous endetter ad vitam aeternam... Bien, la réalité nous rattrape maintenant. L'heure des choix douloureux est arrivée et - qu'on aime le terme ou pas - l'austérité devient notre nouvelle réalité. Si nous ne trouvons pas le courage nécessaire pour faire ce qui doit être fait, ce seront les agences de notation qui nous dicteront leurs choix (c'est déjà commencé), et les conséquences seront d'autant plus douloureuses.

Ce qui doit être fait urgemment maintenant aurait dû être fait il y a dix ans. Mais, en 2003, Jean Charest a préféré garder sa tête dans le sable plutôt que de mettre en branle la « réingénierie de l'État » qu'il avait pourtant promise pour se faire élire. Dix ans plus tard, l'autruche se sort enfin la tête du sable et elle n'aime pas ce qu'elle voit autour d'elle. Mais il ne faudrait surtout pas qu'elle se replonge tête première dans son petit monde où tout va pour le mieux...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les points saillants du 1er budget Leitao

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?