LES BLOGUES

PKP et la déroute péquiste

09/02/2015 11:12 EST | Actualisé 11/04/2015 05:12 EDT

On ne me fouettera jamais pour avoir écrit ce texte. Raif Badawi, lui, a été condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans prison pour avoir blogué.

Pour l'observateur que je suis, il y a quelque chose de fascinant dans cette course à la chefferie du PQ qui a officiellement pris son envol la semaine dernière. Depuis un sondage Léger-Le Devoir mené en novembre dernier, indiquant qu'un Parti québécois dirigé par Pierre Karl Péladeau devancerait les libéraux dans les intentions de vote, une majorité de militants péquistes continuent à appuyer quasi aveuglément celui qui est pourtant à bien des égards aux antipodes de ce que le PQ représente depuis sa fondation.

D'ailleurs, lors du conseil général de samedi dernier, les attaques se sont multipliées contre celui que Pierre Céré compare à « Citizen Kane », c'est-à-dire à un baron des médias avec des ambitions politiques illustré dans ce classique de 1941. M. Céré est allé même jusqu'à affirmer qu'il s'était fait dire de taire ses critiques pour ne pas écorcher celui que plusieurs perçoivent comme un sauveur.

D'aucuns diront que Pierre Karl Péladeau est le mieux placé pour permettre aux purs et durs de la ligue du vieux poêle souverainiste - Bernard Landry en tête - de voir naître le pays du Québec avant de rendre leur dernier souffle. Homme d'affaires aguerri aux yeux de certains, souverainiste convaincu et convaincant selon d'autres, M. Péladeau se présente comme le seul capable de donner un pays aux Québécois. Fort de sa notoriété, il en fait d'ailleurs son unique motivation politique.

Pourtant, depuis ses débuts sur la scène politique, Pierre Karl Péladeau s'avère un politicien plutôt médiocre. Il n'est pas un très bon orateur, il semble incapable d'exprimer une position claire sur divers enjeux - ses réponses se résumant souvent à qu'il faudrait en discuter, y penser, y réfléchir - et il a récemment fait l'objet d'un blâme du Commissaire à l'éthique et à la déontologie de l'Assemblée nationale pour être intervenu comme député en faveur de son entreprise.

Il est légitime de se demander qui serait Pierre Karl Péladeau aujourd'hui sans le legs de son père. Dans PKP dans tous ses états, un livre à paraître cette semaine, Pierre Dubuc du SPQ Libre cherche à défaire le mythe du self-made-man qui entoure Péladeau. L'auteur affirme : « Dans toutes ces circonstances, PKP a mis ses intérêts personnels au-dessus, voire à l'encontre des intérêts québécois, sous le fallacieux prétexte que ce qui est bon pour Québecor est bon pour le Québec. » Il est vrai que M. Péladeau a toujours su utiliser les rouages de l'État à son avantage. Pensons à l'acquisition de Vidéotron (aujourd'hui la vache à lait de Québecor) et, plus récemment, au financement public accordé à la construction du nouvel amphithéâtre de Québec. Certains lui prêtent maintenant l'intention de vouloir « acheter » le Parti québécois pour le mettre au service de ses ambitions personnelles. Prétention fondée ou pure lubie?

De surcroît, PKP traîne comme un boulet une nette apparence de conflit d'intérêts en ayant à ce jour la mainmise sur le conseil d'administration de Québecor. Chose certaine, avec PKP à sa tête, le PQ prêterait le flanc à une salve d'attaques de toutes parts dans l'arène politique. Aujourd'hui, la ligne est très mince entre un conflit d'intérêts apparent et un conflit d'intérêt réel. Et rien ne laisse entrevoir le jour où M. Péladeau acceptera de vendre ses intérêts dans l'empire médiatique qu'est devenu Québecor. Au contraire, il persiste à vouloir le beurre et l'argent du beurre.

Une autre curiosité est le net écart entre les appuis populaires à Pierre Karl Péladeau et ses appuis officiels au sein de la députation, qui se font plutôt rares : Pascal Bérubé (Matane-Matapédia), Nicole Léger (Pointe-aux-Trembles), Harold Lebel (Rimouski), Maka Kotto (Bourget) et Dave Turcotte (Saint-Jean) - un illustre inconnu. Curieux que celui qui jouit d'une si forte avance dans les sondages ne recueille pas plus d'appuis auprès de ses collègues.

Bien que Jean-François Lisée ait concédé la victoire à M. Péladeau au moment de se retirer de la course, il me semble que les autres aspirants-chefs reflètent plus fidèlement ce qu'est le Parti québécois que le « roi des lock-out ». Alexandre Cloutier est certes le mieux placé pour incarner le renouveau. Bernard Drainville est le meilleur tribun du lot. Quant à Martine Ouellet, c'est une femme très appréciée par la base péquiste et une militante convaincue depuis près de trois décennies. Et les trois sont résolument plus à gauche que le meneur, qui tente aujourd'hui de faire croire à l'électorat qu'il épouse les valeurs de la social-démocratie.

Il sera intéressant de voir si un mouvement « N'importe qui sauf PKP » s'organise au cours des prochaines semaines pour freiner les ardeurs de celui qui semble en bonne position de tout rafler. Pauline Marois pensait sûrement avoir réalisé le coup du siècle en présentant son candidat Péladeau dans Saint-Jérôme en mars 2014. Or c'est ultimement ce candidat et son poing indépendantiste levé qui ont mené à la déroute de la campagne électorale de Mme Marois. Une fois installé dans le fauteuil de chef, PKP mènerait-il le Parti québécois tout entier à la déroute? Il y a certainement lieu pour les militants péquistes d'y réfléchir sérieusement avant d'arrêter leur choix.

Pierre Karl Péladeau a fait le saut en politique pour réaliser une seule chose : faire l'indépendance du Québec. Que l'accession du Québec au rang de pays soit économiquement viable ou pas, il continuerait à dormir sur ses deux oreilles grâce à l'empire qu'il a hérité de son père et qu'il a fait fructifier plus d'une fois grâce à l'apport de fonds publics. Je ne suis pas membre du PQ et je ne participerai pas à l'élection du prochain chef péquiste. Il demeure que l'impression que me laisse Pierre Karl Péladeau est celle d'un homme qui cherche coûte que coûte à passer à l'histoire pour autre chose que d'avoir été l'héritier de son père.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Chefferie du PQ: leurs positions sur la charte et la souveraineté

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter