LES BLOGUES

Même moule cassé, même bon peuple dupé

10/11/2014 10:20 EST | Actualisé 10/01/2015 05:12 EST

On dit que six mois en politique, c'est une éternité. C'est vrai... Le 7 avril 2014 est bien loin dans mon esprit, le gouvernement Marois, encore plus. Mais alors? Le Québec a-t-il réellement progressé au cours des six derniers mois? En campagne électorale le printemps dernier, Philippe Couillard et ses sbires nous promettaient mer et monde. Par exemple, la création de 250 000 emplois sur cinq ans. Or, dans les faits, l'« effet libéral » en matière de création d'emplois se fait toujours attendre. Il s'est perdu 30 100 emplois à temps plein en octobre, ce qui porte le bilan depuis l'arrivée des libéraux au pouvoir à -82 000 emplois. Alors que le taux de chômage a baissé dans le ROC et s'établit maintenant à 6,5 %, il a progressé de 0,1 % et se chiffre dorénavant à 7,7 % au Québec.

Dans son obsession à court terme d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016 (tout indique que ce sont déjà les agences de notation qui dirigent le Québec et que Philippe Couillard n'est qu'une vulgaire marionnette à leur commande...), le gouvernement libéral - ne voulant/pouvant pas hausser directement le fardeau des familles québécoises - s'apprête à confier à d'autres acteurs sociaux l'odieuse mission d'en soutirer encore plus des poches de celles et ceux qui n'en ont plus à donner sans compromettre leur propre équilibre budgétaire - souvent très précaire. Pensons notamment aux 300 M$ en compressions imposées aux municipalités pour 2015 (préparez-vous à une autre hausse de votre compte de taxes municipales) et à la modulation des tarifs de services de garde (alors que l'impôt qui finance le gros de ce système est déjà modulé en fonction du revenu) à compter du 1er avril prochain.

Mais qu'en est-il du long terme? La réduction de la dette provinciale (qui a monté en flèche sous le règne de Jean Charest), le ménage dans les régimes de retraite relevant directement de Québec (déficit accumulé de 77 G$), une refonte en profondeur du système des commissions scolaires pour diriger un maximum d'argent vers les services directs aux élèves (que des engagements vagues de notre bon ministre de l'Éducation, le controversé [pour rester poli] Yves Bolduc)? Rien. Jusqu'à maintenant, le grand ménage promis par Philippe Couillard semble se limiter à la bonne vieille recette que libéraux et péquistes utilisent depuis des lunes : pelleter ailleurs, puis le CONtribuable assumera la facture sous une forme ou une autre. Très décevant, mais prévisible en réélisant un « bon gouvernement libéral »...

De toute évidence, le bon vieux moule que les premiers ministres se lèguent depuis des décennies a trouvé preneur en avril dernier. Les Québécois se sont fait promettre un gouvernement Couillard 1.0 - résolu à remettre de l'ordre dans l'État québécois - et ils ont mordu massivement à l'hameçon, dans leur désir de se débarrasser d'un gouvernement péquiste qui n'allait nulle part. Tout indique que les Québécois ont encore une fois été dupés par un « vieux » parti et ses promesses creuses. En effet, ce qui nous gouverne depuis avril dernier n'est rien d'autre qu'un gouvernement Charest 2.0. Manquant le courage politique nécessaire pour effectuer de réelles coupes dans l'État tentaculaire sans cesse grandissant et envahissant dans la Belle Province, le gouvernement Couillard se contente de répéter la recette du gouvernement Charest des années 2003 à 2012 : on alourdit le fardeau fiscal de la masse en passant par la porte d'en arrière... On confie à d'autres intervenants (municipalités, CPE, sociétés d'État comme Hydro-Québec) l'odieuse tâche d'en puiser encore plus dans nos poches.

Je n'ai pas voté pour le candidat libéral dans ma circonscription aux dernières élections. Je suis néanmoins pris à vivre avec la décision de la majorité jusqu'en 2018. Ainsi va la démocratie. Mais, de toute évidence, le moule est cassé. Que les péquistes ou les libéraux soient aux commandes de la province, le Québec s'appauvrit d'année en année, tout comme les Québécois à force de se faire ponctionner le porte-monnaie par un État qui leur en demande toujours plus sans leur donner une qualité de services à laquelle ils sont en droit de s'attendre pour leur argent.

C'est bien plate à dire, mais le Québec et les Québécois continueront à s'appauvrir tant et aussi longtemps que les vieux partis s'échangeront le pouvoir. Et le PQ et le PLQ nous montrent de quel bois ils se chauffent et des résultats dont ils sont capables depuis des décennies. Peu importe qui est à la tête de ces partis aux idéologies d'une époque révolue, le résultat est le même : la province continue à sombrer dans la dèche et les réels problèmes ne se règlent pas. Au contraire, ils s'empirent, car on continue de les pelleter dans la cour des générations qui nous suivront : finances publiques, santé, éducation, justice... Pendant combien de temps encore pouvons-nous réellement confier le pouvoir à des acteurs politiques qui s'entêtent à faire usage d'un moule qui est caduc? Pis encore, d'élection en élection, une majorité suffisante continue à fonder tous ses espoirs dans l'un ou l'autre de ces vieux partis.

Les prochaines élections n'auront pas lieu avant 2018. En ayant recours une fois de plus à la duperie, le PLQ s'est confortablement installé au pouvoir pour un mandat de quatre ans et demi. Ce mandat est très mal parti si les Québécois pensaient avoir élu un parti qui ferait enfin le grand ménage nécessaire pour tenter d'éviter « le mur » ou - du moins - le heurter moins violemment. Tout indique que nous aurons plutôt droit à une facture fiscale encore plus lourde et que les vrais problèmes demeureront entiers à la fin du mandat en cours.

Les libéraux nous démontrent encore une fois que, tant que nous nous contenterons du vieux moule que les gouvernements qui se succèdent utilisent depuis maintenant trop longtemps, la recette sera la même : le Québécois moyen paiera de plus en plus cher pour les services publics, le Québec demeurera lourdement endetté et pauvre, et les générations qui nous succéderont - nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants - ne l'auront pas facile, hypothéquées leur vie durant en raison des choix et du manque de courage politique des deux partis qui s'échangent le pouvoir depuis la Révolution tranquille.

En 2018, ça nous prend un nouveau moule, de nouveaux acteurs politiques et une nouvelle vision de ce qu'est l'État si nous voulons avoir une chance de sauver ce qui reste du Québec. Surtout, il faudra qu'une majorité d'électeurs se rendent compte que le vieux moule usé ne fonctionne plus et que les vieux partis ont échoué à rompre avec la tradition ayant mené à la situation actuelle...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter