LES BLOGUES

L'UMQ, PKP et le PLQ

01/12/2014 10:54 EST | Actualisé 31/01/2015 05:12 EST

Par chance, les fêtes approchent et nos politiciens et élus de tous acabits nous laisseront tranquilles pendant quelques semaines d'ici peu. On dirait que chaque semaine qui passe apporte son lot d'incidents qui nourrissent le cynisme ambiant, et la semaine dernière n'a pas fait exception.

L'hypocrisie de l'Union des municipalités du Québec

Quelle hypocrisie de la part de l'UMQ! Jeudi matin dernier, Paul Arcand relatait que l'UMQ a préparé une petite missive que les administrations municipales membres pourront inclure avec les prochains comptes de taxes acheminés aux contribuables pour les informer d'une autre hausse de taxes ou d'une autre réduction de services directement attribuable aux compressions de 300 M$ imposées par Québec pour 2015. Dans son « Écho de la présidence », la présidente de l'UMQ et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, écrit ceci : « Ces compressions importantes feront évidemment très mal et entraîneront des sacrifices importants pour l'ensemble des municipalités au Québec. »

C'était pourtant écrit dans le ciel, contrairement aux affirmations des maires Denis Coderre et Régis Labeaume... Les commissions scolaires ont fait exactement de même en 2013 après que le gouvernement Marois avait éliminé le programme de péréquation mis en place par le gouvernement Charest.

Pourtant, le 5 novembre dernier, Mme Roy déclarait ceci : « Les membres de l'UMQ agissent de façon responsable face à l'état des finances publiques du Québec. Ils feront l'effort demandé, mais s'attendent à ce que ce soit la dernière fois. » C'est ça, agir de façon responsable et faire l'effort demandé? C'est accepter presque avec défaitisme un pacte fiscal imposé par Québec et se fier, pour 2016, à la parole d'un gouvernement qui ne respecte pas ses engagements? Encore une fois, c'est au contribuable qu'on refilera la facture.

L'ambition de Pierre Karl Péladeau

Quelle surprise, jeudi dernier, quand PKP a annoncé devant un groupe d'étudiants de l'Université de Montréal qu'il sera candidat à la direction du Parti Québécois! Tout le Québec a été pris de court... Si Péladeau devient chef du PQ (au terme d'une course ou par couronnement) et du même coup chef de l'opposition, nous retournerons rapidement à la même vieille rengaine souverainiste-fédéraliste qui sclérose notre société depuis des lunes. Ce sera le perpétuel combat de coqs opposant le grand fédéraliste libéral Philippe Couillard et celui ayant affirmé que son unique objectif est de faire la souveraineté du Québec. Fort de son pouvoir économique, PKP veut maintenant le pouvoir politique pour réaliser son rêve.

Il est évident que plus d'un militant péquiste devra en avaler des couleuvres pour faire de PKP le prochain « sauveur de la cause ». Sur la base d'un sondage laissant voir que Péladeau pourrait battre Couillard aux élections de 2018, les péquistes jetteront leur dévolu sur le magnat des médias québécois dans l'unique espoir qu'il puisse leur décrocher un mandat majoritaire « la prochaine fois ». Mais il ne faut pas perdre de vue l'électeur moyen - souvent peu ou mal informé - que le prochain chef du PQ devra séduire pour tenter de réaliser son objectif politique.

Dans un texte d'opinion publié dans La Presse le 28 novembre dernier, Pierre Simard, professeur à l'ENAP, écrit ceci : « L'électeur moyen n'en a rien à cirer que PKP soit antisyndical une année et prosyndical l'année suivante; qu'il combatte Radio-Canada en janvier et qu'il se porte à sa défense en mai; qu'il dénigre le Bloc le samedi et en fasse l'éloge le lundi. L'électeur est un ignorant rationnel : il n'a ni le temps ni l'intérêt de décortiquer des prises de position aussi étranges. »

Il a parfaitement raison, et c'est là le danger. Plus d'une personne avec laquelle j'ai échangé ne croit pas en la possibilité que Pierre Karl Péladeau réussisse à décrocher un mandat majoritaire en 2018 s'il devient chef du PQ. Détrompons-nous : rien n'est impossible... La plupart du temps, l'électeur moyen ne connaît pas grand-chose des enjeux politiques et vote pour une image. Par exemple, le phénomène « Justin » (Trudeau). La popularité d'un candidat ne s'explique plus par les idées qu'il prône et défend, mais réside plutôt en l'image qu'il projette dans des émissions de variétés et d'autres forums de showbiz. Péladeau peaufine son image pour amadouer le public depuis qu'il a fait le saut en politique. Et n'oublions jamais que les politiciens misent sur l'ignorance de « Joe Boîte à lunch » pour se faire élire...

L'incohérence du Parti libéral du Québec

Bien sûr, au cours de la dernière semaine, nos bons libéraux ont fait leur part pour alimenter le cynisme des Québécois. D'abord, la prétendue réforme des commissions scolaires, dont Yves Bolduc n'est même pas capable de chiffrer les économies potentielles, est de plus en plus ouvertement contestée au sein même des rangs libéraux. Ensuite, la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, est partie à la chasse des « places fantômes » dans les CPE. Un projet de loi tellement mal ficelé, déconnecté et irréaliste que Québec doit reculer... Troisièmement, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a décidé de mettre de l'eau dans son vin après avoir défendu bec et ongle le projet de loi qu'il pilote...

En effet, après avoir tenu tête aux syndicats municipaux pendant des mois dans le dossier du projet de loi 3, le voilà à avoir négocié avec le PQ des modifications faisant notamment en sorte que les contribuables essuieront 55 % des déficits des régimes de retraite municipaux (plutôt que le partage plus équitable 50/50 initialement prévu). Le but premier de ce projet de loi décrié de toutes parts dans les rangs syndicaux et ayant mené au « grand dérangement » de mercredi dernier (un grand échec pour les syndicats, d'ailleurs) était de couper la poire en deux - au nom de l'équité - entre les employés municipaux et les contribuables qui paient leurs généreuses conditions de travail. Pourquoi avoir reculé alors que le gouvernement est majoritaire et que l'opinion publique était pour une fois favorable à un projet de loi libéral?

Nos politiciens se demandent pourquoi nous sommes rendus si cyniques et si peu confiants à leur égard. Ils n'ont pourtant qu'à se regarder aller pour comprendre pourquoi.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Lancement de campagne de PKP à St-Jérôme

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter