Huffpost Canada Quebec
Sébastien St-François Headshot

Je me souviendrai

Publication: Mis à jour:
Print Article

« Je me souviens » est la devise du Québec; nous le savons tous, même s'il nous arrive parfois tout un chacun de ne pas nous souvenir de grand-chose. Par rapport à cette campagne qui touche à sa fin, je me souviendrai de plusieurs choses.

Je me souviendrai d'une première ministre qui a déclenché cette élection, le 5 mars dernier, pour aucune raison autre que celle que les sondages d'alors qui laissaient poindre une possible majorité péquiste. Je me souviendrai de cette même première ministre qui, pensant sûrement faire le coup du siècle en présentant la candidature de Pierre Karl Péladeau, n'aurait jamais pu penser que c'est ce moment précis de sa campagne qui marquerait la descente aux enfers de son parti dans l'opinion publique...

Mais encore, souvenons-nous du passé récent. Souvenons-nous des mois ayant suivi l'accession de Pauline Marois à la chefferie du PQ. Les choses n'allaient pas très bien. La grogne était prise assez solidement dans les rangs péquistes et plus d'un député a décidé de claquer la porte (pensons notamment à Daniel Ratthé et à Jean-Martin Aussant) - convaincu que le PQ n'allait nulle part sous la gouverne de Pauline Marois. En rétrospective, Mme Marois doit sa victoire du 4 septembre 2012 principalement - voire uniquement - à l'impopularité de Jean Charest au terme de trois mandats comme premier ministre. Et encore, aux dernières élections générales, Pauline Marois n'a réussi à obtenir que 54 sièges, soit seulement quatre de plus que le PLQ, parti usé à la corde après neuf ans au pouvoir. C'est le fait qu'elle devenait du coup la première femme à occuper sa fonction qui en a fait une élection « historique ».

Pas plus tard qu'en juillet 2013, la popularité du PQ traînait à 24 % (le plus bas score depuis la fondation de ce parti par René Lévesque en 1968) et le taux de popularité de Pauline Marois elle-même n'était que de 16 %, derrière Philippe Couillard et François Legault. On était loin du « trèfle à quatre feuilles », pour citer Jean Lapierre. C'est là où le controversé projet de loi n° 60 au titre interminable - Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l'État ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d'accommodement - est entré en scène pour brouiller les cartes et semer la division dans la population. Le gain de popularité du PQ au cours de l'automne 2013 et du début de l'hiver 2014 s'explique en bonne part par le dépôt de ce projet de loi, mais les péquistes ont tellement joué la carte de la Charte pour mousser leur popularité qu'il ne restait plus de gaz pour alimenter cette création controversée du PQ rendu en campagne électorale. Autre échec pour Pauline Marois...

Maintenant, le dernier sondage Léger de cette campagne, qui ne passera pas à l'histoire, place le PLQ à 38 %, le PQ loin derrière à 29 %, la CAQ à 23 % et QS à 9 %. La soirée électorale risque d'être longue et personne n'est en mesure actuellement de statuer avec certitude si le prochain gouvernement sera majoritaire ou minoritaire ou encore quel parti formera l'opposition officielle. Actuellement, une seule chose est certaine : Pauline Marois perdra son pari électoral et ne sera plus chef du Parti québécois. Les couteaux sont d'ailleurs déjà sortis depuis vendredi dernier...

Bien entendu, lundi soir, Philippe Couillard et les libéraux nous parleront d'une grande victoire pour le Québec et les Québécois, du retour aux vraies valeurs et aux vraies affaires. Pardon? Philippe Couillard devra sa victoire surtout à l'impopularité de Pauline Marois, à l'incompétence des stratégies péquistes et à son « habileté » à faire peur au monde avec le spectre d'un hypothétique référendum et à faire jouer la traditionnelle cassette libérale selon laquelle seuls les libéraux sont compétents pour s'occuper d'économie et de finances publiques. Pourtant, au cours de la dernière décennie, pendant que le Québec perdait des plumes et s'appauvrissait au sein de la fédération canadienne, ce sont les libéraux qui ont été au pouvoir pendant le gros de cette période...

J'ai bien hâte de voir quand la Commission Charbonneau reprendra ses travaux publics et abordera enfin l'épineuse question du financement occulte des partis politiques depuis 1996. Il demeure qu'un flou éthique plane toujours autour de Philippe Couillard et que 18 anciens ministres sous Jean Charest sont candidats dans l'équipe de M. Couillard. La Commission nous réservera probablement un « bon spectacle » au cours des prochains mois, et si M. Couillard considère (avec raison) que les 33 jours de campagne ont été sales, la boue risque de voler encore plus après son accession au pouvoir.

Encore une fois, nous sortons d'une campagne électorale au cours de laquelle aucun des grands enjeux de notre société n'a été véritablement débattu et aucune réelle solution n'a été proposée aux problèmes qui hypothèquent notre avenir collectif. Encore une fois, au cours des quelque 30 derniers jours, péquistes et libéraux nous ont démontré qu'ils ne sont pas la solution à nos problèmes, mais qu'ils sont plutôt la cause de ceux-ci. Dans l'intérêt de la démocratie, souvenons-nous de cette élection et tirons-en collectivement des leçons afin de mieux nous préparer à la prochaine ronde.

> Élections 2014: les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?