LES BLOGUES

J'aimerais bien vous croire, mais...

08/12/2014 11:10 EST | Actualisé 07/02/2015 05:12 EST

« Le chemin qui reste à faire ne sera pas fait par les citoyens. Il sera fait par le gouvernement dans son périmètre de dépenses. » M. Couillard, j'aimerais bien vous croire, mais vous n'êtes pas crédible. Comment puis-je croire quelqu'un qui s'était engagé formellement en campagne électorale à ne pas hausser les tarifs de garderie plus que l'inflation, après avoir décrié la hausse à 9 $ prévue par le PQ, pour ensuite annoncer que ces tarifs seront dorénavant modulés jusqu'à hauteur de 20 $ par jour? Votre promesse pouvait bien ne pas tenir la route, mais vous avez néanmoins choisi de la faire. Qu'on se dise les vraies choses. Vous avez remporté votre pari électoral en bon libéral, c'est-à-dire en dupant l'électorat - comme votre prédécesseur libéral, Jean Charest, a réussi à faire à plus d'une reprise pendant son règne. « Ensemble on s'occupe des vraies affaires » était votre slogan électoral. Pourquoi alors n'avez-vous pas choisi la voie de la franchise au lieu de raconter n'importe quoi pendant les élections du printemps dernier? Parce que c'est ainsi qu'on gagne des élections, me direz-vous probablement...

À l'instar de plusieurs de mes concitoyens qui en ont marre de financer contre leur gré cet État tentaculaire qu'est le nôtre, je reconnais d'emblée que le gouvernement du Québec doit faire le ménage, mais il doit aussi le faire dans ses propres rangs, dans ses propres structures, dans ses propres programmes. Tout ce que vous avez fait jusqu'à maintenant, c'est pelleter dans la cour des contribuables, des contribuables qui figurent déjà parmi les plus lourdement imposés et taxés de toutes parts sur le continent. C'est ainsi que vous comptez stimuler notre économie qui tourne au ralenti, en étouffant encore un peu plus cette classe moyenne dont vous prétendez défendre les intérêts?

En véritable vautour, vous vous êtes vite accaparé toute la marge de manœuvre récemment accordée aux familles canadiennes par le Plan d'action économique du gouvernement fédéral. Lorsque j'entends la publicité du gouvernement fédéral vantant que les familles auront dorénavant plus d'argent dans leurs poches, je ne peux m'empêcher de penser « Sauf au Québec... ». Vous avez même l'odieux d'aller gruger dans l'une des très rares baisses de tarifs dont les Québécois devaient bénéficier dès 2016 en haussant la taxe sur l'assurance-automobile alors que la SAAQ a récemment annoncé une baisse de la prime d'assurance-automobile attribuable à l'amélioration considérable du bilan routier au cours des dernières années...

Pendant ce temps, les abus de fonds publics se perpétuent. Juste au cours de la dernière semaine, nous avons appris que la subvention pour le transport d'élèves coûterait 1 M$ en trop et que d'anciens hauts dirigeants de l'Université Laval ont droit à un traitement très généreux bien après qu'ils sont retournés enseigner dans les salles de classe. D'ailleurs, est-il normal qu'un recteur d'université gagne considérablement plus que le premier ministre du Québec pour administrer une université? Ce ne sont que deux petits exemples, M. Couillard, dans une mer de dépenses abusives dont les contribuables font encore les frais alors que vous osez alourdir le fardeau fiscal de familles québécoises qui peinent déjà à boucler leurs fins de mois. En cette fin de session parlementaire, la Coalition avenir Québec chiffre à 1300 $ par année le fardeau de vos mesures d'austérité. François Legault avait raison : mal de bloc pour les Québécois depuis l'élection d'un gouvernement libéral...

Je sais que vous refusez de parler d'austérité, M. Couillard, mais lorsque vous choisissez de piger dans les poches des contribuables pour assainir votre situation budgétaire, vous faites preuve d'austérité, car vos actions se soldent par moins de revenus disponibles pour le commun des mortels. Vous qui avez promis de faire les choses différemment, vous faites exactement comme celle et ceux qui vous ont précédé.

Aussi, que dire de certains des ministres que vous avez nommés au début de votre mandat? Je pense d'emblée à votre ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, qui ne connaît visiblement rien du ministère important qu'il est censé diriger. Un ministère aussi important que celui de l'Éducation (deuxième poste budgétaire en importance après celui de la Santé) ne devrait pas être un prix de consolation pour remercier un fidèle lieutenant d'avoir accepté de céder sa place à l'opportuniste Gaétan Barrette. Que vous l'avez nommé à ce poste en premier lieu était surprenant; qu'il soit toujours en poste est carrément scandaleux et met en question votre jugement politique. Notre système d'éducation et nos enfants ne méritent-ils pas mieux que M. Bolduc, un homme qui n'a visiblement pas les compétences nécessaires pour être ministre de l'Éducation?

Vous avez beau former un gouvernement majoritaire confortablement aux commandes pour encore plusieurs années, vous perdez rapidement des plumes et de la crédibilité aux yeux de bien des Québécois. Vous-même avez profité du système lorsque vous avez touché votre indemnité de départ en quittant votre poste de ministre de la Santé alors qu'un emploi bien rémunéré - que vous avez négocié « pendant les heures de bureau - vous attendait dans le privé. Même constat dans le cas de votre fidèle compagnon d'armes, Jean-Marc Fournier, lorsqu'il a quitté en plein mandat pour aller travailler pour SNC-Lavalin. Que dire du Dr Bolduc et de sa prime de 215 000 $ comme médecin dans l'opposition... Oui, tout cela était et demeure légal en vertu des lois votées par les parlementaires (souvent pour les parlementaires), mais qu'en est-il de la moralité de telles primes à la lumière des circonstances dans chaque cas et de ce vous imposez maintenant aux Québécois? Deux poids deux mesures encore une fois...

Ensuite, vous vous attendez à ce que le bon peuple vous regarder aller sans broncher, sans se sentir floué et sans tomber dans le piège d'un cynisme rampant, qui agit tel un cancer sur la crédibilité de nos institutions publiques et de leurs acteurs politiques? Faites amende honorable, prêchez par l'exemple, faites le ménage dans vos propres rangs et peut-être que je serai en mesure de vous croire lorsque vous affirmez que tout ce que vous faites depuis votre entrée en fonctions a pour but de redresser les finances publiques de façon durable pour le mieux-être de mes enfants (et de mes petits-enfants, si j'ai le bonheur d'en avoir un jour). Jusqu'à maintenant, vous échouez le test de la crédibilité...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les huit premières recommandations de la commission Robillard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter