LES BLOGUES

Pierrot, l'ensemble de l'oeuvre

21/01/2014 11:33 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Bonjour, bonne année. As-salâm 'aleïkoum. Je sais, je suis en retard pour les vœux, mais je m'étais dit que je ne reviendrais seulement que quand on aurait fini de s'encharter le chignon. La semaine dernière j'ai failli venir chiller avec vous et les Pineault-Caron, mais finalement je préfère laisser les médecins se prononcer. À eux comme à vous, la santé surtout.

Lundi, j'ai failli sortir pour lécher les plaies de Lucian Bute, l'idole paralysée aux bras muets injectés de doute. Mais j'ai eu peur d'avoir la communauté haïtienne sur le dos en affirmant que c'est encore Froch qui l'a emporté samedi. À deux doigts de décréter que les Anglais sont tous des voyous, je me suis retenu l'abus, et je suis allé lire Foglia à la place, ce que je n'avais pas fait depuis longtemps, convaincu qu'il avait lâché la Charte depuis un boutte et qu'il avait un bon vieux fromage de son coin à me recommander.

Mais c'est dans la Charte jusqu'au cou que j'ai retrouvé Pierrot le typographe ce matin, dans un texte intitulé le débat, un texte qui sentait aussi fort que les fromages de son coin.

Et Pépère la virgule, dans un récit noir et blanc légèrement sépia, de nous raconter encore son enfance antédiluvienne de fils d'immigrant digne et vaillant, parce que c'était dont mieux avant. Et de nous dire qu'en ce temps-là, un immigrant, c'était un invité, et qu'un invité, «c'est quelqu'un qui ferme sa gueule et qui dit merci». Immédiatement, j'ai remercié le ciel et les dieux de la chronique que Pierrot ne se soit pas imposé son propre dogme, lui qui la ramène toutes les semaines depuis des décennies sur une terre qui ne lui a pas dit «Tais-toi» à la descente du bateau (les avions n'existaient pas encore).

Auto-protégé par un peu habile - «Je vais me faire traiter de raciste» -, Pèpère surenchérit:

«On a beau dire que le problème, c'est pas les musulmans... Un peu, quand même. Ce serait moins compliqué avec des Polonais et des Italiens. Le problème avec les musulmans, c'est qu'ils sont beaucoup plus musulmans que les chrétiens ne sont chrétiens. On a un Jean Tremblay à Saguenay. Ils ont 243 millions de Mohamed Tremblay un peu partout.»

Juste assez pour me faire sortir de mon hiver.

Est-ce que c'était raciste? Ça prendrait bien du temps, bien de la bière, et bien de la mauvaise foi pour en débattre, et on en déboucherait, à coup sûr, sur rien. Cependant, dans le climat actuel, une chose est certaine: c'était crétin, Pierrot. Une chance que j'ai lu mille et un textes magnifiques et humanistes de Foglia depuis 243 ans pour m'imposer ce constat sage je crois: Pépère a l'air de dieudonniser, mais je ne pense pas que ce soit très grave. Au pire il pineault-caronnise d'ennui, au mieux, du lit à la fenêtre, et puis du lit au fauteuil, il vieux-connise, rien de plus.

Je les aime moi les vieux. On leur doit beaucoup, et on leur rend si peu. L'an dernier, ma mamy de 87 ans est tombée, et elle m'a foutu la trouille. J'avais écrit un petit texte sur elle, et vers la fin ça disait ça:

«Mamy, elle sent le pipi, mais elle a gagné la guerre. Mamy, elle a eu vingt ans, et des seins à faire perdre la raison. Mamy, dans ce monde devenu fou, elle tombe pour nous dire qu'aussi absurdes ou grandioses puissent être nos rêves, minables ou luxueuses nos maisons, idiotes ou rentables nos prétentions, jamais, jamais tout cela n'aurait existé sans elle. Et pour ça, juste pour ça, elle nous invite à venir faire un petit tour de temps en temps, histoire de voir si des fois, elle ne serait pas tombée.»

Salam Pépère, je vais continuer à venir faire mon tour de temps en temps.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



>Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?